Holger Osieck
Le sélectionneur de l'équipe d'Australie Holger Osieck | AFP - FRANCK FIFE

Osieck : "un très grand défi pour nous"

Publié le , modifié le

Le match amical contre l'équipe de France vendredi à Paris représente un "très grand défi" pour l'équipe d'Australie, estime son sélectionneur Holger Osieck, qui verrait bien les Bleus atteindre au moins les quarts de finale du Mondial-2014.

Comment abordez-vous ce match ?
Holger Osieck
: "C'est un match très important dans notre préparation pour la Coupe du  monde. On est dans une position très positive en s'étant déjà qualifié, et  maintenant, nous pouvons nous consacrer à notre plan de préparation. Nous avons  l'occasion de jouer les plus grandes équipes du monde, la France sera un très  grand défi pour nous demain (vendredi). Quand on regarde l'histoire de la Coupe  du monde, on se dit que la France peut atteindre les quarts de finale, voire  aller plus loin. Ce match sera donc une bonne étape pour nous dans notre  préparation."

Considérez-vous l'équipe de France comme une grande équipe ?
H O
: "Quand on suit le football et qu'on voit l'équipe de France, avec toutes ses individualités, si ce n'est pas une grande équipe, qui est une grande  équipe?"

Votre équipe reste sur trois défaites, dont un 6-0 face au Brésil, et on  parle du côté de la Fédération australienne de vous remplacer...
H O
: "Je ne suis au courant d'aucune discussion, je ne peux pas faire de  commentaire. Je sais ce qu'on a atteint ensemble ces trois dernières années, et  je suis mon plan de préparation. J'ai choisi d'affronter les meilleures équipes  du monde pour avoir une idée sur ce qu'on pourrait faire au Mondial. Je ne sais  pas si les gens pensent qu'on va battre 5-0 les meilleures équipes du monde, il  faut garder une certaine mesure! Nous avons bien analysé notre dernier match  face au Brésil et essayé de progresser cette semaine aux entraînements sur  certains points. Beaucoup de nos joueurs n'avaient pas commencé la saison,  d'autres l'avaient finie, parce qu'ils jouent un peu partout dans le monde, et  il y avait donc un manque de rythme. Leur condition physique s'est améliorée,  ce qui est une bonne base du point de vue tactique et technique. Nous devons  suivre notre programme, même si on perd, ça fait partie du jeu, ça peut arriver  n'importe quand. On n'est pas là pour penser à ça, on est là pour faire une  meilleure performance, jouer en équipe et retrouver les forces qui  caractérisent notre équipe."