Milan Barcelone
Messi et Xavi ont le sourire, pas Aquilani | AFP-Cacace

Nicosie s'ouvre les portes des 8e de finale

Publié le , modifié le

Dans le choc de cette soirée de Ligue des Champions, le FC Barcelone a eu raison de l'AC Milan (3-2), s'assurant la 1ère place du groupe H. L'Apoel Nicosie a créé la sensation en se qualifiant pour les 8e de finale. Un 0-0 obtenu sur le terrain du Zenit Saint-Pétersbourg a été suffisant. Chelsea a raté le coche en s'inclinant face au Bayer Leverkusen (2-1), qui s'ouvre également les portes des 8e de finale, d'autant que Valence a corrigé Genk 7-0.

Nicosie dans la cour des grands

Dans une rencontre pourtant dominée de la tête et des épaules par les Russes, le score est resté nul et vierge entre le Zenit et Nicosie. Les hommes de Luciano Spalletti se sont procurés un grand nombre d'occasions sans jamais pouvoir trouver la faille. Tout y est passé, des poteaux, un sauvetage sur la ligne, et même un pénalty non sifflé sur Paulo Jorge à la 35e, minute. Toujours aussi nerveux, les supporteurs russes du Zenith ont même manifesté leur frustration en lançant des fumigènes, ce qui a obligé l'arbitre de la rencontre d'interrompre le match à la 55e minute. Au final, il est certain que ce résultat nul n'arrange en rien le club russe, qui jouera sa qualification face au FC Porto, vainqueur 2-0 du Chakhtior Donetsk (2-0). Le club portugais est du coup revenu à hauteur du Zenit, avec sept points.

Jusqu'à présent, jamais un club chypriote n'était parvenu à se hisser au deuxième tour de la Ligue des Champions. Les joueurs de Nicosie ont donc comblé leur coach serbe Ivan Jovanovic, qui avait déclaré qu'il serait "l'entraîneur le plus heureux du monde" en cas de qualification. En tête du groupe G dès la première journée, les Chypriotes sont donc restés invaincus en cinq rencontres. Trois matchs nuls et deux victoires ont donc été suffisantes pour voir le club fondé en 1926 se retrouver parmi le gratin du football européen.

Le Barça premier de la classe

Ce n’est un secret pour personne, Ibrahimovic et Guardiola ne sont pas du genre à boire un verre ensemble. Depuis que le Suédois a quitté le Barça en 2010, il n’a jamais été tendre envers son ancien coach. Alors forcément, retrouver les Blaugrana avait forcément une saveur particulière pour le talentueux joueur de l’AC Milan. Alors lorsqu’il a vu son équipe menée au score dès la dixième minute suite à un but contre son camp de Van Bommel, le N.11 des Rossoneri a vu rouge, et a rapidement trouvé la volonté d’égaliser sur une passe de Seedorf (20e, 1-1). Dix minutes plus tard, c’était de nouveau les Catalans qui reprenaient l’avantage grâce à un pénalty généreux accordé par l’arbitre M. Stark sur une faute présumée d’Aquilani sur Xavi.

Massimiliano Allegri (entraîneur de l'AC Milan, au micro de Sky Sport): "C'était important de jouer un match de ce genre, pour comprendre à quel niveau nous sommes, on a fait de belles choses. Nous sortons battus et nous sommes déçus, mais pour notre confiance, c'est bien de voir qu'on peut faire un match comme ça contre le Barça."
Josep Guardiola (entraîneur du FC Barcelone): "Le public s'est amusé, nous sommes contents d'avoir gagné et d'être premiers du groupe, c'est le plus important. On a produit beaucoup de jeu, ils ne passaient pas le milieu de terrain en première période mais ils ont quand même égalisé, c'est une grande équipe! Je dis souvent que ces joueurs gagneraient avec un autre entraîneur, moi je ne suis pas sûr que j'aurais pu gagner tout ça avec d'autres joueurs! Moi je dois bien connaître l'adversaire et faire courir les joueurs."

Messi marquait, mais l’Argentin ayant marqué un temps d’arrêt dans son élan, M. Stark demandait à faire rejouer le pénalty. Messi ne se démontait pas, et d’une frappe sèche, trompait cette fois dans les règles Abbiati (2-1, 30e). En deuxième période, le jeu s’équilibrait, les cartons jaunes se faisaient plus rares, et il fallait attendre la 53e minute pour voir Milan revenir au score grâce à un exploit personnel de Boateng, qui a enchaîné contrôle en extension et sorte de talonnade pour lui-même dans la foulée, suivi d’une frappe tendue qui laissait sur place Valdès (2-2). Mais une fois encore, la réaction du Barça ne s’est pas fait attendre. Servi sur un plateau par Messi qui mystifiait trois défenseurs, Xavi portait le score à 3-2 peu après l’heure de jeu, et le panneau d’affichage en restait là. Cette dféfaite n'était pas si catastrophique pour Milan, déjà qualifié pour les huitièmes...

Les deux autres clubs du groupe s'affrontaient donc pour un match comptant pour du beurre... Plzen a eu le mérite de sauver l'honneur dans ce groupe où le Barça et Milan sont d'ores et déjà qualifiés, en signant son premier succès 1-0, grâce à un but de Bakos à trois minutes de la pause.

Chelsea rit jaune

Michael Ballack (capitaine de Leverkusen): "On a de belles raisons de se réjouir. C'est une soirée fantastique. On a bien joué dans la première demi-heure. Après le 1er but, on a pris plus de risques et ça a payé. Chelsea n'est peut-être pas en top forme mais nous on a bien joué."
Unai Emery (entraîneur de Valence): "Cela a été une belle soirée. Nous avons joué avec beaucoup d'intensité depuis le début et, à travers cette victoire, certains joueurs ont fait le plein de confiance. Mais il nous faut maintenant oublier ce succès pour penser à la finale contre Chelsea."
Andre Villas-Boas (entraîneur de Chelsea): "C'est un résultat injuste. On se dirigeait vers le match nul. On a eu notre part d'occasions. Aucune des deux équipes n'a produit un beau football, ce qui est triste. Ca veut dire désormais que la qualification se décidera lors de notre déplacement à Valence."

Valence s’est totalement relancé dans le groupe E. Auteur d’un joli carton face à Genk (7-0), le club espagnol a repris du poil de la bête. Les buts signés Jonas (10e), Soldado (13e, 36e, 39e), Pablo Hernandez (68e), Aduriz (70e) et enfin Costa (81e) revêtent un intérêt tout particulier, car ils permettent à Valence de posséder désormais une meilleur différence de buts avec Chelsea (+8 contre +6). Genk qui avait déjà encaissé cinq buts face à Chelsea lors de la troisième journée ne compte que deux points en cinq rencontres. Valence se retrouve surtout à hauteur du club londonien qui pensait pourtant avoir réalisé la meilleure opération à 15 minutes de la fin...

Alors que Drogba avait idéalement placé Chelsea en inscrivant un but à la 48e minute, Leverkusen a d'abord remis les pendules à l'heure par l'intermédiaire de Derdiyok (73e, 1-1). Mais les Londoniens ont fini par plier face aux assauts adverses, et Friedrich a profité des arrêts de jeu pour donner l'avantage définitif à son équipe (91e, 2-1). Le Bayer se retrouve en tête du groupe E, et est d'ores et déjà qualifié, puisque la dernière journée opposera Valence et Chelsea, les deux équipes étant à égalité avec 8 points.

Romain Bonte