Neymar
L'attaquant brésilien Neymar | AFP - VANDERLEI ALMEIDA

Neymar se prépare à un "jour historique"

Publié le , modifié le

Le Brésil et l’Espagne vont s’affronter dimanche en finale de la Coupe des Confédérations. Un match particulier pour la jeune star brésilienne Neymar qui va croiser la route de plusieurs de ses futurs coéquipiers, et qui tient là l’occasion de gagner un premier titre avec la Selecao. Face à "la meilleure sélection du monde", la tâche s’annonce pourtant difficile. "Ce sera un grand match" prédit-il.

Vingt-sept ans après la victoire brésilienne contre la Roja (1-0 but de Socrates) lors de la Coupe du monde 86, les médias espagnols n’ont pas oublié l’erreur d’arbitrage qui avait refusé un but à Michel. En 1986, Neymar n’était pas né et en conférence de presse, aucun journaliste n’a évoqué l’histoire. Celle de Neymar avec la Selecao est en train, elle, de prendre une bonne voie. Avec 3 buts en 4 matches lors de cette Coupe des Confédérations, il est l’atout offensif numéro 1 de la sélection de Felipe Scolari. Et il le sera encore contre l’Espagne. Une équipe qu’il respecte – "aujourd'hui, l'Espagne est la meilleure sélection du monde" - et dont il connaît la plupart des joueurs, dont certains qu’il recroisera à la fin de l’été à Barcelone. "C'est un très grand plaisir de rencontrer, ou plutôt de rencontrer de  nouveau, mes futurs partenaires. Je leur ai souhaité bonne chance jusqu'à ce match, mais plus maintenant (rires)", a-t-il lancé.

"Une autre histoire"

L’Espagne et le Brésil ne se sont affrontés que 3 fois dans l’histoire, dont 2 fois en amical (en 1990, victoire de l’Espagne 3-0 et en 1999, match nul 0-0), mais Neymar va croiser pour la deuxième fois le football espagnol deux ans après la "leçon de football" reçue en finale du Mondial des clubs par son club de l’époque de Santos face au Barca. "Ce sera totalement différent, une autre histoire, un autre moment.  Brésil-Espagne, c'est une autre réalité. Et l'agressivité et la volonté ne vont  pas nous manquer", a-t-il expliqué.

Devant son public et à un an de "sa" Coupe du monde, le Brésil passe un test que le prodige ne veut pas rater. Et dont il a déjà imaginé le scénario rêvé. "J'imagine que le Brésil marque un tas de buts et n'en encaisse aucun, c'est toujours ça que j'imagine !". Mais ce rêve n’est pas encore réalité et celle-ci pourrait être toute autre dimanche. Neymar le sait : "On a deux grandes équipes, avec des styles  similaires, qui aiment jouer, attaquer, qui ne restent pas retranchés derrière. Ce sera un des meilleurs matches de l'histoire. On sait l'importance de ce match dans l'histoire du foot brésilien et mondial".

La victoire du foot

Si l’Espagne est ce qu’il se fait de mieux sur la planète football, le Brésil vaut mieux que son classement FIFA actuel (22e). "Le Brésil et l'Espagne sont favoris dans n'importe quelle compétition.  Aujourd'hui, l'Espagne est la meilleure sélection du monde. Ce sont les favoris, mais sur terrain c'est du foot, il faut faire comme si on s'entraînait, il ne faut pas avoir peur de prendre des risques", a expliqué l’attaquant. La recette pour battre l’Espagne, Neymar pense la connaître : "Il faut jouer au foot". Tout simplement.

Cet événement restera en tout cas dans la mémoire du Brésilien. "C'est un match qui restera gravé dans ma vie parce que je regardais ces joueurs quand j'étais enfant, et que je serai parmi eux dimanche. C'est un honneur pour moi de participer à ce match historique". Et si le Brésil venait à l’emporter, Neymar, remportera son premier titre en sélection. "L'envie est très grande", selon Neymar. Le défi aussi.