Neymar relance le Brésil

Neymar relance le Brésil

Publié le , modifié le

Le Brésil a réussi son retour, après son humiliation face à l'Allemagne en demi-finale de son Mondial (7-1), en battant la Colombie (1-0) grâce au retour décisif de l'enfant prodige Neymar, vendredi soir à Miami en match amical.

La victoire était importante pour une Seleçao en quête de rachat et d'une  confiance perdue, après le naufrage du Minerazo, la plus grande déroute du  football brésilien en un siècle de football. D'autant que pour son premier match à la tête de la Seleçao, le revenant  Dunga, qui a succédé à Luiz Felipe Scolari, avait renouvelé sa confiance à sept  des titulaires de la déroute historique face à l'Allemagne, pariant sur la  révolte des joueurs. Cette rencontre marquait également le retour du jeune podige Neymar,  grièvement blessé au dos face à la même Colombie en quart de finales du Mondial  et qui avait ensuite si cruellement manqué au Brésil. Pour sa 55e sélection, le jeune attaquant du Barça (22 ans) a honoré son  premier brassard en concrétisant la domination brésilienne en fin de match sur  coup franc (82). Il a crucifié le gardien colombien d'une superbe frappe  enroulée dans la lucarne après l'une des innombrables fautes d'une rugueuse  Colombie emmenée par son créateur Jaime Rodriguez. L'attaquant vedette  colombien Falcao, de retour de blessure, a été laissé sur le banc.

Le score aurait pu être plus lourd si l'arbitre n'avait sifflé un hors jeu  très douteux sur un but de l'attaquant brésilien Tardelli (Atletico-Minerao),  l'une des surprises de la convocation de Dunga, sur un ballon repoussé par le  gardien brésilien après un bel enchaînement de l'attaque brésilienne (24) lancé  par Oscar. Le Brésil avait sombré émotionnellement pendant le Mondial à plusieurs  reprises et étalé de nombreuses lacunes au milieu de terrain. Mercredi soir, il  a appliqué à la lettre les consignes de Dunga, l'ancien rugueux défenseur de la  Seleçao championne du monde en 1994 et qui a déjà dirigé le Brésil comme  entraîneur de 2006  2010. Combatif et conquérant, il a exercé un pressing constant sur les  Colombiens, tentant de les prendre de vitesse dans la transmission en avant  vers Neymar et Tardelli qui permutaient constamment. Cette vivacité a contraint  les Colombiens à commettre de nombreuses fautes, sanctionnées par une avalanche  de cartons dont un rouge en 2e mi-temps.

Mais les Brésiliens se sont souvent montrés brouillons à la finition. Et  ils se sont exposés aux contres de Colombiens animés d'esprit de revanche pour  ce remake du quart de finale du Mondial brésilien que la Seleçao avait emporté  dans la souffrance (2-1). Le Brésil de la nouvelle ère Dunga va tenter de confirmer mardi contre  l'Equateur à New York avant d'affronter en novembre son meilleur ennemi,  l'Argentine de Messi, finaliste malheureuse du Mondial face à l'Allemagne. Lors de la préparation, Dunga s'est efforcé de regonfler le moral de ses  troupes, en leur rappelant qu'il avait été le capitaine honni de la Seleçao  lors du Mondial 1990 avant de remporter l'édition suivante en 1994 aux  Etats-Unis.

AFP