Neige, glissades et amour vache... ce qu'il faut retenir du week-end dans le reste de l'Europe

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Ibanez Kane
Week-end sensiblement différent pour Roger Ibañez et Harry Kane. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le week-end européen a été très mouvementé en Italie, entre le festival offensif napolitain, les cadeaux de la Roma à la Lazio et la victoire de l'Inter Milan contre la Juventus Turin. En Angleterre, Harry Kane a bien évidemment encore trouvé le chemin des filets. Mais l'autre acteur du week-end c'était aussi l'intervention de la neige, qui a rendu le match entre Sivasspor et Basaksehir difficilement regardable.

• Une Louve trébuchante contre la Lazio

Alors que l'AS Roma avait l'occasion de confirmer son très bon début de saison en revenant provisoirement à 3 points de Milan, leader de la Serie A, la Louve a passé une sale soirée contre son ennemi juré. Corrigée 3-0 par la Lazio, l'équipe dirigée par Paulo Fonseca a grandement facilité la tâche à ses rivaux grâce à deux glissades de son défenseur brésilien Roger Ibañez sur les deux premiers buts adverses.

Il a d'abord trop tardé pour dégager, tombant sous la pression de Manuel Lazzari, dont le pressing s'est transformé en passe décisive pour Ciro Immobile (14e). Puis, c'est encore face au même Lazzari qu'il s'est retrouvé par terre, tombant par terre au moment où son vis-à-vis a exigé un penalty face à l'arbitre, lui laissant donc le temps de remettre pour Luis Alberto en retrait, buteur sur le 2-0 (23e).

• Le match invisible de Sivasspor

Face à Basaksehir ce samedi, Sivasspor arborait sa tenue extérieure, entièrement blanche du maillot aux chaussettes. Problème, la pelouse du Stade Fatih Terim a vu la neige lui tomber dessus au cours de la première période, devenant rapidement toute blanche. Autant dire que ça ne passe pas forcément très bien à l'image. Les deux équipes ont malgré tout réussi à disputer la rencontre en intégralité, avec un match nul 1-1 en guise de résultat.

• Kane ne s'arrête plus

Ca plane pour lui. Harry Kane a encore planté en Premier League. Face à Sheffield United, il a tout simplement trouvé le chemin des filets pour la 12e fois en Premier League cette saison, d'une frappe de l'extérieur de la surface, lui qui a également délivré 11 passes décisives jusqu'à présent. Son nouveau rôle de buteur-meneur du côté de Tottenham lui sied à merveille. Dans les 5 grands championnats, seul Robert Lewandowski est impliqué dans plus de buts que lui (26 : 21 buts, 5 assists).

• Le carton du Napoli contre la Fiorentina

Le choc du week-end entre Liverpool et Manchester United a accouché d'un match nul et vierge. Pour voir des buts, c'est du côté de Naples qu'il fallait regarder. Là-bas, la Fiorentina s'est inclinée sur le score terrible de 6-0. Alors que la Viola s'est procuré plusieurs situations dangereuses, notamment à 0-1, elle a subi l'une des plus grosses défaites de son histoire en Serie A, la plus large dans l'élite italienne depuis 2004.

Les slaloms de Lorenzo Insigne et de Matteo Politano ont fait de gros dégâts. Et dans le duel entre Français, Tiémoué Bakayoko est sorti gagnant face à Franck Ribéry. Le milieu, qui avait arraché la victoire contre l'Udinese le week-end dernier, a cette fois obtenu le penalty du 5-0 et délivré la dernière passe sur le but du 6-0, signé Politano.

• Arturo Vidal embrasse l'écusson de la Juve avant de marquer contre son ancien club

Quelques minutes avant d'affronter son ancien club, dont il avait fait les beaux jours entre 2015 et 2018, Arturo Vidal a embrassé le logo de la Juventus Turin brodé sur la tenue de Giorgio Chiellini. Le milieu de l'Inter était titulaire ce dimanche soir dans le choc du week-end en Serie A, et il n'aura attendu que 12 minutes pour marquer contre le club qu'il porte encore dans son cœur.

Le Chilien a ouvert le score de la tête après un centre de Nicolo Barella, menant les Nerazzuri sur la voie de la victoire (2-0 à la fin), célébrant avec une pudeur peu habituelle pour lui. Mais aujourd'hui, la Juventus Turin reste bloquée à une inattendue 5e place, largement insuffisante pour son standing, et Vidal peut savourer le retour de l'Inter au hauteur du Milan, l'ennemi juré et actuel leader du championnat (qui joue lundi).