Younes Belhanda
Les Montpellierains n'ont pas tenu le choc face à l'Olympiakos | AFP - ARIS MESSINIS

Montpellier s'incline (3-1) à l'Olympiakos et quitte la Ligue des Champions

Publié le , modifié le

Montpellier a tiré un trait sur son parcours européen en s'inclinant sévèrement sur la pelouse de l'Olympiakos lors de la 4e journée de la Ligue des Champions (3-1). Après être revenus au score par Younes Belhanda sur pénalty, les champions de France ont sombré à cause de leurs largesses défensives. Arsenal et Schalke se sont neutralisés (2-2).

Montpellier avait besoin de frapper un grand coup pour sauver sa tête. A la traîne dans le groupe B, le champion de France savait que son salut passait par un succès au Stadio Karaiskaki de l'Olympiakos. L'espoir était mince, voire infime. Le couperet est tombé sur le coup de 22h20 lorsque Mitroglou inscrivait la troisième réalisation des joueurs du Pirée. Trop brouillon défensivement, les Héraultais étaient sanctionnés pour la deuxième fois en quelques minutes après le but de Greco (80e). Dernier du groupe B, Montpellier a perdu tout espoir de rallier les 8e de finale. De quoi avoir des regrets puisque dans le même temps Arsenalet Schalke n'ont pas réussi à se départager (2-2).

Ces derniers temps, Montpellier joue surtout contre ses démons. Une fois n'est pas coutume, le champion de France a balbutié son football. Difficile de reconnaitre dans l'enceinte grecque surchauffée l'équipe qui régnait sur la Ligue 1 la saison passée. Dès l'entame de la rencontre, un ballon perdu par Marveaux a tout de suite déstabilisé la défense héraultaise. Paulo Machado (4e), opportuniste, récupérait un ballon cafouillé dans la surface de Jourdren. Un but comme une libération pour l'ancien européen qui n'avait plus trouvé le chemin en compétition européenne depuis 2008. Comme lors de sa dernière sortie face à Troyes, le champion de France se montrait trop inconstant et subissait globalement la domination adverse, sans donner l'impression de pouvoir se rebeller.

Montpellier trop court pour jouer l'Europe

Mais le retour des vestiaires marquait le début de la révolte des Sudistes. Saihi (60e) puis Tinhan (64e), tout juste entré en jeu tentaient leur chance sans réussite. Une période de domination qu'ils allaient concrétiser quelques instants plus tard. A la 66e min, Younes Belhanda réduisait le score sur pénalty, suite à une faute sur Camara. Le portier des Grecs, Carroll, partait du bon côté mais manquait son intervention.

Alors qu'on pensait à cet instant que Montpellier aurait pu faire basculer la rencontre en sa faveur, deux réalisations coup sur coup de Greco (80e) et Mitroglou (82e) venaient sceller l'issue de la rencontre. Ce Montpellier là n'a certainement pas les épaules assez larges pour rivaliser avec l'élite européenne. Il reste deux matches à jouer pour Montpellier, qui ira à Londres dans deux semaines pour affronter Arsenal , avant de recevoir Schalke 04 le 4 décembre en clôture de la phase de groupe.

Dans l'autre match de la soirée, Schalke a conservé la tête du groupe B grâce à son nul face à Arsenal (2-2). Les Gunners ont dominés la première mi-temps et ont mené (2-0) grâce à Walcott et Giroud (18e et 26e). L'attaquant français inscrivait au passage son tout premier but en C1 d'une superbe tête plongeante. Malheureusement pour les Londoniens, Huntelaar et Farfan ont réduit la marque pour assurer le point du nul. 

Les réactions :

René Girard (entraîneur de  Montpellier): "Je ne dirai pas que nous avons perdu en raison du manque  d'expérience, mais à cause de trop d'erreurs individuelles. Ces erreurs nous  ont coûté cher. L'Olympiakos est une équipe avec beaucoup de qualités et qui  est capable d'aller plus loin en Ligue des champions. Pour nous, cela a été une  bonne expérience de jouer la C1, mais nous espérions sans doute avoir de  meilleurs résultats."