Montpellier, Olympiakos, Bedimo
Les Montpelliérains devront se montrer plus solides qu'au match aller où ils s'étaient inclinés dans les derniers instants (1-2) | PASCAL GUYOT / AFP

Montpellier, pour ne pas quitter l'Europe

Publié le , modifié le

En déplacement au Pirée pour y affronter l'Olympiakos ce mardi à l'occasion de la 4e journée de Ligue des champions (20h45), Montpellier n'a plus le droit à l'erreur s'il veut encore espérer un avenir européen cette saison. Les Grecs, eux, voudront préserver un espoir de qualification, alors que le leader Schalke 04 reçoit Arsenal, son dauphin, pour conserver la tête de ce groupe B et se rapprocher des huitièmes de finale.

L'équation est simple pour le champion de France en titre. En cas de défaite sur la pelouse du stade Georgios Karaïskakis, il n'aura plus que son honneur à défendre sur la scène européenne. Lanterne rouge de son groupe, Montpellier doit au moins décrocher le nul en Grèce pour espérer poursuivre le rêve européen, vraisemblablement en Europa League. Revigorés sur le sol français où ils viennent d'enchaîner une victoire et un nul en Ligue 1, entrecoupés d'une qualification en Coupe de la Ligue, les Héraultais cherchent toujours la bonne carburation à l'échelon supérieur. S'ils ont marqué et mené lors de toutes leurs sorties en Ligue des champions cette année, les hommes de René Girard n'ont jamais été capables de s'imposer, la faute à une défense poreuse (6 buts encaissés). "De toute façon, les dés sont pipés dans cette compétition" affirme d'ailleurs le technicien du MHSC.

Laurent Nicollin : "Au moins l'Europa League"

Au cœoeur d'une saison compliquée, nul doute que l'Europe n'est pas une priorité pour les Pailladins. Toutefois, leur relative aisance à l'extérieur, en témoigne le bon nul ramené de Schalke (2-2) début octobre mais aussi les deux victoires glanées loin de La Mosson en championnat (contre 1 seule à domicile), peuvent laisser espérer une belle performance. D'autant plus qu'une victoire permettrait à Montpellier de dépasser son adversaire du soir. "On a un espoir de faire quelque chose, assure d'ailleurs Laurent Nicollin, à l'inverse de son entraîneur. On va essayer de se battre chèrement pour obtenir au moins cette qualification en Ligue Europa." Battre l'Olympiakos ne s'annonce toutefois pas chose aisée pour les Languedociens. Les hommes de Leonardo Jardim caracolent en tête du championnat grec et s'avèrent impitoyables à domicile (15 buts marqués, 1 seul encaissé en 5 matchs). S'il n'a jamais réussi à battre une équipe française sur ses terres, échouant contre Lyon, Bordeaux, Saint-Etienne ou Marseille dans le passé, le champion de Grèce en titre peut revenir dans la course à la qualification en cas de succès.

Schalke peut tutoyer la qualification

En accueillant son dauphin Arsenal, qui ne pointe qu'à une petite unité, Schalke 04 remet sa place de leader du groupe en jeu. Vainqueur en Angleterre (0-2), les Allemands ont mis la pression sur les troupes d'Arsène Wenger. En cas de nouvelle défaite, ils pourraient voir l'Olympiakos recoller voire les devancer, avec en point de mire un déplacement périlleux au Pirée lors de la dernière journée. Vainqueurs d'un match fou contre Reading en Coupe de la Ligue (7-5) en milieu de semaine, les Gunners ont à nouveau étalés leurs manques face à Manchester United ce week-end (2-1). Pour les protégés de Huub Stevens, une victoire laisserait entrevoir une qualification pour les huitièmes de finale. "La Ligue des champions entre dans sa phase critique et on ne peut plus se permettre aucune erreur", a prévenu Arsène Wenger. "Mais ce groupe de joueurs est fort, nous avons confiance et nous irons à Schalke mardi en pensant que nous pouvons y obtenir un bon résultat" a conclu l'Alsacien. Une odeur de souffre planera sur la Veltins Arena.

Modesto craint Montpellier : "C'est un match important, car une victoire pourrait presque nous qualifier pour l'Europa League et nous relancer vers la seconde position, mais on s'attend à un match très difficile, car les équipes françaises sont toujours difficiles à jouer à l'extérieur", a expliqué le défenseur corse passé notamment par Bastia et Monaco. Le joueur, assis aux côtés de son entraîneur, le Portugais Leonardo Jardim, s'est exprimé devant une salle de presse vide, pour cause de grève des journalistes grecs, scène surréaliste filmée et mise sur son site internet par les caméras du club d'Olympiakos.

Jerome Carrere