Leonardo Greco (Olympiakos) éjecte de sa route Joris Marveaux (Montpellier)
Leonardo Greco (Olympiakos) éjecte de sa route Joris Marveaux (Montpellier), à l'image de la formation languedocienne nettement battue en Grèce | LOUISA GOULIAMAKI / AFP

Montpellier pas invité

Publié le , modifié le

Le constat est sévère mais lucide. Le Montpellier Hérault Sporting Club n'a clairement pas le niveau requis pour la plus prestigieuse épreuve continentale. Avec un point récolté en quatre matches et une double défaite face au champion de Grèce, le champion de France en titre a déçu tous ceux qu'il avait enchantés la saison passée. Le manque d'expérience et les défaillances individuelles constituent les principales raisons de ce fiasco.

Montpellier a été éliminé de la Ligue des champions dès la 4e journée avec la défaite concédée mardi sur le terrain de l'Olympiakos (3-1), les Languedociens ne pouvant plus terminer à une des deux premières places du groupe B. Battu il y a quinze jours à domicile par le club du Pirée (1-2), Montpellier n'a donc récolté aucun point contre une équipe hellène pourtant largement à sa portée. Plus grave, les chances des Héraultais de décrocher la 3e place, synonyme de reversement en Ligue Europa, sont désormais très faibles même en remportant leurs deux derniers matches dans le groupe B, à Arsenal puis contre Schalke, deux adversaires qu'ils n'ont pas réussis à vaincre (1-2 puis 2-2).

Beaucoup de manques

A chaque fois, le MHSC a manqué d'un peu de tout pour franchir le cap d'un grand match européen: de talent, de rigueur, d'abnégation, de concentration, de folie. En un mot d'efficacité. Lauréat surprise du championnat de France au printemps dernier –après un exercice exceptionnel pour un club qui n'avait fait mieux qu'une 3e place avant cette consécration, le Montpellier dirigé par Louis Nicollin n'a peut-être pas mis son degré d'exigence au niveau de la Ligue des champions, compétition terrible pour les débutants.

Ne pouvant s'appuyer sur l'expérience de quelques joueurs chevronnés, le MHSC a pensé pouvoir s'en sortir grâce au talent de quelques-uns de ses joueurs ajouté à la science tactique de son entraîneur madré. Mais René Girard n'a pu que constater les dégâts: "Je ne dirai pas que nous avons perdu en raison du manque d'expérience, mais à cause de trop d'erreurs individuelles. Ces erreurs nous ont coûté cher", a confié le coach montpelliérain à l'issue de la débâcle athénienne. "L'Olympiakos est une équipe avec beaucoup de qualités et qui est capable d'aller plus loin en Ligue des champions. Pour nous, cela a été une bonne expérience de jouer la C1, mais nous espérions sans doute avoir de meilleurs résultats."

Groupe pas insurmontable

Cette franchise ne doit pas faire oublier les manquements de sa formation sur le moyen terme. Il ne suffit pas de dire la vérité puis de tourner la page. Montpellier a certes affiché des lacunes inquiétantes mais il convient de se servir de cet échec pour y remédier et se relancer vers le Top 5 du classement de Ligue 1, l'objectif affiché par "Loulou" Nicollin cet été. Friables en défense notamment sur les côtés, trop peu mobiles devant pour déborder des équipes qui ne figurent même pas dans le gotha européen (Olympiakos, Schalke et Arsenal ne postulent pas à la victoire finale), le MHSC a dévoilé ses limites. 

Tauliers décevants

Le départ d'Olivier Giroud, même s'il n'aurait pas tout résolu, n'a pas été compensé. Younes Belhanda n'a pas encore franchi le cap pouvant l'amener à devenir un "fuoriclasse" comme disent les Italiens, et certains cadres n'évoluent pas à leur niveau habituel (Henri Bedimo, Joris Marveaux, Anthony Mounier et surtout Mapou Yanga-Mbiwa, méconnaissable en Grèce et très nerveux depuis le début de saison comme en témoigne sa longue suspension pour un coup de coude sur le Stéphanois Romain Hamouma). 

Reste maintenant à terminer du mieux possible ce parcours en C1 avec si possible une victoire dans l'une des deux dernières rencontres (sur la pelouse d'Arsenal puis contre Schalke), tout en réagissant en L1 où Montpellier n'a pris que 4 points sur 12 depuis un mois. Le MHSC pointe au 14 e rang avec 12 points en 11 journées (et déjà 5 défaites soit une seulement de moins que la saison dernière au terme du championnat). La situation est grave mais pas désespérée.