Schalke - Montpellier
Le bonheur de Camara et Marveaux | AFP - PATRIK STOLLARZ

Montpellier arrache le nul à Schalke

Publié le , modifié le

Pour son 2e match en Ligue des Champions, Montpellier a engrangé son premier point (2-2), lors de son voyage à Schalke. Comme contre Arsenal, les Héraultais ont ouvert le score rapidement, mais comme contre les Gunners, ils ont encaissé l'égalisation trop vite. Mais cette fois, ils ont su égaliser par Camara au bout du temps réglementaire (90e). Dans le même temps, Arsenal a vaincu l'Olympiakos (3-1) à l'Emirates.

Les matches se suivent, mais les leçons semblent retenues. Lors de sa première sortie en Ligue des Champions, Montpellier avait ouvert le score contre Arsenal au bout de neuf minutes, avant de perdre (2-1). A Gelsenkirchen, contre Schalke, l'équipe n'a attendu que quatre minutes de plus pour trouver le chemin des filets. Décalé par Belhanda, le milieu de terrain Ait-Fana revenait vers l'intérieur et trouvait, d'une frappe enroulée, le petit filet opposé (13e).

Mais comme à la Mosson contre les Gunners, l'avantage a été de courte durée. Les Gunners avaient égalisé sept minutes après avoir encaissé le premier but, les Allemands l'ont fait treize minutes après, par Draxler, bien lancé en profondeur par Huntelaar. Devançant la sortie de Jourdren, il n'avait plus qu'à envoyer le ballon dans le but vide (26e). Si Belhanda frappait de peu à côté (29e), c'est plutôt Schalke 04 qui se montrait dominateur. Pukki voyait sont tir flirter avec le poteau (43e), mais la mi-temps était atteinte sur un score nul (1-1).

Double peine pour Bocaly

Au retour des vestiaires, Pukki se remettait en évidence, forçant Jourdren à se coucher pour dévier sa frappe en corner (47e). Le portier héraultais était encore là pour repousser du pied une tête suite à un corner (49e). Mis sous pression, Montpellier finissait par craquer à la 51e minute. Draxler, le buteur, partait dans un raid en solitaire, bénéficiant d'un contre favorable pour se retrouver devant Jourdren, mais Bocaly revenait et commettait une faute évidente dans la surface de réparation sur ce jeune joueur, touché au poignet et obligé d'être remplacé. C'était la double peine: carton rouge et penalty, transformé par Huntelaar. Réduits à 10 et menés (2-1), les hommes de René Girard se retrouvaient en mauvaise posture. A la 65e minute, la volée de Huntelaar, parfaitement équilibré à l'entrée de la surface, contraignait Jourdren à effectuer une superbe parade.

La suite de la rencontre se résumait à une maitrise encore accrue des Allemands, et une équipe de Montpellier obligée d'accentuer ses efforts pour combler les espaces, se contentant de contres pour tenter d'égaliser. Malgré un duel perdu par Huntelaar, qui ne cadrait pas sa frappe devant le but (88e), ou cette belle intervention de Stambouli devant Hafellay (90e), Schalke ne marquait pas. Et c'est au contraire Montpellier, sur une frappe enroulée de Camara des 18m, qui égalisait alors qu'on entrait dans le temps additionnel (90e). Un véritable exploit compte-tenu de l'expulsion de Bocaly, de la domination de Schalke qui peut nourrir bien des regrets de n'avoir pas marqué un but qui leur a parfois tendu les bras.

Giroud remplaçant et pas buteur

A 10 contre 11, Montpellier tenait son exploit, tenait son premier point dans cette compétition.Après avoir frôlé une deuxième défaite de rang, qui aurait condamné son avenir dans cette épreuve, les Héraultais restent dans le coup. Bien sûr, la première place s'éloigne, après la victoire d'Arsenal, à domicile, contre l'Olympiakos (3-1). Encore une fois, Gervinho a été buteur, d'une frappe croisée à la 42e minute. Mais alors qu'ils avaient fait le plus dur, les Gunners se sont déconcentrés et ont permis à Mitroglou d'égaliser d'une superbe tête (1-1, 45e).

Après la pause, les hommes d'Arsene Wenger, qui purgeait le deuxième de ses trois matches de suspension et était donc en tribunes, ont néanmoins repris le contrôle du match, grâce encore une fois à l'intenable Gervinho qui a parfaitement servi Podolski pour prendre de nouveau l'avantage (2-1, 56e). Malgré des changements très offensifs et notamment l'entrée en jeu du meneur de jeu Ibagaza, les Grecs n'ont plus réussi à mettre en danger une équipe d'Arsenal qui s'est créé deux nouvelles occasions par Giroud (82e et 88e) avant d'inscrire un troisième but par Ramsey (3-1, 90).

Réactions

Huub Stevens (entraîneur de Schalke): "On aurait dû assurer la victoire et saisir nos occasions. Notre problème fut dans la possession du ballon et on n'a pas bien joué en fin de match. C'est impensable de permettre à l'adversaire de revenir sur un contre. En Ligue des champions, c'est immédiatement la punition. (un bras d'honneur de l'entraineur français?) Je n'ai rien vu en direct. J'ai vu quelque chose... Mais ce n'est pas un sujet de discussion. Arrêtons ça!"
René Girard
(entraîneur de Montpellier): "C'est un match qui va faire du bien. On a vu une équipe jouer le coup jusqu'au bout. Faire ce qu'on a fait à dix pendant 35 minutes, c'est pas évident, surtout à l'extérieur. Ce soir, c'est un petit exploit. Je suis fier de mes joueurs. On a mérité ce point. A 11 tout le long, cela aurait été une autre histoire. Il n'y a que Souley (Camara) pour faire un truc pareil ! Cette équipe (de Schalke) nous a manqué de respect, à commencer par le coach. Et quand on ne respecte pas on le paye ! Je suis très content car la Ligue des champions continue. Il faut y croire jusqu'au bout".
Souleymane Camara (attaquant de Montpellier): "(but égalisateur) Je ne sais pas si c'est une justice mais en tous cas ça fait plaisir. On a fait un grand match face à une grande équipe. Maintenant il faut faire bonifier ce point et préparer le prochain match. On a cru en nous jusqu'au bout. Avec le (carton) rouge c'était pas évident. Mais on n'a pas baissé les bras et on a continué de bosser jusqu'au bout. Je suis très content pour moi et pour toute l'équipe. On méritait ça".
Steve Bould
(entraîneur adjoint d'Arsenal): "On a senti ce soir que les joueurs avaient perdu un peu de confiance après la défaite face à Chelsea mais on s'est remis sur de bons rails avec cette victoire. On n'a pas été fantastique mais le plus important était de gagner. C'est un résultat important qui nous permet de consolider notre place en tête du groupe et de retrouver un peu de confiance."
Leonardo Jardim (entraîneur de l'Olympiakos): "Je pense que la défaite ne fait pas justice à la manière dont nous avons joué. En première période, on a été performant et on a créé des problèmes à Arsenal avec notamment trois occasions franches. On a eu plus de mal après la pause car Arsenal a mieux joué mais on est tout de même resté bien organisé. Mais on a payé notre manque d'efficacité en première période."