Gianni Infantino
Gianni Infantino, président de la FIFA | PHILIP OJISUA / AFP

Mondial à 48 équipes ? Une idée "fantastique" pour Diego Maradona

Publié le , modifié le

Ne faisant pas l'unanimité autour de son projet d'un Mondial à 48 équipes, le président de la FIFA Gianni Infantino a reçu un soutien de poids en la personne de Diego Maradona.

Diego Maradona a estimé lundi que faire passer la Coupe du monde de 32 à 48 équipes, une proposition défendue par le président de la FIFA, Gianni Infantino, était une idée "fantastique". "Cela me semble une idée fantastique. Cela donnera plus de possibilités à plus de pays qui n'avaient jamais atteint ce niveau de la compétition", a déclaré Maradona lundi, à l'issue d'un match rassemblant des anciens joueurs et disputé au siège de la Fifa, à la veille d'un vote crucial sur l'élargissement du format du Mondial dès 2026. Le gouvernement du football mondial se prononcera mardi sur une proposition du président Infantino, qui soutient un format de Coupe du monde à 48 équipes, avec 16 groupes de 3 équipes.

David Trezeguet lui aussi favorable à un nouveau format

Ce nouveau format qui, selon M. Infantino, augmenterait l'intérêt sportif du tournoi en offrant la possibilité à plus de pays d'espérer se qualifier, accroîtrait également sensiblement les revenus du Mondial. Ainsi, selon un rapport confidentiel de la FIFA, consulté par l'AFP, un Mondial à 48 équipes rapporterait 640 millions de dollars supplémentaires (605 M EUR) par rapport aux prévisions du Mondial 2018 en Russie à 32 équipes. A ceux qui estiment qu'un Mondial à 48 entraînerait une baisse du niveau sportif, Maradona répond: "Au contraire, la qualité ne tombera pas (...) Ce serait un tournoi avec plus de football".

Pour l'ancien international français David Trezeguet, champion du monde en 1998, le Mondial à 48 "est une belle idée. Bien sûr qu'il y a beaucoup de choses et de solutions à trouver. Mais c'est sûr que ça peut donner beaucoup plus de possibilités à des pays et surtout à des joueurs qui n'ont pas connu cette belle compétition". De nombreuses réticences ont été émises sur ce nouveau format. Ainsi, l'Allemand Karl-Heinz Rummenigge, président de la puissante Association des clubs européens (ECA), estime que le calendrier des joueurs est déjà bien assez chargé. D'autres mettent en doute la réalité des prévisions financières de la Fifa, alors que deux partenaires majeurs n'ont pas été remplacés.

AFP