Nabil Fekir

Mondial 2018 - Préparation : La France domine l'Irlande (2 à 0)

Publié le , modifié le

A 19 jours de son entrée en lice à la Coupe du monde 2018, l’équipe de France a réussi son premier test préparatoire. Face à une équipe d’Irlande complètement dépassée et battue 2 buts à 0, les Bleus ont montré un visage offensif et séduisant, même si l’addition aurait pu être plus salée. Olivier Giroud (40e) et Nabil Fekir (43e) ont marqué.

Premier test réussi pour les Bleus. Sous le ciel orageux de Saint-Denis, le Stade de France a été le théâtre d’une démonstration offensive des hommes de Didier Deschamps. Accueillant l’Irlande, forcément envieuse de se venger de l’élimination en huitièmes de finale de l’Euro 2016 (2-1), l’équipe de France a montré qu’elle était capable de gagner un match qu’elle dominait. Et ce sans encaisser de buts. Victoire nette et sans bavure dans la forme avec 2 buts marqués de Giroud (40e)  et Fekir (43e) sans en encaisser un seul, le premier clean sheet depuis 3 matches. Même si l'addition aurait pu être plus salée, ce résultat reste de bon augure à 19 petits jours de l’entrée au Mondial 2018, face à l’Australie. D’autant plus que si Deschamps voulait « des réponses » et « concerner un maximum de joueurs » (sur ce match Fekir, N’Zonzi, Tolisso, Rami et Mandanda qui ne figurent probablement pas dans son équipe type), il n’aura pas été déçu. Cerise sur le gâteau, le latéral Benjamin Mendy, opéré du genou en septembre et qui n'a retrouvé les terrains que le 22 avril, a montré sa très bonne forme physique.

Malgré un début de match outrageusement dominé, en témoignent les 89% de possession sur le premier quart-d’heure de jeu, les coéquipiers de Blaise Matuidi ont mis plus de 40 minutes avant d’ouvrir le score. Les phases offensives, les combinaisons et la recherche d’automatisme étaient là, mais pas la finition. Mbappé (3e), Fekir (22e), Mendy (25e), Giroud (32e) ou encore Tolisso (38e) ont tous essayé d’y aller de leur réalisation, mais que ce soit à cause de Doyle, son poteau ou de leur imprécision, le score restait nul et vierge.

Giroud, encore décisif

Sauf qu’à force de plier, les Irlandais ont fini par céder. Sur un corner frappé par le capitaine lyonnais Nabil Fekir, Olivier Giroud, en deux temps, a libéré le Stade de France en inscrivant son 10e but lors de ses 10 dernières titularisations (40e). Et accessoirement en égalant un certain Zinedine Zidane avec 31 réalisations au classement des meilleurs buteurs tricolore.

Il n’en fallait pas moins pour lancer la machine bleue. Moins de 3 minutes plus tard, après un une-deux avec Kylian Mbappé, Fekir éliminait Rice pour placer une frappe lourde du droit en direction de la cage de Doyle. Pourtant sur la trajectoire, le portier irlandais, impérial jusque-là, déviait la balle dans ses cages à cause de ses poings pas assez fermes. Deux buts à zéro, le premier depuis 3 ans pour Nabil Fekir. L’équipe de France pouvait retourner au vestiaire avec le sentiment du devoir accompli.

Manque de réussite

En seconde mi-temps, la maladresse française réapparaissait. Peut-être la faute au terrain du Stade de France, totalement détrempé. Mais pas que. Auteur d'une bourde face à Nabil Fekir, Colin Doyle se montrait précieux face au pied gauche d'Olivier Giroud (51e), à la tête de Blaise Matuidi (61e) ou à Kylian Mbappé (65e). Et les entrées de Lucas Hernandez (Mendy), Presnel Kimpembe (Umtiti), Antoine Griezmann (Fekir), Paul Pogba (Tolisso), Ousmane Dembélé (Mbappé) et de Benjamin Pavard (Sidibé) n'auront rien changé au résultat final, malgré de belles combinaisons.

Positif pour la suite

Sous l'orage et les intempéries, les Bleus ont montré un beau visage face à une équipe d'Irlande qui ne participera pas à la Coupe du monde après son élimination en barrage face au Danemark . Que ce soit sur le plan collectif ou individuel, ils ont été solides en défense (1 tir cadré de l'Irlande, en toute fin de match) et en attaque, s'offrant de quoi commencer à engranger de la confiance après deux derniers matches moyens (défaite 2-3 face à la Colombie et victoire 3-1 en Russie). Désormais, cap sur l’Italie, dès vendredi, avant de rencontrer les Etats-Unis samedi 9 juin, à une semaine de l’aventure russe.


Réactions :

Nabil Fekir, attaquant des Bleus : "C'est vrai que ça fait plaisir d'être ovationné par le public du Stade de France, mais ce n'est pas le plus important. Le coach m'avait dit que j'étais libre, que je pouvais me balader un peu partout sur le terrain. J'ai essayé de prendre les espaces. Je suis satisfait. Après, ce n'est pas mon meilleur match, mais c'est un bon match, avec un but à la clé."

Martin O'Neill, entraîneur de l'Irlande : "La France est une équipe forte, avec de nombreux talents individuels. C'est une des équipes favorites à la Coupe du monde, je ne veux pas mettre la pression sur leur sélectionneur, mais je pense qu'ils se sont améliorés par rapport à il y a deux ans. On était la deuxième meilleure équipe aujourd'hui sur le terrain, et on était face à une des meilleures équipes au monde. On a bien défendu, on peut mieux utiliser le ballon quand on l'a mais c'est une très belle expérience pour nos jeunes joueurs qui étaient sur le terrain. Ce ne sera pas du tout une surprise si la France finit dans le dernier carré de la Coupe du monde, donc la défaite n'est pas une déception. La question, c'est de mieux utiliser le ballon quand on l'a".



Les autres résultats : 

Portugal 2 - 2 Tunisie
Italie 2 - 1 Arabie Saoudite
Nigeria 1 - 1 RD Congo
Turquie 2 - 1 Iran
 

Leo Anselmetti @LeoAnselmetti