Sergei Pryadkin

Mondial 2018 : "Où sont les toits des stades", s'agace le patron du championnat russe

Publié le , modifié le

Le président de la Ligue professionnelle de football russe Sergei Pryadkin s'est agacé lundi de l'absence de toits rétractables dans la plupart des stades construits ou rénovés à l'occasion de la Coupe du monde 2018.

Sur les 12 stades de la Coupe du monde, un seul, celui de Saint-Pétersbourg, dispose d'un toit que l'on peut fermer. Une situation qui inquiète le patron de la Ligue alors que ces enceintes seront ensuite utilisées en championnat dans des conditions climatiques parfois difficiles. "Quand nous organisons des matches de préparation dans ces nouveaux stades, je me demande à chaque fois: pourquoi n'ont-ils pas de toits (rétractables)? C'est la question que je pose à ceux qui ont conçu ces stades", a déclaré Pryadkin en conférence de presse. "Quand ces stades ont été construits, personne ne nous a consultés", a déploré Pryadkin tout en admettant qu'il était "bien d'avoir de nouvelles enceintes même si elles ne sont pas entièrement couvertes".

Le climat continental avait conduit l'Union Soviétique puis la Russie à construire des stades couverts équipés de pelouses synthétiques. Ces structures servent désormais de terrains d'entraînement, le championnat russe ayant décidé d'adopter des standards internationaux et de jouer uniquement sur des pelouses naturelles. Le championnat russe observe ainsi une trêve de trois mois en hiver où la neige et les températures extrêmes ne permettent pas le déroulement des matches. Le vice-Premier ministre Vitali Moutko a toutefois suggéré la semaine dernière de revenir sur l'interdiction des pelouses artificielles.
 

AFP