Kevin Boateng Milan AC
Kevin Boateng (Milan AC) | AFP - GIUSEPPE CACACE

Milan-Arsenal, de la revanche dans l'air

Publié le , modifié le

L'affiche de la semaine en Ligue des champions met aux prises l'AC Milan à Arsenal ce mercredi soir à San Siro. Thierry Henry, qui disputera son ultime match avec son club de cœur, tentera d'offrir la victoire aux siens sur une pelouse qu'il apprécie pour y avoir inscrit un triplé contre l'Inter en 2003. L'autre match du jour oppose à 18h le Zenit Saint-Pétersbourg au Benfica Lisbonne.

Il y a quatre ans, Arsenal avait réussi l'exploit de sortir l'AC Milan dès les huitièmes de finales de la Ligue des champions. Après un match nul vierge à l'aller, les Anglais s'étaient imposés (2-0) à Giuseppe-Meazza en dominant le champion d'Europe en titre de la tête et des épaules. Cette saison, les Gunners ont terminé premiers du groupe F devant Marseille tandis que les Rossoneri n'ont fini que deuxièmes du groupe H, devancés par le FC Barcelone. Mais si les Milanais restent en course pour le Scudetto après leur précieux succès à Udine samedi (2-1), les Londoniens ont d'ors et déjà fait une croix sur la Premier League, les deux équipes de Manchester comptant trop d'avance. 

Wenger maudit en Europe

Le duel entre ces deux ténors continentaux s'annonce serré, Arsenal ayant l'avantage de disputer le retour à l'Emirates Stadium. Vainqueurs ce week end à Sunderland (2-1) –ce qui leur a permis de s'emparer de la 3e place du championnat, les hommes d'Arsène Wenger font de cet C1 un objectif majeur. Arsenal n'a jamais gagné de Coupe d'Europe sous la férule du technicien alsacien, perdant la finale de la Coupe de l'UEfA en l'an 2000 contre Galatasaray aux tirs au but, puis la finale de la Ligue des champions 2006 contre Barcelone (2-1) au Stade de France. Le Milan, de son côté, a remporté à sept reprises cette "Coupe aux grandes oreilles", la dernière fois en 2007 contre Liverpool. Ce choc sera également la der de Thierry Henry sous le maillot rouge et blanc, après six semaines d'une pige fructueuse.

Prêté en janvier par les New York Red Bulls, le Français, âgé de 34 ans, a déjà marqué trois buts pour son club de coeur: celui de la victoire dès son premier match en Coupe d'Angleterre contre Leeds (1-0), un lors de l'écrasante victoire des Gunners sur Blackburn (7-1) il y a huit jours et un autre, décisif, samedi à Sunderland (2-1) à l'ultime minute. Henry a fait six apparitions depuis son arrivée à Londres, faisant son entrée la plupart du temps à environ 25 minutes de la fin. Selon toute probabilité, il sera également remplaçant face à l'AC Milan. L'attaquant n'est pas obsédé par l'idée de quitter l'Europe sur un nouveau but. "Je n'y ai même pas pensé. Je veux seulement aider Arsenal", a-t-il dit au quotidien The Independent. 

Accueil glacial pour Benfica

Arsène Wenger opte pour la formule offensive pour ce choc qui se déroulera sans Per Mertesacker, blessé à la cheville et absent un mois. L'ancien coach de Monaco a expliqué qu'il allait aligner une formation offensive à San Siro en s'inspirant du FC Barcelone, la seule formation à avoir battu les Italiens lors de la phase de poules. "Quand vous jouez à l'extérieur au match aller, vous avez toujours intérêt à tout faire pour marquer ce but qui vous donnera un certain confort au match retour", a expliqué le Français. "On va essayer de marquer, bien évidemment. Le système récompense ceux qui savent faire preuve d'audace à l'extérieur", a-t-il ajouté.

A plusieurs centaines de kilomètres de Milan, le Benfica Lisbonne sera mercredi avec sa colonie de Sud-Américains sur les terres froides de Russie, où des températures largement en dessous de zéro sont annoncées. Si les Russes seront a priori plus habitué aux conditions climatiques que les visiteurs, ils sont toutefois encore en phase de rodage puisque leur championnat n'a pas repris.

Grégory Jouin @GregoryJouin