Michel Platini, ex-président de l'UEFA
Michel Platini, ex-président de l'UEFA, le 26 juin 2019 | AFP

Michel Platini demande des comptes à l'UEFA

Publié le , modifié le

De retour sur la scène médiatique après trois ans à ronger son frein, l'ex-président de l'UEFA Michel Platini a révélé à l'AFP qu'il réclame à l'instance le paiement d'arriérés de salaire et d'un bonus "prévus dans son contrat", ainsi que le paiement de frais d'avocats.

Sa suspension de quatre ans a pris fin début octobre et l'ancien patron du football européen n'a pas tardé à refaire parler de lui. Avec la sortie de son livre "Entre Nous" qui revient sur les coulisses de sa chute, Platini revient sur le devant de la scène. L'homme de  64 ans n'hésite pas non plus à évoquer l'actualité du football et a par exemple eu un accrochage par médias interposés avec le directeur sportif du PSG Leonardo, au sujet du nombre de représentants français dans le club parisien.

Un montant estimé à 7,2 M€

Dans un entretien cette fois accordé à l'AFP, Michel Platini explique qu'il réclame à l'UEFA le paiement d'arriérés de salaire et d'un bonus "prévus dans son contrat", ainsi que le paiement de frais d'avocats. Selon des sources proches du dossier, le montant global avoisinerait environ 7,2 millions d'euros, dont 5,5 M EUR d'arriérés de salaires. Ces chiffres n'ont toutefois pas été confirmés par celui qui fut l'ancien dirigeant de l'UEFA entre 2007 et 2016, et ont aussi été réfutés par l'un de ses avocats.

"Via mes avocats, je demande l'application des éléments contractuels", a indiqué Platini qui estime que les montants évoqués "sont faux". Selon des sources proches du dossier il demanderait un bonus de 1,8 M EUR "pour sa contribution au succès de l'Euro-2016 en France", le paiement de 636.000 euros de frais d'avocats, en plus des arriérés de salaires pour "la période allant de 2016 à 2019".

Vers une action aux prud'hommes

Dans un email toujours adressé à l'AFP, son avocat Me Vincent Solari, précise qu'il va "sans doute devoir engager une procédure" aux prud'hommes "car l'UEFA, après avoir longuement temporisé, vient de nous indiquer qu'elle contestait cette prétention, sans aucune motivation". L'avocat ajoute également qu'il conteste les chiffres communiqués. "Nous n'avons pas réclamé le bonus que vous indiquez, ni en l'état un montant de salaire tel que celui que vous mentionnez, mais largement moins", a tempéré l'avocat.

à voir aussi Au PSG, c'est Leonardo le patron Au PSG, c'est Leonardo le patron