Michel Denisot
Michel Denisot, dans les tribunes du Parc des Princes le 22 décembre 2013. | JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA / DPPI

Michel Denisot se prononcera lundi sur une éventuelle candidature à la présidence de la LFP

Publié le , modifié le

Ancien président du Paris Saint-Germain et journaliste, Michel Denisot se prononcera lundi sur une éventuelle candidature à la présidence de la LFP. Le président de la Fédération Française de Football Noël Le Graët estime lui que Denisot " a toutes les qualités pour le poste".

Le journaliste et ancien président du PSG Michel Denisot se prononcera lundi sur ses intentions en vue de la présidence de la Ligue de Football Professionnel (LFP), a-t-il dit dans L'Equipe de vendredi. "J'ai été contacté par plusieurs personnes. On m'a demandé si j'étais intéressé par le poste de président de la Ligue. J'ai réclamé quelques jours de réflexion. Je dirai lundi si on peut aller plus loin dans la conversation. Il s'agit d'une question d'organisation de vie personnelle", a avancé l'actuel représentant de la Fédération (FFF) au sein du conseil d'administration de la LFP, par ailleurs directeur de la rédaction du mensuel Vanity Fair.

Jean-Pierre Denis, qui avait assuré la présidence de la LFP par intérim après le départ de Frédéric Thiriez en avril, était pressenti pour être élu président. Mais il n'en a plus envie selon L'Equipe, le poste ayant été vidé de sa substance par une réforme qui a octroyé au n°2, le directeur général exécutif de l'instance, Didier Quillot, l'essentiel des pouvoirs.

"Son image est très forte"

La Ligue est actuellement divisée entre les "gros" et les "petits" clubs, ces derniers remettant en question la répartition des droits TV. Cette brouille a empêché le 5 octobre l'élection du nouveau président faute de quorum. Le président de la Fédération, Noël Le Graët, a apporté un soutien implicite à Michel Denisot, toujours dans L'Equipe : "Il est un homme reconnu dans le milieu du football. Il a été président d'un grand club de L1 (le PSG de 1991 à 1998) et d'un autre qui a évolué en L2 et en National (Châteauroux, 1989-1991 et 2002-2008). Il connaît tous les aspects d'un rôle de dirigeant, tranche le président de la FFF. Son comportement a toujours été irréprochable et son image est très forte. Maintenant, c'est à lui de se décider. Il ne faut jamais se mettre à la place des gens. Président de la Ligue, il faut en avoir envie. Je pense du bien de lui. Il a toutes les capacités pour le poste".

AFP