Quel mercato pour les clubs de Ligue 1 ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Kevin Gameiro
Kevin Gameiro, l'attaquant français de Valence. | Maria Jose Segovia / NurPhoto

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Trente-et-un jours pour changer le cours de la saison. Du 1er au 30 janvier, le mercato d'hiver sera ouvert en France. L'occasion pour les clubs de Ligue 1 de se renforcer, de dégraisser, ou le risque d'être affaibli face à des impératifs financiers. A quelques jours de l'ouverture de ce mercato, tour d'horizon des enjeux pour les clubs français.

Lyon va sortir les griffes, l'OM et le PSG plus sages

Pas de doute : le principal animateur du mercato côté français sera l'Olympique lyonnais. Ce qui n'est pas forcément pour réjouir les supporters lyonnais, puisque cela résulte d'un début de saison raté (Lyon est 12e de L1) et de deux graves blessures de Memphis Depay et Jeff Reine-Adelaïde, soient les deux meilleurs joueurs de l'OL depuis août. Qualifié en 8e de Ligue des champions contre la Juventus, et à la traîne en championnat, Lyon n'a donc d'autres choix que de se montrer offensif sur le marché hivernal. Et les premiers noms qui circulent sur les bords du Rhône en attestent : l'OL sera ambitieux. Ainsi, Olivier Giroud (Chelsea), Kévin Gameiro (Valence), Thomas Lemar (Atlético de Madrid), Steven Nzonzi (Galatasaray) et Hatem Ben Arfa (libre) ont été cités du côté de Lyon. Les Gones aimeraient également trouver un arrière gauche, et peut-être un défenseur central. Dans le sens des départs, celui de Marcelo serait souhaitable compte tenu des tensions avec une partie des supporters. Bref, le directeur sportif Juninho va avoir du travail. Enfin l'occasion pour lui de montrer qu'il est bien directeur sportif, et pas une simple marionnette actionnée par Aulas pour calmer les supporters.

A Marseille, le mois de janvier sera plus calme. D'abord parce que tout va bien sportivement pour l'OM, deuxième de Ligue 1. Mais aussi parce que le club phocéen est soumis par le fair-play financier de l'UEFA. Pas de folie donc pour Marseille, qui tentera tout de même de dénicher un arrière gauche (comme à chaque mercato...), et pourrait tenter le coup Boulaye Dia (Reims). Le principal enjeu pour l'OM sera de réussir à pousser Grégory Sertic et surtout Kévin Strootman vers la sortie. Du haut de ses 500 000 euros mensuels, le Néerlandais pèse beaucoup trop sur les finances du club, et pas du tout sur le jeu de l'OM. Il pourrait toutefois être sauvé en cas de départ de Morgan Sanson, qui a la côte outre-Manche, et qui pourrait rapporter gros au club. Mais pas sûr que cela soit du goût de Villas-Boas. Enfin, les supporters attendent impatiemment la signature de la pépite du centre de formation, Isaac Lihadji (17 ans), approché par Dortmund et le LOSC, entre autres. En ce qui concerne le PSG, pas de folies attendues. Le club de la capitale pourrait toutefois perdre Edinson Cavani, qui serait tombé d'accord avec l'Atlético de Madrid. Layvin Kurzawa est aussi sur le départ, et serait remplacé s'il quittait Paris en janvier.

Lille à l'affût, Monaco en stand-by

Christophe Galtier est un entraîneur heureux : à Lille, il peut compter sur un effectif où tous les postes sont doublés. Et en cas de départ, sa cellule de recrutement conseillée par Luis Campos lui dégote immédiatement un jeune crack en remplacement. Cet hiver, l'entraîneur lillois pourrait une nouvelle fois perdre un de ses titulaires : Boubakary Soumaré. Impressionnant au milieu de terrain, le joueur formé au PSG affole les clubs anglais. Un transfert dans l'ordre des 50 millions d'euros pourrait intervenir au mois de janvier. Jackpot pour le LOSC, qui avec Renato Sanches et Xeka compte déjà deux remplaçants de choix en cas de départ. En attaque, les Lillois pourraient aussi enrôler un buteur si la blessure de Timothy Weah venait à s'aggraver. 

Sur le Rocher, l'effectif est encore plus pléthorique mais la situation est bien plus tendue. En cause : la situation de l'entraîneur Leonardo Jardim, qui pourrait être écarté dans les jours qui viennent. Ce qui n'empêche pas l'ASM de s'activer. Le club chercherait une porte de sortie pour l'Espagnol Cesc Fabregas, ainsi que pour Benjamin Henrichs, qui plaît en Allemagne. Le RB Leipzig aurait formulé une offre d'environ 22 millions d'euros selon Bild. Côté arrivées, Monaco cible un milieu défensif, la priorité, et peut-être un défenseur central et un latéral gauche. Parmi les autres prétendants à l'Europe, Rennes ne devrait pas bouger sauf en cas d'opportunités, tandis que Saint-Etienne aura pour recrues "les blessés de retour" selon Claude Puel, qui n'attend rien du mercato.

Le ventre mou va le rester, les relégables vont bouger

Sereins, les clubs du ventre mou - ou du moins considérés comme tels - ne devraient pas trop bougés. En dépit de la réussite de sa paire Laborde-Delort, Montpellier vise ainsi un attaquant de complément, tout en indiquant poliment la sortie à Skuletic. A Reims, le président Jean-Pierre Caillot aborde sereinement ce mois de janvier. L'excellente cellule de recrutement rémoise, menée par son fils, vise un arrière droit pour épauler Foket, ainsi qu'un vrai buteur après les échecs Suk et Donis. Quant à Rémi Oudin, il bénéficie toujours d'un bon de sortie. Du mouvement, il y en aura peu à Bordeaux où  des joueurs courtisés pourraient partir en cas d'offres satisfaisantes (Kamano, Kalu, Pablo). Dans le sens des arrivées, un joueur de couloir et un attaquant sont recherchés. Nice devrait aussi se montrer actif, après la signature du latéral danois Durmisi prêté par la Lazio. Patrick Vieira a annoncé du mouvement dans les deux sens. A Nantes, il n'y en aura pas du tout selon Christian Gourcuff. Pas plus qu'à Strasbourg, toutefois à l'affût pour Majeed Waris (Porto) ou Angers.

Enfin, les équipes du bas de tableau vont s'activer pour ne pas y rester. Ainsi, Toulouse piste activement un défenseur central et un latéral gauche, alors que Nîmes attend au moins deux recrues, à savoir "un attaquant buteur et un passeur milieu de terrain offensif" selon Bernard Blaquart. A Metz, l'intérêt se porte plutôt vers le côté droit puisque le club cherche un latéral et un ailier, en plus d'un défenseur central. Dijon espère également des renforts offensifs, tandis que Brest se contentera d'un troisième gardien. Enfin, le président d'Amiens, Bernard Joanin, a annoncé quelques retouches : à savoir un attaquant de pointe et un défenseur central.