PSG : Leonardo recadre Thomas Tuchel après ses déclarations sur le mercato

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Leonardo Tuchel
Alors que Tuchel demande des renforts, Leonardo doit multiplier les pistes infructueuses. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Inhabituellement apathique sur le marché des transferts, dont la clôture est fixée ce lundi soir, le Paris Saint-Germain multiplie les pistes pour se renforcer à moindre coût. Une seule vraie recrue est arrivée cet été, le latéral droit italien Alessandro Florenzi. Or, Thomas Tuchel a insisté sur l'importance de renforcer une équipe qui rêve de remporter la Ligue des champions. La pression exercée par le coach allemand par ses déclarations médiatiques n'est pas du tout du goût du directeur sportif Leonardo.

Le mercato a créé une ligne de faille dans la maison Paris SG, entre le directeur sportif Leonardo et l'entraîneur Thomas Tuchel, dont le désaccord public sur le recrutement fragilise le club à l'aube du retour en Ligue des champions. Le recadrage, vendredi soir, du technicien par le dirigeant brésilo-italien a mis au jour leurs relations difficiles, que la presse décrivait déjà comme tièdes, au mieux.

"Le club n'a pas aimé, moi je n'ai pas aimé", a répondu "Leo" aux déclarations de l'Allemand qui estimait, jeudi, que son effectif s'était amoindri, faute de renforts suffisants. "Si quelqu'un n'est pas content, s'il décide de rester, il doit respecter soit la politique sportive, soit les règles internes", a poursuivi Leonardo, assurant que la question d'une sanction allait être réglée "en interne".

"Je n'ai pas aimé"

"Je n'ai pas aimé non plus qu'il dise que cette équipe-là est faible. On parle d'une équipe énorme", a-t-il ajouté, une heure après que le vice-champion d'Europe a atomisé Angers en match comptant pour la 6e journée du championnat (6-1). Leonardo a tapé du poing sur la table, lui qui garde ses rares apparitions devant les micros pour faire passer des messages clairs.

Avant la clôture du marché des transferts lundi soir, "Leo" a calmé les ardeurs du coach, qui souhaite un renfort par ligne. Le patron du sportif, c'est lui, et s'il n'y a pas de recrue à venir, c'est à cause de la situation économique qui rend le mercato atone. "On va essayer d'être créatif. Il peut se passer beaucoup de choses, comme rien. Nous vivons un moment tellement difficile. Ce n'est pas le moment d'acheter", a-t-il expliqué.

La crise liée au Covid-19 a provoqué un manque à gagner estimé à plus de 100 millions d'euros par le PSG. Après la levée de l'option d'achat du buteur Mauro Icardi en mai, estimée autour de 60 millions d'euros, le club n'a pas les moyens de recruter, sans vendre, un joueur convoité, comme le Lyonnais Houssem Aouar. C'est "un rêve" pour Leonardo, mais ce n'est "pas le moment".

Vendre avant d'acheter ou acheter à bas prix

Paris doit être "créatif", le mot-clé du mercato 2020, avec des prêts, comme il l'a fait pour le défenseur Alessandro Florenzi. Sauf que les recrues espérées par Tuchel pour compenser les départs, sans indemnités, de Thiago Silva ou Edinson Cavani se font attendre. "On perd trop de joueurs sans recevoir d'argent. C'est le pire pour un club de ne pas avoir d'argent pour acheter un nouveau joueur", a constaté l'ancien de Dortmund. Sans recrue, difficile de remporter la C1, a estimé Tuchel. "Entre les joueurs qui jouent en sélection, le coronavirus, l'absence de préparation, je suis inquiet qu'on en paie le prix" à l'automne, a-t-il estimé.

à voir aussi Mercato : Mais qu'attend le PSG pour se renforcer ? Mercato : Mais qu'attend le PSG pour se renforcer ?

En fin de mercato, naissent souvent des tensions entre directeurs sportifs, soucieux de l'aspect financier, et entraîneurs qui veulent renforcer leur groupe. Mais entre Leonardo et Tuchel, se cache-t-il quelque chose de plus profond ? L'épopée en Ligue des champions a conforté dans ses fonctions l'Allemand, sous contrat jusqu'en 2021. "Il a réussi à tous nous mettre dans un bon état d'esprit. C'est vraiment un très grand entraîneur en qui on croit", disait Kylian Mbappé à Lisbonne.

Mais depuis la finale perdue au Portugal contre le Bayern (1-0), les sujets de discorde entre Tuchel et Leonardo se sont accumulés, entre le mercato, Thiago Silva ou les vacances des joueurs. Le cas du défenseur brésilien, parti à Chelsea, est le plus révélateur. L'Allemand voulait conserver "Tia", quand "Leo" voulait son départ. "Leo a fait ça de façon maladroite et précipitée. Pas seulement avec moi d'ailleurs. Je pense aussi à Cavani", a lancé l'ex-capitaine dans un entretien à France Football fin septembre.

à voir aussi Ligue 1 : un Paris Saint-Germain appliqué s'impose largement contre Angers Ligue 1 : un Paris Saint-Germain appliqué s'impose largement contre Angers

Leonardo n'a pas choisi Tuchel, arrivé un an avant lui, et leurs relations peuvent en pâtir. La fin de mercato pourra peut-être les rabibocher, si le dirigeant réussit le même bouquet final qu'en 2019, quand il avait attiré Icardi et Keylor Navas dans les dernières heures. Paris sera vite fixé: après la trêve internationale, le club va enchaîner trois matches de C1 en trois semaines, avec un choc dès le 20 octobre contre Manchester United qui en dira long sur sa solidité.

AFP