Adil Rami rejoint Fenerbahçe
Adil Rami rejoint Fenerbahçe | Fenerbaçhe

Mercato : Adil Rami s'engage officiellement avec Fenerbahçe

Publié le , modifié le

Le défenseur français Adil Rami s'est officiellement engagé avec le club turc du Fenerbahçe. Le site du club l'a annoncé ce mardi via un communiqué, l'ancien joueur de l'Olympique de Marseille a signé un contrat de 1 an plus une autre année en option. A 33 ans, Adil Rami va pouvoir rebondir, lui qui avait vu son contrat rompu par l'OM cet été pour faute grave.

C'est officiel, depuis ce mardi, Adil Rami est désormais un joueur du Fenerbahçe. Un chômage de courte durée pour le champion du monde 2018 : licencié par l'Olympique de Marseille il y a deux semaines, le défenseur international français Adil Rami s'est engagé avec Fenerbahçe pour au moins une saison, a annoncé mardi le club turc. "Nous avons signé un contrat d'un an avec une année supplémentaire en option avec le défenseur expérimenté", a indiqué Fenerbahçe dans un communiqué, sans livrer davantage de précisions.

Arborant ses nouvelles couleurs et un large sourire sur les photos publiées par Fenerbahçe, le défenseur de 33 ans semble prêt à tourner la page de l'OM qui l'a licencié il y a une quinzaine de jours pour "faute grave". Recruté en 2017 en provenance du Séville FC par Rudi Garcia, l'international français (36 sélections, 1 but) a connu des débuts prometteurs avec Marseille : pilier de l'équipe qui a atteint la finale de la Ligue Europa en 2018.

Mais, dans la foulée de son sacre mondial en Russie avec les Bleus, sa saison 2018-2019 a été marquée par les blessures, les contre-performances et les polémiques. L'OM avait notamment engagé une procédure disciplinaire début juillet à l'encontre du Français: ses employeurs n'avaient pas digéré de le voir manquer un entraînement et participer à un tournage de l'émission Fort Boyard, la saison passée, alors qu'il était supposé être blessé. Sa séparation médiatique avec l'actrice Pamela Anderson et la mise à l'écart qui avait suivi de la part d'une association de défense des victimes conjugales n'avait pas non plus contribué à redorer son image.

AFP