Mercato, (vrai) top départ

Mercato, (vrai) top départ

Publié le , modifié le

Après un mois de foot non-stop dans les stades, les fan zones ou sur ton canapé, la planète football se met pendant quelques jours sur pause avant de retrouver les terrains début août pour la reprise des différents championnats. Sauf qu’en coulisses, ça s’active. Agents, scouts et recruteurs n’ont pas chômé depuis le 9 juin, date officielle de l’ouverture du marché des transferts. Dans les épisodes précédents…

Du côté de la Ligue ​1

Le PSG pressé, l’OM dans le flou

"Ce ne sera pas facile pour tout le monde mais c’est le moment de changer. Après cinq ans, il faut relancer un nouveau cycle." 3 juin 2016. Dans un entretien accordé au Parisien, le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi ne cache plus les doutes qui entourent la présence de Laurent Blanc sur le banc parisien pour la nouvelle saison. Des mots suivis d’actes trois semaines plus tard avec le départ du technicien français, contre un joli chèque de plusieurs millions d’euros. Une broutille pour le puits sans fond qatarien qui ne rêve que d’une chose : la Ligue des Champions. Après avoir espéré débaucher Diego Simeone du banc de l’Atletico, c’est finalement un autre entraîneur de Liga qui débarque au Parc des Princes : Unaï Emery et ses trois Ligue Europa en poche. Suffisant pour enfin atteindre le dernier carré européen ? Il est encore trop tôt pour le dire mais l’entraîneur espagnol n’a pas attendu longtemps pour s’activer sur le marché des transferts. Après avoir emmené dans ses valises le Polonais Grzegorz Krychowiak, le PSG s’est également offert le latéral droit Belge Thomas Meunier et a fait le forcing pour déloger un Hatem Ben Arfa tout près de s’engager en faveur du FC Séville. Trois recrues de qualité qui devraient en appeler d’autres, notamment un attaquant pour venir concurrencer Edinson Cavani. 

Unaï Emery
Unaï Emery


Du côté de l’Olympique de Marseille, les principales informations sont à trouver dans la rubrique départ. Après la grande lessive de l’été dernier, le club phocéen a de nouveau perdu plusieurs cadres de son équipe avec le départ gratuit de Nicolas N’Koulou pour Lyon, ceux de Steve Mandanda pour Crystal Palace (pour 2 millions d’euros seulement) et de Benjamin Mendy à Monaco (entre 12 et 15 millions) ainsi que Michy Batshuayi, parti rejoindre Antonio Conte à Chelsea. Mais le départ le plus attendu est probablement celui de Vincent Labrune, qui a annoncé jeudi son départ du club dès le 21 juillet au terme de la prochaine assemblée générale. En attendant un éventuel investisseur, Marseille n’est pas resté inactif et a enregistré les arrivées d’Henri Bedimo, Hiriko Sakai, Tomas Hubocan et Saif-Eddine Khaoui. Pas sûr que cela fasse grimper rapidement le nombre d’abonnés au Stade Vélodrome pour la saison prochaine.


En bref : Lyon n’a pas traîné non plus sur le marché des transferts et à déjà enregistré trois arrivées : Nicolas N’Koulou, Emanuel Mammana et Maciej Rybus ont tous trois rejoints le Parc OL ; réputé pour son jeu défensif, Leonardo Jardim s’est fait plaisir dans son secteur de jeu favori en complétant la défense de l’AS Monaco de trois nouveaux joueurs : Djibril Sidibé et Benjamin Mendy pour les latéraux et Kamil Glik pour renforcer sa charnière centrale ; après avoir officialisé la signature du père Christian sur le banc de touche, le Stade Rennais a prolongé de deux ans le bail de Yoann Gourcuff sur les bords de l’Ille ; Bordeaux de son côté a officialisé la signature pour deux ans de Jérémy Toulalan dans la foulé de l’arrivée de Jocelyn Gourvennec sur le banc ; gros coup pour le promu dijonnais qui voit deux lillois rejoindre la capitale bourguignonne : Florent Balmont pour un dernier challenge avant de raccrocher les crampons et le prêt pour un an de Marvin Martin qui tentera de se relancer après une expérience en demi-teinte chez les Dogues ; ha oui, on allait oublié, Brandao a quitté Bastia

Du côté des championnats européens

Le Barça agrandit son contingent tricolore

Après Ludovic Giuly, Eric Abidal, Jérémy Mathieu, Thierry Henry ou Lilian Thuram pour les plus récents, deux nouveaux Francés se sont ajoutés à la longue liste des Tricolores ayant porté le maillot Blaugrana. Suivi depuis un long moment par le club espagnol, Samuel Umtiti fait le grand saut en quittant son club formateur pour rejoindre un géant d’Espagne. Montant du transfert : 25 millions d’euros pour un contrat de cinq ans. Probablement troisième dans la hiérarchie derrière Gérard Piqué et Javier Mascherano, le français de 22 ans est lucide sur son choix comme il l’a confié dans les colonnes de l’Equipe : "Je ne vais pas là-bas pour devenir immédiatement un titulaire indiscutable, j'y vais pour apprendre dans un premier temps." Quand on sait que le dernier joueur formé à Lyon à avoir tenté le grand saut chez un géant d’Espagne s’appelle Karim Benzema, on peut être optimiste quant à la progression de Big Sam du côté du Camp Nou.

Umtiti pourra se réjouir de voir débarquer un autre Français de la même génération que lui. Après une bonne saison en prêt du côté de la Roma, Lucas Digne a lui aussi signé au Barça pour cinq ans. Arrivé comme doublure de Jordi Alba, l’ancien Parisien va devoir s’accrocher pour déloger l’avion de chasse espagnol de son côté gauche et probablement se satisfaire d’un nombre de matches limités.

Le rival madrilène n’a pour l’instant pas encore mis les deux pieds dans ce mercato. Seule arrivée notable, le retour d’Alvaro Morata après deux saisons passées du côté de la Juventus. Les Merengues ont activé la clause de rachat, estimée à près de 30 millions d'euros, dont ils bénéficiaient pour le joueur. Un possible concurrent de poids pour Karim Benzema à la pointe de l’attaque madrilène.  

Le vengeur masqué
Le vengeur masqué

Mourinho dans les starting-blocks

La bête blessée. Après son échec et son licenciement l’hiver dernier de Chelsea, José Mourinho est prêt à rebondir à Manchester United où il vient prendre la suite de Louis Van Gaal. Et lors de sa première conférence de presse en tant que manager des Red Devis, le technicien portugais n’y est pas allé par quatre chemins : il veut tout gagner. "Nous voulons gagner. Je veux tout. Je veux gagner des matches, bien jouer. Je veux marquer des buts, ne pas en concéder. Je veux tout." Avant la grande lessive promise (Mourinho ne compte plus sur Juan Mata, Bastian Schweinsteiger, Danny Blind et Marco Rojo), le club s’est activé pour renforcer un secteur offensif mal en point l’année passée (10e attaque de Premier League). Zlatan Ibrahimovic est venu retrouver le Special One qui l’avait eu sous ses ordres du côté de l’Inter Milan pour postuler à une place de n°9 au sein de l’attaque Mancunienne. Autre renfort de poids, celui de Henrikh Mkhitaryan. Le meneur de jeu arménien du Borussia Dortmund, dont le contrat se finissait l’année prochaine, rejoint Old Trafford pour près de 40 millions d'euros.

L’arrivée de Mourinho à Manchester promet un beau duel avec son éternel rival Pep Guardiola, fraîchement débarqué chez le rival honni de City. Dans ses valises allemandes, le Catalan a ramené Ilkay Gündoğan du Borussia Dortmund pour 27 millions d’euros et a recruté l’Espagnol Nolito à la sortie de l’Euro, City comptant désormais environ 28 attaquants dans son effectif.

Les gros coups du Bayern et de Dortmund

Révélation du dernier Euro, Renato Sanches a en partie justifié l’énorme montant de son transfert pour un joueur de seulement 19 ans. Auteur d’une grosse saison sous le maillot de Benfica, le joueur a été transféré pour 33 millions d’euros au Bayern Munich dès le mois de mai. Un montant annoncé sans les bonus qui, s’ils sont tous réalisés, feraient grimper la note à 78 millions d’euros ! Pas forcément étonnant quand on sait que l’agent de Renato Sanches n’est autre qu’un certain Jorge Mendes. Sinon, déjà meilleure défense de Bundesliga avec seulement 17 buts encaissés la saison dernière en championnat, le Bayern a débauché Mats Hummels du Borussia Dortmund pour reformer l’ossature de la défense de la Mannschaft. Neuer-Boateng-Hummels : le mur bavarois !

35 millions pour Hummels, 27 pour Gündoğan, 40 pour Mkhitaryan… Solide en affaires, le Borussia Dortmund n’a pas tardé à réinvestir son argent sur le marché des transferts. La jeune pépite française Ousmane Dembélé, le champion d’Europe Raphaël Guerreiro et les défenseurs Sebastian Rode et Marc Bartra ont rejoint le club de la Ruhr. En attendant l'éventuel retour de Mario Götze sous le maillot jaune et noir. 

Renato Sanches, jeune champion d'Europe et néo munichois
Renato Sanches, jeune champion d'Europe et néo munichois

Calme plat en Italie

Si l’Italie s’est illustrée lors de l’Euro en sortant notamment les tenants du titre espagnols, les clubs transalpins restent encore assez calmes côté mercato. C’est surtout du côté du Piémont qu’il faut se tourner pour trouver quelques mouvements. La Juventus a enregistré les arrivées du latéral brésilien Daniel Alves en provenance de Barcelone et a lâché 32 millions d’euros pour attirer l’ex-lyonnais Miralem Pjanic. A noter également le joli coup de l’Inter Milan qui récupère libre le milieu offensif argentin Éver Banega. Un transfert qui devrait plaire aux tifosi du club milanais plutôt habitués aux bourrins comme Gary Medel ou Felipe Melo.

Mais la réelle agitation de ce début de mercato en Italie n’est pas venue de là où on l’attendait. Alors qu’il était sur le point de s’engager avec la Lazio de Rome pour en devenir le prochain entraîneur, Marcelo Bielsa a refait des siennes en décidant finalement de claquer la porte comme il l’avait déjà fait à l’OM la saison dernière au soir de la première journée. Selon le technicien argentin, il aurait été trompé par le président Lotito qui lui aurait promis l’arrivée d’au moins quatre joueurs avant le 5 juillet pour faire face à une grande vague de départs côté Laziale. De l’autre côté, on évoque les exigences légèrement démesurées de Bielsa. "Il voulait son salaire en dollars et les variations du taux de change étaient à régler de ma poche. Si l’imposition fiscale changeait en Italie, c’était à moi de payer la différence aussi. Il voulait également des billets d’avion pour l’Argentine en première classe pour 5 personnes, lui et son staff, ainsi que 5 téléphones portables." El Loco restera définitivement El Loco.

Chine, le nouvel eldorado

On était habitué depuis quelques années au Qatar et aux Etats-Unis, il faudra désormais compter sur la Chine. Le pays le plus peuplé au monde veut donner une plus grande place au football et n’hésite pas à mettre les moyens pour ça. Après avoir accueilli notamment Jackson Martinez et Ramires l’année dernière, les clubs de l'Empire du Milieu continuent de sortir le chéquier. Hulk trône ainsi pour le moment sur la première marche du transfert le plus cher de ce mercato estival en signant au Shanghai SIPG pour 55 millions d’euros. Et si, au cas où, l’attaquant brésilien n’était pas convaincu par l’incroyable défi sportif proposé par Shanghai, le club n’a pas hésité à lui offrir un salaire annuel de 20 millions d’euros, soit juste derrière Cristiano Ronaldo et Lionel Messi au classement des joueurs de football les mieux payés au monde. 

L'arrivée de Graziano Peelè en Chine
L'arrivée de Graziano Peelè en Chine

Un choix lucratif qui attire de plus en plus de joueur. C’est le cas de Graziano Pellè. L'attaquant italien, auteur de deux réalisations sous les couleurs de la Nazionale lors de l'Euro, a choisi de poursuivre sa carrière au Shandong Luneng, qui frôle en ce moment la zone de relégation de Super League. A 31 ans, Pellè devrait toucher un joli pactole estimé entre 30 et 40 millions d'euros sur deux ans et demi, devenant ainsi le joueur italien le mieux payé au monde. Solide ! Un championnat qui n’attire pas que les pré-retraités en manque d’exotisme. L'international colombien de 22 ans Roger Martinez, demi-finaliste de la dernière Copa Américaa choisi de signer en faveur du Jiangsu Suning, deuxième de la ligue chinoise. Alors que Jean-Michel Aulas avait annoncé un accord entre le joueur et l’Olympique Lyonnais dimanche dans l’Equipe, le club rhodanien n’a visiblement pas pu s’aligner sur l’offre du Jiangsu Suning estimée à 8,9 millions d’euros + 15% à la revente. Tremble Europe !

Mathieu Aellen