Fabinho sous les couleurs de Liverpool
Fabinho sous les couleurs de Liverpool | AFP

Mercato : Où en sont les clubs anglais ?

Publié le , modifié le

Alors que l'Allemagne, la France et l'Espagne verront le marché des transferts s'animer jusqu'aux dernières heures du 31 août, les clubs anglais ne pourront plus acheter de nouveaux joueurs après le jeudi 9 août prochain. La raison ? Mettre fin aux tractations avant la reprise du championnat prévue le 10, et permettre aux équipes de se concentrer uniquement sur le terrain. A trois jours de cette échéance, voici le bilan du mercato anglais.

Les clubs les plus actifs : Liverpool, Leicester et West Ham

Comme l'an passé, Liverpool est l'un des clubs anglais les plus entreprenants de ce mercato estival. Et comme l'an passé avec l'arrivée de Mohamed Salah, Jürgen Klopp a confirmé sa capacité à attitrer de grands talents. En faisant signer le gardien brésilien Alisson Becker et les milieux Shaqiri, Naby Keita et Fabinho pour 180 millions d'euros au total, le technicien allemand prouve qu'il a l'intention de poursuivre sa progression et finir la saison au-delà de la 3e place acquise l'an passé. Côté départ, seul Emre Can a rejoint la Juventus Turin.

Autre grand animateur du mercato anglais : West Ham. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le club londonien a réalisé un recrutement sous le signe de l'ambition. Désormais entraîné par Manuel Pellegrini, les Hammers ont enregistré les arrivées de plusieurs joueurs de qualité tels que Issa Diop (en provenance de Toulouse), Jack Wilshere (laissé libre par Arsenal), Felipe Anderson (venu de la Lazio) et Andriy Yamorlenko (parti de Dortmund). En y ajoutant les départs d'éléments vieillissants comme Patrice Evra et James Collins, le 13e du dernier exercice s'est donné les moyens de jouer le haut du tableau cette saison. 

Wilshere et Felipe Anderson lors de leur présentation
Wilshere et Felipe Anderson lors de leur présentation © AFP

Mais tous les clubs ne peuvent pas se permettre de dépenser sans compter et comme partout ailleurs, il faut partir à la chasse aux bonnes affaires. Et à ce jeu, Claude Puel s'est montré très habile avec Leicester. En enrôlant le défenseur Jonny Evans à moindre frais (4 millions d'euros), le gardien Danny Ward pour 13,5 millions de livres, Rachid Ghezzal pour 14 millions d'euros et le latéral portugais Ricardo Pereira pour 25 millions d'euros, le manager français peut se targuer d'avoir recruté à tous les postes. Bel investissement des 68 millions d'euros reçus pour la vente de Riyad Mahrez à City.

Arsenal effectue sa mue

Enfin, Arsenal s'est montré prévoyant en recrutant très tôt. Avec les signatures conjuguées des expérimentés Lichtsteiner, Sokratis et Leno, mais aussi de jeunes talents comme Guendouzi (19 ans) et Torreira (22 ans), Unai Emery pourra mettre en place ses préceptes sur la concurrence. 

 

le jeune Matteo Guendouzi d'Arsenal
le jeune Matteo Guendouzi d'Arsenal © AFP

Chelsea, Tottenham et Manchester United restent discrets 

Contrairement à Liverpool et ses 180 millions déboursés cet été, Tottenham n'a quant à lui pas dépensé la moindre somme. Ce qui signifie que Mauricio Pochettino dispose déjà d'une équipe capable de se mêler à la lutte pour le titre. Chelsea a de son côté déboursé 64 millions d'euros pour le seul Jorginho. Une situation inhabituelle pour des Blues qui pourraient se retrouver dans une position délicate en cas de départ d'Eden Hazard et de Thibaut Courtois, souvent annoncés au Real Madrid.

Manchester United n'aura de son côté dépensé que 83,7 millions d'euros cet été. Une somme qui aura servi à faire venir Fred en provenance du Shaktar (60 M€), Dalot en provenance de Porto (22 M€) et le gardien Lee Grant (1,7 M€). Trois joueurs qui ne devraient pas jouer les premiers rôles au sein d'un effectif composé de mondialistes comme Lukaku, Lingard et Pogba. De quoi inquiéter José Mourinho qui a déjà déclaré que "la saison allait être difficile si l'équipe n'était pas améliorée". 

Fred, la principale recrue de Manchester United
Fred, la principale recrue de Manchester United © AFP
Alexis Ibohn @AlexisIbohn