Marseille Zilina but gardien 112010
Soirée cauchemardesque pour le gardien de Zilina | AFP-Klamar

Marseille humilie Zilina

Publié le , modifié le

L'Olympique de Marseille a assuré le spectacle en soignant sa différence de buts face à une modeste équipe de Zilina (7-0), sa plus large victoire en Ligue des Champions. Le club phocéen profite en outre de la victoire de Chelsea sur le Spartak Moscou (3-1) pour s'emparer de la deuxième place de ce groupe F.

La courte victoire du match aller (1-0 au Vélodrome) laissait présager d'un combat peu évident en terre étrangère. Mais au bout de 12 minutes, Gignac détournait de la cuisse un coup-franc excentré de Cheyrou, et le ballon terminait sa course dans les buts de Dubravka (1-0).

Servi royalement par Kaboré, l'attaquant international français que l'on disait en manque d'efficacité ces derniers temps, réalisait même le doublé en prenant d'abord de vitesse toute la ligne défensive slovaque, puis en trompant le gardien adverse d'une simple frappe tendue (21e, 2-0).

Et sur un nouveau coup de pied arrêté de Cheyrou, cette fois sur corner, Heinze détournait de la tête et donnait un avantage très confortable de 3-0 après seulement 24 minutes de jeu… Seule équipe invaincue dans son championnat national, l'équipe slovaque sombrait un peu plus dans cette compétition. Avec un zéro pointé dans son groupe F, Zilina pouvait même dire adieu à l'Europa League.

Gignac qui se trouvait décidément dans un grand jour, se jouait de deux défenseurs sur la ligne, réalisait un véritable festival auquel même ses coéquipiers n'avait pas cru, et son centre en retrait ne trouvait pas preneur (33e)… Mais ce n'était que partie remise pour l'OM qui enfonçait le clou sur un but cette fois signé Rémy, profitant de la troisième passe décisive de Cheyrou (36e, 4-0).

Ayant eu sûrement connaissance du scénario du match Benfica-Lyon (4-0 puis 4-3 au final), Didier Deschamps demandait à ses hommes de maintenir la pression. Et l'expérience du coach marseillais permettait à son équipe d'aggraver encore le score, lorsque Lucho piquait le ballon dans des cages vides (51e, 5-0).

Les assauts marseillais se poursuivaient sur les buts adverses, et Zilina perdait totalement pied dans cette rencontre, suite au troisième but du N.10 marseillais, Gignac (54e 6-0) reprenant de la tête un centre au millimètre d'Azpilicueta. Et pour couronner le tout, ce triplé de Gignac faisait place au doublé de Lucho, qui contribuait à la fête en portant le score à un cinglant 7-0, soit la plus large victoire de l'OM dans la compétition après le 6-0 infligé au CSKA Moscou le 17 mars 1993.

Et Zilina qui ne parvenait pas à cadrer le moindre tir, devait attendre la 86e minute pour se procurer sa première occasion, mais Majtan voyait sa frappe heurter la barre transversale et malgré quelques dernières tentatives dans les dernières minutes, le Champion de Slovaquie ne parvenait pas à sauver l'honneur.

Réactions

Didier Deschamps (entraîneur de  Marseille): "Il est de plus en plus rare de marquer autant de buts en Ligue des  champions, mais ce que je retiens, c'est la manière et la construction. Nous  avons bien débuté, nous mettant à l'abri rapidement, et nous avons continué à  respecter le jeu. J'ai demandé le score de Moscou à la mi-temps, et on m'a tenu  informé ensuite. Notre qualification passe en tous cas par une victoire à  Moscou. Et vu notre différence de buts, une victoire 1-0 pourrait suffire au  final".
Loïc Rémy (attaquant de Marseille): "On avait à  coeur de marquer des buts, car on sait que la différence de buts peut êre  importante au final. Nous nous sommes appliqués techniquement, alors que nous  avions tendance à pécher dans ce domaine lors des derniers matches. C'est de bon  augure pour le match au Parc. Nous avons connu une très bonne entame de match,  alors que, là aussi, nous avions du mal à débuter, aussi bien en championnat  qu'en Ligue des champions. Nous avons fait preuve de détermination d'entrée de  jeu, marquant rapidement, ce qui leur a mis +un bon coup derrière la tête+. Je  suis aussi heureux pour André-Pierre (Gignac, auteur d'un triplé), mais je ne me  faisais pas de soucis, car il travaille dur."



Pavel Hapal (entraîneur de Zilina)"Je dois avouer que je n'avais pas envie de venir en salle de presse, non pas  parce que j'avais peur de répondre aux questions, mais plutôt parce qu'il était  très difficile d'évaluer ce match. On a perdu en prenant sept buts ! C'est une  grande défaite, on a été très mauvais. C'est dommage pour nos supporteurs, car  ils sont venus et ils espéraient voir quelque chose de plus positif. Je leur  demande pardon pour notre performance. J'espère que l'équipe s'améliorera dans  le futur."

Romain Bonte