Marseille VS Arsenal
Valbuena (Marseille) à la lutte avec Santos (Arsenal) | AFP - GERARD JULIEN

Marseille craque, Arsenal en profite

Publié le , modifié le

Après deux succès de rang, Marseille s'est effondré en s'inclinant face à Arsenal (0-1), mercredi, au vélodrome, pour le compte de la 3e journée de Ligue des Champions. Dans le même temps, l'Olympiacos, à domicile, s'est offert le scalp du Borussia Dortmund (3-1). Au classement du groupe F, l'OM (6 pts) perd sa place de leader au profit des Gunners (7 pts) tandis que les Grecs (3 pts) passent devant les Allemands (1 pt).

Quand rien ne va en championnat (15e), que le stade est à moitié vide en raison de travaux et que la pression du succès est énorme, ce n’est jamais simple. C’est pourtant dans ces conditions que les Marseillais abordaient leur match face à Arsenal, mercredi, au Vélodrome, pour le compte de la 3e journée de Ligue des Champions. Si les Gunners ne sont pas non plus à la fête en Premier League (10e), ils prenaient toutefois la rencontre à leur compte en jouant très haut. Et logiquement, la première occasion était à mettre à leur actif. Bien servi par Walcott, Van Persie se retrouvait démarqué face au but phocéen mais ne parvenait pas à cadrer sa tête plongeante (9e). Bien en place, ce duo d’attaque allait se montrer menaçant tout au long du match.

Une défense marseillaise solide

Respectivement 1e et 2e du groupe F, Marseille et Arsenal avaient à cœur de consolider leur statut et préserver leur invincibilité. Du coup, sous le coup de la pression, les fautes s’enchaînaient dans les deux camps et l’arbitre devait sortir son carton jaune à trois reprises en seulement un quart d’heure de jeu. Dans cette ambiance, Marseille paraissait parfois un peu dépassé. Et trois corners successifs venaient semer la zizanie devant les cages de Steve Mandanda. Heureusement pour les Olympiens, leur portier répondait présent avec beaucoup de panache. Et tenait tête à un Walcott aux abois et souvent en embuscade.

Alors qu’un fort mistral se mettait à souffler sur le Vélodrome, Loïc Rémy se hissait aux avants-postes à la demi-heure de jeu. Lancé côté gauche avec le ballon au pied, l’attaquant marseillais se défaisait avec talent de deux défenseurs anglais avant d’armer sa frappe. Cette dernière, à angle quasi fermé, manquait son objectif (31e). Cela n’empêchait pas les supporters marseillais de donner de la voix pour leur équipe. A ce stade de la rencontre, les débats étaient plus équilibrés mais les Phocéens peinaient toutefois à se montrer dangereux. A l’image de Valbuena et de Rémy, les deux plus actifs de cette première mi-temps, dont les multiples tentatives ne trouvaient pas de conclusion heureuse.

Peu d'animation offensive

En seconde période, la tendance restait la même. Solides défensivement, les Marseillais manquaient d’imagination - et peut-être de fraîcheur - dans l’animation offensive. Du coup, la possession du ballon était anglaise. A l’heure de jeu, un cafouillage dans la surface de réparation d’Arsenal donnait toutefois quelques sueurs froides aux Gunners (58e). Heureusement pour ces derniers, l’attaque phocéenne, un peu brouillonne, butait sur la charnière londonienne. Dans la foulée, Van Persie tentait une nouvelle fois sa chance face à Mandanda mais son tir était facilement capté par le capitaine olympien. Deux minutes plus tard, c’était une frappe de Walcott que Mandanda s’employait à intercepter (63e). 

Alors que les minutes s'égrenaient et que le compteur restait désespérément vierge, on pensait que les deux équipes allaient se quitter sur un score de parité. Mais c'était sans compter sur Ramsey, rentré en remplacement d'Archavine, qui dans les arrêts de jeu allait finir par trouver la faille. L'attaquant londonien, servi sur un plateau par Gervinho, trompait Mandanda d'une puissante frappe (0-1 à la 90e+2). Ce but de dernière minute était un véritable coup de massue pour les hommes de Didier Deschamps qui perdent ainsi leur place de leaders du groupe F. Décidément, rien ne va plus pour Marseille qui, déjà mal en point en championnat, cale désormais en Ligue des Champions. Une compétition où les Phocéens restaient pourtant sur deux victoires acquises au Pirée (1-0) puis face à Dortmund (3-0).

En revanche, pour Arsenal, cette victoire, après un match nul sur la pelouse du Borussia (1-1) et à un succès face à Olympiakos (2-1), permet de prendre les rênes du groupe et de poursuivre une belle série d'invincibilité. Sur ces sept dernières venues en France, la formation londonienne n'avait en effet jamais connu la défaite. Et cela restera donc encore le cas après ce périple en terres marseillaises.

Déclarations
Didier Deschamps (entraîneur de Marseille):  "C'est une énorme déception que de perdre ce match là à ce moment là. On avait  déjà eu une alerte deux minutes avant, avec Van Persie. Prendre un point,  ç'aurait été un bon résultat, même si je n'oublie pas qu'il y a eu un penalty  flagrant en première période mais l'arbitre ne le voit pas. C'est une déception  cruelle de perdre ce match à ce moment là. On a eu plus de mal en 2e période.  On a manqué de présence offensive, même s'ils ne se sont pas créé énormément  d'occasions, ils ont eu une meilleure maîtrise technique. Le contexte est  difficile, mais il ne faut pas noircir le tableau, on est toujours à 6 points,  et étant donné qu'Olympiakos a battu Dortmund, tout reste possible. J'étais  enragé sur le but, je me suis calmé un petit peu. Il faut jouer les coups à  fond mais en fin de match ne pas aller à l'abordage, là il (Ramsey, ndlr) se  retrouve carrément seul, il a tout le temps de contrôler et tirer. A ce moment  là, prendre un point c'était un bon résultat, évidemment c'est quelque chose  qui me met en colère. Il y a du boulot, il va falloir évacuer. Certes c'était  un match important, mais on a un autre match très important samedi (contre  Ajaccio, ndlr), on sera dos au mur.
Arsène Wenger (entraîneur d'Arsenal): "Nous avons eu un début de match  difficile, Marseille nous a pressés haut. Mais Marseille n'a pas été dangereux  en 2e période et durant les dernières minutes on s'est créé des occasions et on  a été récompensé ensuite. On sentait qu'ils étaient contents du point. Dans les  dernières 15 minutes on a eu plusieurs occasions. Ce sont 3 points qui sont  bienvenus pour nous, c'est sans doute difficile à avaler pour Marseille, car  comme nous, ils sont dans une période un peu difficile. (Un grand pas vers la  qualification ?) Non. Il faut gagner notre prochain match à domicile contre  Marseille qui peut être décisif, mais il faut rester humble. On a une équipe  qui a été reconstruite et doit continuer à progresser. Les trois joueurs qui  sont entrés en cours de match ont participé au but, cela rend les entraîneurs  heureux. On n'a pas toujours été heureux, nous avons ainsi perdu deux points à  Dortmund dans les dernières minutes. On peut s'estimer heureux, ça fait partie  du jeu à ce niveau, les équipes savent profiter de vos moindres moments de  faiblesse. C'est une victoire importante, je pense que l'on a une très bonne  chance de se qualifier. On a vu beaucoup de jeu ce soir, mais peu d'occasions  de buts, c'était un match bloqué tactiquement".

Isabelle Trancoën