Ca discute dans les rangs olympiens
Les joueurs marseillais et Didier Deschamps | BORIS HORVAT / AFP

Marseille à bon port ?

Publié le , modifié le

Marseille joue son destin européen mardi soir à Dortmund. Qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions en cas de victoire, l'OM peut également passer en cas de match nul et même de défaite ! Mais, dans le match à trois qui l'oppose aux Allemands et aux Grecs de l'Olympiakos, le club phocéen peut s'éviter des sueurs froides et des calculs d'apothicaire en s'imposant au Borussia.

Une victoire face à l'Olympiakos lors de la précédente journée de la Ligue des Champions et Marseille se rendrait ce mardi soir à Dortmund en touriste, ou presque. Hélas pour les Olympiens, au terme d'un non-match, ceux-ci se sont fait surprendre à domicile par les Grecs (0-1) et ont complètement relancé ce Groupe F. A charge désormais aux hommes de Didier Deschamps, qui s'apprête à devenir l'entraîneur qui a le plus dirigé l'OM en Coupe d'Europe, de ne pas ressasser ce mauvais souvenir avant de se lancer à l'assaut de la forteresse du Borussia. Car c'est bien un exploit que chercheront à réaliser les Phocéens sur la pelouse du champion d'Allemagne en titre. Comme son homologue français, mais à un degré moindre, Dortmund a réalisé un début de saison pour le moins hésitant avant de retrouver la bonne carburation.

Les partenaires du jeune Mario Götze sont ainsi remontés à la seconde place de la Bundesliga et ne pointe qu'à un point du leader, le Bayern Munich. "C’est avant tout une équipe qui joue au ballon", analyser Benoît Cheyrou sur le site de l'OM. "J’apprécie cela. Les joueurs ressortent proprement le ballon de derrière, ils tentent de relancer plutôt que de balancer le ballon. J’aime leur style de jeu en essayent de trouver les joueurs dans les intervalles".

Droit dans le mur jaune

La formation marseillaise, depuis son revers contre l'Olympiakos, poursuit elle aussi sa remontée au classement en Ligue 1 où elle s'est hissée à la 7e place après son dernier succès à Caen (1-2). Reste à confirmer ces très nets progrès dans le jeu à l'échelon supérieur de la Ligue des Champions. Si les partenaires de Diawara avaient été sans pitié pour des Allemands en rodage au match aller en s'imposant 3-0, le match retour dans le fameux Signal Iduna Park (anciennement Westfalenstadion) s'annonce tendu face à un Borussia revanchard et soutenu par l'un des publics les plus chauds au monde. "C’est une des meilleures ambiances avec plus de 70000 personnes dans le stade", rappelle Benoît Cheyrou, qui a déjà joué là-bas avec Lille il y a dix ans. "Il y a en particulier, la tribune derrière un but que l’on appelle le mur jaune. C’est une ambiance très impressionnante, extraordinaire. Pour nous footballeurs, jouer dans un stade comme ça est un immense plaisir", déclare-t-il avant d'ajouter, malin : "J’espère qu’il y en aura un autre, celui de la qualification".

Pour cela, il faudra s'imposer. Dans le cas contraire, les machines à calculer vont chauffer. En résumé, l'OM est qualifié...
- S'il gagne à Dortmund ;
- S'il prend un point à Dortmund et que l'Olympiakos ne gagne pas contre Arsenal ;
- S'il perd à Dortmund par moins de trois buts d'écart et que l'Olympiakos perd ;
- S'il perd à Dortmund par un but d'écart en marquant au moins une fois et si l'Olympiakos fait match nul.

Julien Lamotte