Celtic-Barcelone
Pedro pris en tenaille par Ledley et Wanyama | AFP - IAN MACNICOL

Manchester qualifié, le Barça attendra

Publié le , modifié le

Malgré son inattendu revers (2-1) sur la pelouse du Celtic Glasgow, mercredi lors de la 4e journée de Ligue des Champions, Barcelone reste en course pour la qualification en profitant de la défaite du Spartak Moscou à Benfica (2-0). Manchester United est d'ores et déjà qualifié après sa victoire à Braga (2-1). La Juve et Chelsea prenennt également une option.

Barcelone s'est incliné (2-1) sur le terrain du Celtic Glasgow, prenant une leçon de réalisme face à des Écossais qui ont marqué sur leur deux seules occasions.  Si elle ne complique pas outre mesure les affaires du Barça, toujours premier avec 9 points, cette défaite fait toutefois se resserrer les écarts, les Écossais pointant désormais à deux longueurs des Barcelonais. Au passage, un Celtic d'une efficacité prodigieuse en attaque et protégé par un gardien, Foster, époustouflant, pourra aussi se vanter d'avoir mis un terme à l'invincibilité du Barça cette saison. Le Celtic aura commencé son match de manière idéale: sur leur seule occasion de toute la première période, les locaux ouvraient le score sur un de leurs points forts, un corner parfaitement repris de la tête par Wanyama au second poteau (21). Dès lors, la course-poursuite commençait pour les hommes de Vilanova, qui se créaient de nombreuses occasions sans pour autant trouver la faille.

Messi avait beau être nettement plus à son avantage que lors de son dernier match en Liga face au Celta Vigo, rien n'y faisait. Quand ce n'était pas le gardien Foster, déjà excellent au match aller, c'était la barre ou le poteau qui s'en mêlaient. En seconde période, le siège des visiteurs devant le but écossais se poursuivait, en vain toutefois. Foster continuait en effet de faire des miracles: le portier sortait ainsi un double arrêt face à Alexis Sanchez, avant de faire enrager Messi en repoussant une somptueuse frappe du gauche de l'Argentin.
A la 71e, Vilanova jouait son va-tout en ajoutant Fabregas à son arsenal offensif déjà renforcé par Villa, passant à une défense à trois derrière. Mais la muraille verte et blanche tenait bon. Mieux: Watt doublait même la mise pour les locaux sur un contre rondement mené (82e). Dans un final haletant, Messi trouvait enfin la solution pour passer l'obstacle Foster, mais il était trop tard; les locaux gardaient leur avantage en signant un véritable exploit.   

Si les deux premières places devraient être promises au Barça et à Glasgow, derrière, dans  ce même groupe G,  Benfica s'est repositionné en s'imposant devant le Spartak Moscou (2-0) grâce à un doublé de Cardozo qui a en outre manqué un pénalty.

MU sans souci, Chelsea entretient l'espoir

La qualification est en revanche assurée pour Manchester United qui est allé l'emporter à Braga (3-1) après avoir longtemps été ballotté.   Les Portugais ont longtemps mené au score sur un pénalty de Alan avant que la machine mancunienne ne se mette en marche. Les Mancuniens l'ont emporté grâce à des buts de van Persie (80), Rooney (84) puis Chicharito (90+2). Derrière, dans ce groupe H, tout reste ouvert après la victoire de Galatasaray, en démonstration à Cluj sur un triplé de Burak (3-1), qui est revenu dans la course. 

Dans le groupe E,  La Juventus Turin a obtenu contre Nordsjaelland (4-0),  sa première victoire en coupes d'Europe depuis 26 mois et demi après neuf matches nuls consécutifs.La Juventus n'avait plus gagné en Europe depuis les barrages de l'Europa League 2010-2011, le 26 août 2010, contre le Sturm Graz. Cette victoire relance totalement l'équipe italienne qui revient dans le sillage de Chelsea qui l'a emporté devant  Donestsk (3-2).

Pourtant souvent dominé par une séduisante équipe du Shakhtar, Chelsea a fini par s'imposer dans les arrêts de jeu d'un superbe match à Stamford Bridge, un succès qui relance les champions d'Europe dans la course à la qualification.  La première mi-temps a simplement été un festival offensif avec des occasions, de merveilleux gestes techniques et de trois buts. Même au niveau des trois réalisations, on est monté en puissance. Il y a d'abord le but gag de Torres contrant le dégagement du gardien ukrainien Pyatov (1-0, 6) puis le beau travail de Fernandinho dans la défense de Chelsea pour servir Willian (1-1, 9) et ensuite le bijou de la soirée, signé du prodige brésilien Oscar avec un lob somptueux de 40 mètres après une sortie du portier adverse (2-1, 40). L'avantage des Blues à la mi-temps n'était d'ailleurs pas mérité tant les Ukrainiens les ont dominés. Et la seconde a démarré comme la première avait fini. Une passe magique de Fernandinho pour Srna et un centre en retrait parfait pour Willian (2-2, 47). Les lacunes  des Blues au milieu de terrain laissaient des espaces dont profitaient les Ukiianiens. Mais le Shakhtar a fatigué en fin de match et a fini par céder à la dernière minute sur un coup de tête de Moses sur corner (3-2, 90+4). Comme à la mi-temps, le score final est terriblement injuste pour une équipe du Shakhtar qui a pourtant été la meilleure équipe sur les 90 minutes. Mais le réalisme était anglais.

Déclarations

Leonardo Bonucci (défenseur de la Juventus Turin): "A la fin du match, sur le terrain, le tableau d'affichage montrait 2-2 (à Chelsea-Shakhtar), et dans le vestiaire il y avait 3-2... Ça maintient l'adrénaline... Ce sont deux équipes très différentes, le Shakhtar nous a mis en difficulté avec la possession de balle, Chelsea a de très grands champions. Maintenant on a la tête d'abord à Pescara (samedi en championnat) et ensuite à la Ligue des champions. Ce soir on voulait démontrer que c'est la même Juve que l'an dernier, si nous ne sommes pas descendus sur terrain avec la même agressivité lors des derniers matches, c'était notre faute."