Ricardo Van Rhijn (Ajax Amsterdam) tente de stopper Gareth Barry (Manchester City)
Ricardo Van Rhijn (Ajax Amsterdam) tente de stopper Gareth Barry (Manchester City) | PAUL ELLIS / AFP

Manchester City virtuellement éliminé !

Publié le , modifié le

Le champion d'Angleterre en titre est quasiment éliminé de la Ligue des champions après son match nul (2-2) contre l'Ajax d'Amsterdam. Dans ce groupe D, le Real Madrid et le Borussia Dortmund, qui ont partagé les points (2-2), sont les mieux placés. Un but tardif de Pato a sauvé l'AC Milan de la défaite (1-1) face à Malaga, désormais assuré d'être en 8e de finale. Anderlecht, qui a battu le Zénith Saint-Pétersbourg 1-0, peut y croire dans ce groupe C.

City n'y arrive toujours pas

Manchester City a été tenu en échec par l'Ajax Amsterdam (2-2) sur sa pelouse et a encore un peu plus compromis ses chances de qualification. Le champion d'Angleterre en titre n'est pas mathématiquement éliminé avec deux matches encore à jouer dans ce passionnant groupe D mais il lui faudrait un petit miracle pour se qualifier. A savoir: un sans-faute face au Real Madrid et au Borussia Dortmund, un coup de main de l'Ajax en Espagne et une victoire de Dortmund sur les Néerlandais. Autant dire que les Citizens ont laissé passer une énorme occasion de se replacer mardi dans la course à la qualification et profiter du match nul entre le Real et le Borussia (2-2).

Roberto Mancini (manager de Manchester City): "L'arbitre et le juge de touche ont été mauvais. Il y avait penalty et le but (d'Agüero) était aussi valable. Je lui ai dit à l'arbitre à la fin qu'il y avait penalty et pas hors-jeu. Nous avons concédé deux buts sur corners en début de match mais après cela on a tres bien joué. On s'est créé des occasions, on a marqué trois buts (dont un refusé, ndlr) et on aurait dû avoir un penalty mais l'arbitre..."

Et tout cela à cause d'une entame de match totalement manquée. Deux buts, encaissés en l'espace de 17 horribles premières minutes, ont coûté très cher aux Mancuniens. Deux grosses erreurs défensives sur deux corners convertis par De Jong de près (0-1, 10e) puis de la tête après un marquage fantomatique de Yaya Touré (0-2, 17e).

Penalty refusé dans les arrêts de jeu

Ce qui était le match de la dernière chance s'est transformé en cauchemar. L'Etihad Stadium est resté sonné l'espace de cinq minutes avant que l'espoir ne renaisse grâce à Touré, d'une belle volée (1-2, 22e). Le reste de la rencontre a été une course-poursuite entre des Néerlandais bien organisés et dangereux en contre et des Anglais parfois brouillons mais généreux et volontaires et qui n'ont pas non plus été aidés par un arbitrage décevant.

Le dernier quart d'heure a même été totalement fou avec l'égalisation d'Agüero (2-2, 74e) apres un long dégagement de Joe Hart dévié de la tête par Balotelli, dont l'entrée en jeu à la mi-temps a quasiment changé la physionomie du match. L'Italien a ensuite placé une tête détournée par Vermeer (79e). La pression de City s'est faite de plus en plus forte sur les buts adverses. Agüero s'est vu refuser un but pour un hors jeu très limite de Kolarov au départ de l'action (88e) mais la polémique va sans aucun doute résider sur le penalty flagrant non sifflé par l'arbitre pour une faute de Van Rhijn sur Balotelli (90e+3). La colère de Roberto Mancini et de ses joueurs, entourant l'arbitre au coup de sifflet final, en a dit long sur leur frustration.

Le Real revient de loin

Le Real Madrid a arraché l'égalisation à domicile face à Dortmund (2-2) grâce à un coup franc de Mesut Özil sur le gong, au terme d'un match où les Madrilènes ont terriblement souffert face à des Allemands incisifs en attaque, puis solidaires en défense. En dépit d'une deuxième période à l'avantage des Espagnols, les doubles champions d'Allemagne auront montré plus de mordant que des Madrilènes débordés par la vitesse de contre de leurs visiteurs.

Mais Mourinho, qui aura joué son va-tout dans les ultimes instants de la rencontre, passant à une défense à trois avec l'entrée de Kaka, aura été sauvé par un coup de patte magistral d'Özil sur coup franc (89e). Auparavant, les Espagnols avaient été pris au jeu des excellentes combinaisons des hommes de Klopp qui ont su parfaitement exploiter les qualités aériennes de Lewandowski, point d'appui sur les deux buts allemands, signés Reus (28e) et Arbeloa contre son camp (45e). Les Blancs, sonnés, avaient toutefois évité de gamberger en revenant rapidement au score. A la suite d'un corner mal dégagé, Özil, déjà lui, centrait pour Pepe au second poteau et la tête du Portugais se logeait sous la barre de Weidenfeller (1-1; 35e).

Malaga qualifié

Malaga pouvait se contenter d'un point pour accéder aux 8e de finale, et c'est fait avec un nul 1-1 contre l'AC Milan, chez lui, qui n'a vraiment plus rien d'un grand d'Europe. Le septuple champion d'Europe arrache le match nul grâce à un but du revenant Pato , qui n'avait plus marqué depuis presque un an. Le Brésilien, pourtant complètement transparent et sans cesse dominé par les Andalous, a propulsé de la tête un excellent centre du Français Kevin Constant (73), alors que le Milan se dirigeait vers une infâmante défaite contre un Malaga tout simplement meilleur. Il n'avait plus trouvé le chemin des filets depuis un match contre le Chievo Vérone (4-0) le 27 novembre 2011, en Serie A.

Le milieu de Malaga Jérémy Toulalan a rejoué pour la première fois depuis un mois et demi, entrant en jeu. A la 75e minute, Toulalan a remplacé le Chilien Manuel Iturra après l'égalisation du Milan (1-1). L'ex-Nantais et Lyonnais était absent depuis une blessure musculaire à la cuisse droite survenue fin septembre contre l'Athletic Bilbao (0-0).

Alexandre Pato (buteur de l'AC Milan): "Je suis content du match de toute l'équipe. Je suis heureux, après des mois sans jouer, ce but est important, mais maintenant il faut aller de l'avant. Moi je suis tranquille, je travaille pour mon équipe, j'ai retrouvé le plaisir après avoir été arrêté si longtemps, mais je ne peux pas que m'amuser, je dois être efficace."

Dans l'autre match du groupe, Anderlecht a battu chez lui le Zenit Saint-Pétersbourg (1-0, Mbokani 17e) et vient relancer les débats et menacer l'AC Milan. Ca promet !