Real Barcelone Cristiano Ronaldo Messi montage 2011
Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, les deux stars du Clasico | AFP - Pierre-Philippe Marcou - Josep Lago

Madrid-Barcelone : round 3

Publié le , modifié le

Le Barça et le Real Madrid se retrouvent pour la troisième fois en dix jours lors du match aller des demi-finales de la C1, à Bernabeu (20h45). Après une mise en régime assez lente en Liga, la finale de la Coupe du roi avait montré une toute autre intensité. Avec une organisation défensive diamétralement plus rugueuse, Mourinho était parvenu à annihiler les performances des Catalans pour mener les Merengue à la victoire (1-0). La confiance a changé de camp.

Pour la quatrième fois de la saison, une nouvelle page de la plus grande rivalité de l'histoire du football va s'écrire. Les retrouvailles entre Madrid et Barcelone, en demi-finale aller de la Ligue des Champions vont une nouvelle fois captiver l'attention du monde du ballon rond. Rivalité de stars entre Messi et Ronaldo, concurrence territoriale entre la Catalogne et la capitale espagnole, opposition de style entre Mourinho et Guardiola. Malgré la qualité du show offert pour les spectateurs, se retrouver quatre fois n'a pas que des avantages pour les deux formations, qui perdent en route l'effet de surprise. Alors, pour faire la différence, les deux équipes vont devoir innover.

Pour la première fois de la saison, la pression sera surtout du côté de Barcelone. Annoncée comme l’équipe intouchable, elle a d’abord buté une fois sur une formation madrilène bien en place défensivement en Liga (1-1) avant de céder en finale de la Coupe du roi (1-0 ap) face à un dispositif "ultra-agressif" made in Mourinho. Comme lors de son passage à l’Inter, où il avait fait de la défense des Nerazzurri une véritable muraille, le Portugais a donné la prime à la défense, offrant quelques contacts des plus virils sur le terrain. Une solution loin d’être visuellement intéressante mais qui permet de casser l’hégémonie catalane. Qu’il est loin le (5-0) du Camp Nou en championnat, lorsque le football virevoltant des Blaugrana avait réduit à l’impuissance les velléités offensives du Real. Fort de ce succès face à son adversaire historique, le Real Madrid a enchaîné en écrasant Valence (3-6) lors de la 33e journée. Un triplé de Gonzalo Higuain, un doublé de Kaka et l'ouverture du score de Karim Benzema. Les stars du Real reviennent en forme au meilleur moment.

Fernandez : "Une équipe capable de neutraliser les circuits préférentiels du Barça"

La méthode Mourinho est pourtant connue. En coupant le dispositif Blaugrana en deux, il avait empêché les habituels créateurs, Xavi ou Iniesta de poser leur patte sur le match. Au micro de RMC, Luis Fernandez faisait cette analyse : "Mourinho a mis en place tactiquement et physiquement une équipe capable de neutraliser les circuits préférentiels du Barça. Quand les joueurs comme Pepe ou Khedira neutralisent Xavi et Iniesta, quand Di Maria bloque Alvès dans son couloir, ça change tout parce que Messi voit moins le ballon." En effet, avec leurs maîtres de jeu muselés, les double-champions d’Espagne ont montré toutes les peines du monde à faire la différence.

Car l’approche de Jose Mourinho ne fait pas tout. Elle ne profite à la Maison Blanche que grâce au ralentissement des Blaugrana. Si la science du jeu est encore là, l’alchimie ne prend plus. Fatigue mentale ou physique ? Au milieu du ralentissement général de son équipe, seul Lionel Messi semble maintenir son niveau de jeu. Mais le ballon d’or argentin pourra t-il continuer longtemps à tirer son équipe vers le haut ?

A moins que le retour aux affaires de David Villa, buteur ce week-end face à Osasuna pour la première fois en douze matchs, permette aux hommes de Pep’ Guardiola de remporter ce nouveau bras de fer. Toujours est-il que le technicien barcelonais doit rectifier le tir après son échec en finale du Coupe du roi. Avec une nouvelle défense, comprenant Alves à droite, Piqué et Mascherano en défense centrale, et Puyol à gauche, Guardiola espère pouvoir palier notamment les absences d’Abidal et Milito. Cela suffira t-il ? Match retour le 3 mai, au Camp Nou.

Un peu d’histoire : depuis 1902 et la première rencontre entre les deux formations, leur rivalité a été exacerbée par les supporteurs et par la presse. Lors de leurs précédentes rencontres en C1, le Real Madrid s’est imposé deux fois en trois face-à-face : en 1959-60, à l’époque de la paire Di Stefano-Puskas et en 2001-02, durant l’ère des Galactiques. A chaque fois, au stade des demi-finales. Un signe pour la rencontre de mercredi ? La dernière victoire de Barcelone remonte à la saison 1960-61. Autre époque, autres joueurs. Ces matchs références perdent de leur valeur tant les situations ont évolué.