Lyon veut se ressourcer

Publié le , modifié le

Dans une situation très compliquée en championnat, l'Olympique lyonnais espère retrouver une dynamique en Ligue des Champions. Son déplacement lors de cette deuxième journée de Ligue des Champions chez l'Hapoel Tel-Aviv, représente une belle occasion de se relancer. En cas de succès de l'OL, associé à une défaite ou un nul du Benfica face à Schalke, Lyon prendrait seul les commandes du groupe B.

Pointant à une calamiteuse 18e place en L1 après sept journées, l'OL et ses dirigeants, verraient d'un bien mauvais oeil un faux pas dans la compétition fétiche de Jean-Michel Aulas, celle qui rapporte tant d'argent à son club. Et le président de Lyon compte bien voir son équipe se qualifier en huitièmes de finale pour la huitième fois d'affilée... Son entraîneur Claude Puel n'a donc sûrement pas besoin d'être prévenu pour savoir que son siège est hautement menacé, et qu'il pourrait bien payer les frais dès ce mercredi d'une éventuelle défaite face à l'Hapoel Tel-Aviv, un club que l'on peut estimer comme plus modeste.

Puel sera toujours privé de son défenseur central brésilien, Cris. Indisponible depuis la 2e journée de L1 en raison d'une blessure à une cuisse, il n'était pas inscrit sur la feuille de match. Le milieu Jean  II Makoun, déjà forfait pour le derby contre  Saint-Etienne (défaite 1-0) est lui aussi absent. Ces forfaits s'ajoutent à ceux des Argentins Cesar Delgado et Lisandro Lopez qui se remettent d'une blessure musculaire et du Brésilien Honorato Ederson. Les jeunes Timothée Kolodziejczak, un arrière gauche, et Mathieu  Gorgelin, le 3e gardien, s'ajoute au groupe de 19 qui avait été retenu pour affronter Saint-Etienne (0-1).

Demi-finaliste de la Ligue des Champions l'an passé, Lyon a-t-il encore les capacités de réaliser cette performance cette année ? A en juger du début de saison, la mission semble d'ores et déjà compliquée. Mais sur le papier, tout est réuni pour que les Gones profitent de l'occasion pour se refaire la cerise. Défait lors de la première journée par le Benfica Lisbonne (2-0), le club israélien n'a pas réalisé de grandes prouesses. Avec dans ses rangs des joueurs tels que le Français Romain Rocchi, l'Hapoel n'a à l'évidence pas les mêmes ambitions que l'OL. En deux affrontements à domicile contre des équipes françaises en Coupe d'Europe, le club israélien s'est d'ailleurs incliné à chaque fois (2-1 contre Saint-Étienne au premier tour de la Coupe UEFA 2008/09 et 2-0 contre le Stade Rennais en Coupe Intertoto en 1996).

Le coach israélien Elie Gutman, ne se trouve pas dans une situation plus confortable que son homologue français. La dernière défaite samedi face à la modeste équipe de Kyriat Shmona (2-4) en championnat n'a pas été du goût des supporteurs. "Nous sommes une grande famille,  nous devons accepter nos erreurs et les corriger", a déclaré Gutman à ses joueurs. Les  "Rouges" de Tel Aviv, qui ont réussi le doublé Coupe-Championnat la saison dernière, ne pointent qu'à la 8e place du championnat après avoir perdu deux des quatre premières rencontres. Pour l'attaquant Itay Schechter, "l'euphorie née après la qualification  en Coupe d'Europe doit être remisée et nous devons reposer les pieds sur terre".

Romain Bonte