Bastos Michel à genou entouré par Lyonnais Hapoël 09 2010
Michel Bastos entouré de ses coéquipiers lyonnais | AFP - Jack Guez

Lyon revit avec l'assurance Bastos

Publié le , modifié le

Grâce notamment à un doublé initial de son Brésilien Michel Bastos (7e sur penalty, 36e) qui s'affirme en sauveur, Lyon a remporté (3-1) contre l'Hapoël Tel Aviv son deuxième succès lors de la 2e journée de la Ligue des Champions. La défaite de Benfica à Schalke 04 (2-0) laisse les Lyonnais seuls en tête et derniers invaincus de ce groupe B. Une éclaircie et un sursis pour Claude Puel et ses joueurs, qui se sont tout de même fait peur.

Un but opportuniste contre Schalke, un penalty en force et une reprise limpide et fulgurante, voilà comment Michel Bastos sauve le début de saison de Lyon. Voilà comment il s'affirme comme l'assurance-vie de la formation. Dix-huitième de Ligue 1, battue à Bordeaux et ayant perdu à domicile le derby contre Saint-Etienne, l'équipe survit pour le moment grâce à la Ligue des Champions. Et grâce à son milieu de terrain brésilien, auteur de trois des quatre buts de l'OL dans cette compétition. Si les six points récoltés et ce succès chez l'Happoël Tel Aviv (3-1) sont idéaux sur le plan comptable, tout n'est pas encore rassurant.

Lors de ce premier match à l'extérieur dans cette compétition, les Lyonnais faisaient face à une équipe bien regroupée, et surtout composée de joueurs particulièrement vifs opérant en contres. Dans ce petit stade aussi chaleureux que l'était la température, les Israëliens jouaient crânement leur chance, comme sur cette frappe de Ben Dayan repoussée des deux poings par Lloris (5e). Lyon réagissait sur un jeu en triangle conclu par une passe dans la surface de Kallstrom pour Briand, fauché par Badir. Le penalty était sifflé et transformé par Michel Bastos, qui prenait le gardien à contre-pied (7e, 1-0). Le coup était parfait, d'autant que l'OL faisait preuve de maîtrise dans le jeu. A la 19e minute, parti dans le dos de la défense, Ben Sahar était signalé hors-jeu alors que Lloris venait de le faire tomber. Le portier international renvoyait ensuite des poings une tentative de l'attaque de l'Hapoël (24e), puis captait un tir de Zehavi détourné (31e), avant de rater sa sortie sur un corner, aboutissant à un cafouillage avant que le ballon ne parte en sens inverse pour un contre de Gourcuff, mais Gomis était contré au moment de sa frappe (35e). Sur celui-ci, le ballon était repoussé dans l'axe, où Michel Bastos n'en attendait pas autant pour propulser d'une reprise limpide et tournoyante du gauche le ballon dans la lucarne d'Enyeama (36e, 2-0). Un coup de canon d'une précision chirurgicale, et une libération pour les Lyonnais.

En deuxième période, la vivacité israélienne posait de plus en plus de problèmes à des joueurs de Claude Puel, semble-t-il, hésitants quant à la conduite à tenir. Avec deux buts d'avance, la gestion s'imposait, mais le manque actuel de confiance n'est pas un atout. Encore parti dans le dos de la défense, Shechter était signalé hors-jeu (46e). L'attaquant tentait de profiter d'un début de mésentente entre Lovren et Lloris pour conduire le ballon de la main et marquer, mais l'arbitre avait vu la tricherie (54e). Les actions s'enchaînaient, l'OL de plus en plus replié et en attente de contres. Sur l'un d'eux, Gourcuff ratait son contrôle mais Briand en profitait pour reprendre instantanément, sur le gardien (56e). L'ancien Bordelais envoyait ensuite l'ancien Rennais en profondeur, mais Enyeama avait bien anticipé en sortant (74e). Puis, Lovren, déjà auteur de la faute provoquant un coup franc sur le côté gauche, était sanctionné d'un penalty et d'un carton jaune (77e). Et c'est le gardien de Tel Aviv, Enyeama, qui se présentait devant Lloris et le prenait à contre-pied (78e, 2-1). La tension montait d'un coup de plusieurs crans. Mais rien de décisif ne se passait, hormis la sortie sur blessure (crampes ou pire ?) de Michel Bastos juste avant la fin du temps réglementaire. Et alors que Lyon s'acheminait vers une victoire délicate, Pjanic trouvait en profondeur Pied qui était crocheté dans la surface, Pjanic ayant suivi pour marquer le troisième but (94e).

Invaincus, les Lyonnais s'emparent de la tête de ce groupe B puisque, dans le même temps, Schalke 04 a dominé Benfica (2-0) sur des buts en fin de match des anciens du championnat néerlandais Farfan sur une frappe en demi-volée croisée au deuxième poteau (73e), et Huntelaar d'un bon tacle offensif (85e). Les Lisboetes ne se sont jamais imposés en 17 matches disputés en Allemagne dans leur histoire. C'est donc une excellente soirée pour Lyon, qui doit transformer cela en championnat. Sinon, la crise se rapprochera.

Réactions

Claude Puel (entraîneur de Lyon): "Nous n'allons pas faire la fine bouche. Nous prenons trois nouveaux points dans la C1. On peut toujours faire mieux. Il a fallu réaliser un match contre une bonne équipe qui n'a jamais lâché. Dès qu'elle récupérait les ballons, elle se montrait dangereuse, qui plus est sous une forte chaleur. Les organismes en ont aussi été affectés à l'image de Michel Bastos, touché aux ischios-jambiers. C'est le gros point noir de la soirée. En première période nous avons concédé trop d'occasions car nous étions transpercés trop facilement. Nous avons ensuite trouvé la solution en réorganisant notre milieu avec deux demi-défensifs et en faisant jouer Yoann Gourcuff plus haut pour ne pas être aussi exposés. Nous aurions pu nous mettre à l'abri avec un troisième but avant. Globalement cela a été bien maîtrisé et cela aurait été injuste de se faire remonter au score. Ce n'est pas question d'être soulagé ou rassuré. La phase de groupe est un mini-championnat. On construit la qualification. Nous avons six points. Ce n'est pas une finalité. Contre Benfica, ce sera encore très difficile contre un adversaire qui voudra se relancer. La Ligue des champions, c'est une autre compétition particulière par rapport au championnat. Il faut bien récupérer pour nous tourner vers notre prochain match à Nancy, sur un terrain synthétique et dans des conditions climatiques de nouveau difficiles et inverses à celles de ce soir. Nous avons quand même livré un match solide mais nous avons encore un long parcours en championnat pour être régulier".

Eli Gutman (entraîneur d'Hapoël Tel-Aviv): "Je suis déçu par le résultat. Il est vrai que nous avons joué face à un adversaire évoluant en 4-3-3 et très offensif, mais lorsque l'on est mal placé sur le terrain, on le paie très cher. C'est ce qui s'est passé ce soir. La moindre erreur a été payée très chère. Lors de la seconde période, nous avons tenté d'attaquer et de garder le ballon. Nous avons joué plus dans le camp adverse. Nos efforts ont été récompensés par notre but. Je suis fier de mes joueurs qui se sont beaucoup investis. Je suis fier de leur performance. Nous avons plus joué dans la partie adverse que face à Benfica, il y a deux semaines. Je pense que Lyon est la meilleure équipe du groupe. Il y a d'excellentes individualités et cela se voit dans le jeu de cette équipe".