Bafetimbi Gomis (Lyon)
Bafetimbi Gomis (Lyon) | AFP PHILIPPE DESMAZES

Lyon prend une option

Publié le , modifié le

L'Olympique Lyonnais a pris un avantage intéressant en s'imposant 3-1 contre le Rubin Kazan lors du barrage aller de la Ligue des champions. Menés 1-0 d'entrée de jeu, les Gones ont renversé la vapeur grâce à des buts signés Gomis (10e et 40e) et Briand (71e). Dans les autres rencontres de la soirée, à noter le court succès d'Arsenal contre l'Udinese (1-0, Walcott 4e) et le score de parité entre le FC Twente et Benfica (2-2).

Quel match ! Lyon et Kazan ont offert aux 35 468 spectateurs du stade de Gerland un bon spectacle ce mardi soir. Dans une semaine, le match retour s'annonce d'ailleurs passionnant même si les Lyonnais possèdent deux buts d'avance. Et cette rencontre de C1 a démarré à fond, sans round d'observation. Vladimir Diadioune ouvrait le score sur corner dès la 3e minute en prenant le dessus sur le statique Lovren et en glissant le ballon au ras du poteau droit de la cage gardée par Lloris (0-1). Quelle douche froide ! Lyon réagissait sur un coup franc de Bastos qui frôlait le cadre adverse (7e). Les Gones égalisaient grâce à Gomis qui reprenait parfaitement une belle ouverture venue de la gauche signée Bastos (1-1, 10e). Dans la foulée, Rijikov sauve les siens en sortant promptement devant Briand. Puis Lovren, en position de dernier défenseur, gagnait son duel avec Diadioune. Le match s'emballait clairement. Au quart d'heure, Lisandro effectuait un beau numéro mais son tir passait à côté. Deux minutes plus tard, l'Argentin reprenait d'une belle déviation à l'entrée de la surface un centre tendu de Bastos: Rijikov captait le ballon en deux temps. 

Gomis concrétise

A la 24e, Lyon se procurait deux occasions coup sur coup: d'abord par Lisandro qui ne pouvait frapper après son long crochet sur le gardien et se voyait contraint de centrer… pour la tête de Bastos arrivé plein pot. Une tête puissante déviée par un défenseur adverse avant que le ballon ne revienne sur l'aile gauche dans les pieds de Källström qui centrait en retrait pour Briand pour un tir cadré capté en deux temps par Rijikov, vigilant. Dix minutes plus tard, les 1,95 m du portier russe lui permettait de sauver les siens sur un petit lob astucieux de Briand, bien lancé dans la surface. L'OL dominait mais le club tatar résistait et restait dangereux en contre. Sur l'un d'eux, Lloris s'interposait de façon magistrale (39e). A cinq minutes de la pause, Gomis donnait l'avantage à Lyon: bien lancé sur le côté gauche de la surface par une petite passe tout en finesse de Lisandro, l'ancien Stéphanois voyait son tir du gauche, dévié par son vis-à-vis, prendre Rijikov à contre-pied (2-1, 40e).

Dès l'entame de la seconde période, Kazan ratait l'occasion d'égaliser. Medvedev prenait de vitesse la lourde charnière centrale lyonnaise mais Lloris l'obligeait à reprendre à côté du but (49e). Dans la foulée, Rijikov avait beaucoup de mal à récupérer un centre tir de Bastos fuyant. Le match reprenait sur les mêmes bases qu'en première période avec deux formations plus aptes à jouer qu'à défendre. A la 55e, Lloris s'envolait bien sur un tir puissant de Gökdeniz. Les hommes de Rémi Garde réagissaient par un tir de Gomis au dessus après un beau service de Pjanic, rentré à la place de Cissokho, Bastos ayant donc reculé d'un cranc au poste d'arrière gauche. Lyon dominait les débats à l'image d'une nouvelle action conclue par Gomis et bien stoppée par Rijikov (65e). Kazan restait dangereux notamment sur coups de pied arrêtés, témoin ce corner repris en force par Bocchetti au dessus. A la 70e minute, le défenseur italien écopait d'un avertissement pour une faute sur Lisandro. Il ne jouera pas le match retour en Russie la semaine prochaine. 

Briand conclut

Quelques instants plus tard, Lyon marquait enfin ce troisième but tellement important pour se donner de l'air. Sur un corner bien tiré par Källström –tendu et au premier poteau, Jimmy Briand surgissait devant tous les défenseurs verts pour placer une tête imparable qui heurtait la barre avant de rentrer (3-1, 71e). Sachant qu'il est préférable de se rendre en Russie avec trois buts d'avance, Lyon continuait d'attaquer. Et comme leurs adversaires tentaient de réduire l'écart, cette fin de rencontre s'avérait passionnante. Les Rhodaniens manquaient d'inscrire un quatrième but sur une percée splendide de Gomis qui fixait le gardien avant de donner à Bastos sur sa droite. Mais le tir du Brésilien était sorti in extremis par un défenseur revenu du diable vauvert (82e). Deux minutes plus tard, Lloris sortait parfaitement au devant de Gökdeniz pour préserver ce score avantageux. Dans les ultimes minutes, Lisandro butait encore sur Rijikov. Il fallait bien laisser du suspense pour le match retour…

Réactions

- Rémi Garde (entraîneur de Lyon) : "Prendre un but au bout de trois minutes, c'était une grosse frayeur car nous avions imaginé prendre un autre départ. Malheureusement, nous sommes encore une fois menés au score comme à Nice et contre Ajaccio. Cela nous a sans doute plus vexés que réveillés. Quoi qu'il se serait passé ce mardi soir, nous savions qu'il restait 90 minutes. Nous sommes dans une position qui sera de toute façon à maintenir. Nous savons qu'il faudra batailler là-bas. Nous prenons cette situation assez favorablement. Etant donné qu'ils ont marqué à l'extérieur, il faudra marquer nous aussi là-bas et livrer un vrai match de Ligue des Champions comme je pense, cela a déjà été le cas ce mardi. Mon équipe joue avec ses qualités. Cela demande aussi pas mal d'énergie mais je pense que les joueurs prennent du plaisir, qui est une source de motivation et d'énergie pour eux. De temps en temps, il y a des phases au cours desquelles nous aimerions être un peu plus costauds. On peut le devenir. Là nous avions quand même besoin d'emballer ce match après ce but encaissé. Nous étions vraiment dans l'état d'esprit que je souhaite pour mes joueurs mais le très haut niveau réclame aussi de temps en temps d'être un peu plus calculateurs. Nous nous attendions à une équipe un peu moins joueuse que ce qu'elle a été. Au retour, elle devra aussi jouer pour combler son retard mais il est difficile de savoir aujourd'hui comment cela va se passer. Bien sûr, nous aurions pu terminer à 4-1 mais je n'oublie pas qu'ils auraient pu revenir à 3-2 sans une belle parade d'Hugo (Lloris). C'est correct d'avoir terminé comme cela par rapport à ces deux grosses occasions de chaque côté".
- Kim Källström (milieu de Lyon) : "C'était un match assez ouvert. Cette équipe nous a surpris en jouant un peu plus haut que ce que nous avions prévu. C'est une bonne équipe en face. Il y a un enjeu très important et il ne fallait pas trop se livrer. Nous avons réalisé un très bon match que nous terminons avec deux buts d'avance. C'est bien. Nous avons pris un but, c'est regrettable mais cela arrive. Il y a aussi de bons joueurs en face mais le troisième but nous fait vraiment du bien".
- Kurban Berdyev (entraîneur de Rubin Kazan) : "Nous avons perdu 3-1 et cela fait deux buts d'écart à remonter. Rien n'est perdu pour le match retour. Nous pouvons combler cette différence. La blessure de Dyadyun a influencé la suite de notre match car nous comptions sur sa vitesse de percussion. Je ne pense pas que nous ayons paniqué mais les joueurs de Lyon était bien synchronisés et cela a mis en difficulté notre défense, dans l'axe notamment, sur les alignements".