Lyon Briand et Gomis Ligue des Champions 08 2011
Jimmy Briand et Bafetimbi Gomis (Lyon) | AFP - PHILIPPE DESMAZES

Lyon pour un record

Publié le , modifié le

En quête d'un 12e billet consécutif pour la phase de poule de la Ligue des Champions, un record français, Lyon est dans l'obligation d'aller s'imposer, mercredi, sur la pelouse du Rubin Kazan. Si au match aller, l'OL avait dominé les Russes 3-1, Rémy Garde, l'entraîneur lyonnais, estime que ce déplacement "s'annonce compliqué" face à une "équipe difficile à manoeuvrer".

Il est des rendez-vous à ne surtout pas louper. Celui qui attend les troupes de Jean-Michel Aulas, mercredi soir, au stade Tsentralnyi est de ceux-là. Et le président du club rhodanien n'a pas caché son souhait de voir ses hommes en revenir en vainqueurs. "On s’attend à un match compliqué même si au match aller on a réussi à creuser un écart, a toutefois prévenu Rémy Garde, bien conscient de la tâche qui attend son équipe. C’est une équipe difficile à manœuvrer donc on sera évidemment très vigilant." Face à un Rubin Kazan très solide défensivement, la méfiance est bien évidemment de mise. D'autant que face à son public, la formation russe aura à coeur de bien faire. Et de peut-être recréer la sensation du tour précédent où elle avait éliminé le Dynamo de Kiev, vice-champion d 'Ukraine.

A quelques heures de la rencontre, le président de l'OL ne se montre d'ailleurs pas très optimiste en dépit de la victoire 3-1 au match aller : "Nous avons le désavantage de jouer mercredi à 5 000 kilomètres de Lyon et de rejouer dans la foulée samedi soir contre Montpellier. Physiquement cela va être compliqué." Avant d'ajouter : "Si nous nous qualifions en Champion’s League, ce sera un exploit."  Il faut en effet se souvenir que le Rubin Kazan n'en est pas à son coup d'essai. Champion de Russie en 2008 et 2009, le club d'Aleksandr Gusev avait signé son entrée sur la scène européenne en s’imposant sur la pelouse du Barça fin 2009. L'Inter Milan a également eu l'occasion de souffrir face au Rubin Kazan.

Dans ces conditions, Rémy Garde a mis toutes les chances de son côtés. Notamment en laissant souffler Maxime Gonalons, Michel Bastos et Jimmy Briand contre Brest le week-end dernier. En l'absence de John Mensah, Yoann Gourcuff, Ederson et des sept internationaux de moins de 20 ans de retour du Mondial de la catégorie (Kolodziejczak, Fontaine, Faure, Grenier, Reale, Tafer et Lacazette), l'entraîneur lyonnais a du coup titularisé le même groupe que celui qui a obtenu un nul à Brest (1-1) en championnat. Et alors qu'on pensait qu'il effectuerait son retour face au Rubin Kaza, Cris, insuffisamment rétabli d'une blessure à la cuisse, ne sera pas de la partie.

Rémy Garde pourra toutefois compter sur les redoutables Lisandro et Gomis. Le premier a inscrit deux buts depuis la reprise du championnat tandis que son coéquipier en est déjà à trois réalisations toutes compétitions confondues. Si Lyon a une solide attaque et une bonne expérience de cette compétition, il faudra encore faire des efforts en défense. Sans quoi, les hommes de Garde pourraient connaître une grande déconvenue. Sur ses quatre derniers matches, l'OL a en effet systématiquement encaissé un but. Et les Russes du Rubin Kazan le savent.

Isabelle Trancoën