Duel entre Charalambides et Bastos lors de APOEL Nicosie -Lyon
Duel entre Charalambides et Bastos lors de APOEL Nicosie -Lyon | PATRICK BAZ / AFP

Lyon par la petite porte

Publié le , modifié le

L'APOEL Nicosie s'est qualifié pour la première fois de son histoire en quarts de finale de la C1, en éliminant aux tirs au but Lyon, sur son terrain en 8e de finale retour (1-0). Les Chypriotes, battus 1-0 à l'aller, ont renversé la vapeur en marquant d'entrée face à de médiocres Lyonnais, par Gustavo Manduca. Le score n'a ensuite pas bougé, l'Apoël forçant la décision lors de la séance de tirs au but (4 à 3) sur deux arrêts de Chiotis devant Lacazette et Basto.

Poussé par ses formidables supporters, l'APOEL monopolisait le ballon en début de rencontre, sans toutefois se montrer dangereux. Jusqu'à la 9e minute où le Brésilien Gustavo Manduca ouvrait la marque d'une reprise à bout portant sur un superbe centre de Charalambides prenant à revers Cris et Réveillère (1-0). Lyon réagissait dans la foulée sur un retourné du Brésilien Ederson, sans danger pour Chiotis, le portier chypriote. A la 20e, un coup franc de Bastos passait à droite de la cage adverse. Cinq minute plus tard, un coup franc excentré d'Ederson contraignait le gardien méditerranéen à effectuer une belle claquette pour mettre le cuir en corner. L'APOEL procédait par contre-attaques. Sur l'une d'elles, le remuant Charalambides tentait sa chance d'un tir puissant du droit mais le ballon touchait le petit filet du but de Lloris (28e).

A la demi-heure, une belle action en triangle entre Ederson, Lisandro et Bastos aboutissait à une tête au dessus du gaucher brésilien. L'OL s'enhardissait sans vraiment déborder cette solide formation chypriote, portée par 23 000 fidèles donnant de la voix. A la 36e, Lloris sauvait les Lyonnais en gagnant son face à face avec Ailton mais l'attaquant était de toutes façons signalé hros-jeu. Deux minutes après, c'est une tête d'Ederson sur un bon centre de Bastos qui passait de peu à côté. Puis Lloris s'interposait parfaitement pour repousser des deux pieds un tir puissant de Solari (42e). Les deux équipes regagnaient les vestiaires sur ce court avantage pour les locaux. Un résultat synonyme de prolongation.

Chiotis décisif sur une tête de Lisandro

Cinq minutes après la pause, une altercation se produisait dans la surface de réparation entre Oliveira et Cris, le Chypriote donnant un coup de coude au Brésilien qui lui rendait un coup de pied. Les deux hommes étant tombés à terre sur ce coup franc, le corps arbitral n'a pas bien vu l'action. Monsieur Undiano Mallenco, l'arbitre de la rencontre, ne sortait que deux avertissements pour les deux protagonistes au lieu du carton rouge mérité. Il en ajoutait un pour Bastos, coupable d'avoir manifesté son mécontentement. A la 56e, Lyon manquait d'encaisser un deuxième but sur coup franc, la tête défensive de Cissokho tapant la barre transversale avant de sortir.

Kim Källström: "On aurait dû mieux faire, marquer plus de buts à l'aller. C'est très dur. On est dans une situation difficile. On passe pas. On s'est battu jusqu'au bout. Il faut se battre jusqu'à la fin de la saison. C'est une grosse déception pour tout le monde"

Les Chypriotes commençaient à harceler la défense française et les deux attaquants jaunes, Ailton et Solari, faisaient passer des frissons dans la surface des hommes de Rémi Garde. Charalambides, technicien hors pair, débordait l'arrière garde adverse sur le côté droit de la surface avant d'adresser un petit centre pour Solari qui croisait trop son tir. Lyon venait d'échapper au pire. Juste après, c'est Lisandro qui était tout près de marquer mais la tête de l'Argentin était déviée in extremis en corner par Chiotis (72e). Pour aller chercher la qualification, Garde faisait rentrer Bafétimbi Gomis à la place du pâle Ederson. Mais ce sont les locaux qui poussaient sur le but de Lloris, encore décisif sur un tir signé Ailton à deux minutes du terme.

Nicosie résiste et termine à 10

Le match, viril mais correct, se durcissait en prolongation. La fatigue aidant, chaque duel gagné pesait sur l'issue du match. Lyon misait sur les coups de pied arrêtés. Sur l'un d'eux, Paulo Jorge était tout près de marquer contre son camp (93e). Les deux formations cherchaient à faire la décision mais tout cela manquait de précision. A la 100e minute, Lacazette suppléait Briand. Dans la foulée, une faute de Cris dans la surface aurait pu valoir un penalty aux Jaunes. Puis Chiotis captait une tête piquée de Koné qui manquait de puissance. A la 110e, Lisandro tergiversait trop avant d'être contré. Et Bastos voyait son tir dévié en corner.

L'OL poussait enfin très fort sur la cage chypriote mais la séance des tirs au but se profilait inexorablement. D'autant que Gonalons écopait d'un carton jaune pour avoir coupé une contre-attaque adverse. Trickovski, bien lancé par Marcinho, tirait au dessus. Et Manduca était logiquement exclu pour un deuxième avertissement donné par l'arbitre (115e). Juste avant une frappe puissante de Marcinho de peu au dessus. Finalement, le score en restait là et les deux équipes allaient devoir se départager quasiment à pile ou face.

Chiotis délivre l'APOEL

Källström inscrivait le premier tir pour Lyon qui avait l'avantage de débuter, donc avec une pression moindre. Ailton égalisait en prenant Lloris à contre-pied. Lisandro marquait le sien "à la Bellone" (tir sur le poteau et but grâce au dos du gardien). Morais remettait les deux clubs à égalité. Gomis trouvait le petit filet intérieur de Chiotis (3-2). Alexandrou égalisait. Puis Lacazette, sans élan, tirait sur la gauche de Chiotis qui se détendait pour dévier le ballon. Tickovski ajustait Lloris. Avant que Chiotis ne devienne le héros de la soirée en détournant le tir de Bastos. L'OL venait de tomber contre un club chypriote inconnu du grand public en début de saison. Une petite humiliation pour le septuple champion de France.

Grégory Jouin @GregoryJouin