Dejean et Kone (Lyon)
Lovren Dejean et Bakari Kone (Lyon) | AFP - PHILIPPE HUGUEN

Lyon à la relance

Publié le , modifié le

Après une sévère défaite (3-1), dimanche dernier, à Lille et des résultats à l'extérieur plutôt médiocres, Lyon veut profiter des 8e de finale de Coupe de la Ligue pour renverser la vapeur. Son déplacement, mercredi, chez son voisin stéphanois, sera donc décisif (20h45 sur France4). Un peu plus tôt, le PSG, solide leader de Ligue 1, tentera de réaliser la passe de deux face à des Dijonnais déjà battus 2-0 trois jours auparavant (17h00 sur France2).

Saint-Etienne et Lyon, qui s'affrontent  mercredi au stade Geoffroy-Guichard en 8e de finale de la coupe de la Ligue, ne  peuvent rien lâcher à l'occasion du premier des deux derbies de la semaine entre les deux clubs, qui se retrouvent dès samedi à Gerland en championnat. L'ASSE est invaincue depuis cinq journées en L1 avec trois résultats nuls  et deux victoires consécutives face à Evian (2-1), puis Valenciennes (1-0),  samedi. Ce dernier succès ne lève pas les doutes sur cette formation stéphanoise,  8e de la L1, qui a affiché de grandes limites techniques tant à Annecy contre l'ETG FC que devant les Nordistes. Face à l'OL, 5e en championnat, les Verts aligneront la meilleure formation  possible du moment pour un match considéré comme "hyper important" par l'entraîneur Christophe Galtier, qui devrait titulariser Bakary Sako et Fabien  Lemoine, remplaçants devant Valenciennes. "Nous n'avons pas les moyens de viser le podium en championnat, alors les coupes nationales sont des objectifs importants", souligne-t-il. Reste que les Verts n'ont plus battu l'OL au stade Geoffroy-Guichard depuis le 6 avril 1994 (3-0), date de ce qui fut le dernier succès de Saint-Etienne dans le derby avant celui obtenu en septembre 2010 à Gerland (1-0).

Du côté lyonnais, les deux défaites consécutives concédées sur les terrains du Real Madrid (4-0) et de Lille (3-1) ont une nouvelle fois démontré les difficultés du club rhodanien à soutenir la comparaison face à des adversaires de haut niveau, qui plus est à l'extérieur, où Lyon reste sur une série de  quatre défaites et un nul. Dans la succession de rencontres tous les trois jours, ces revers rendent  également encore plus important ce tour de coupe de la Ligue qu'il ne l'aurait été en d'autres temps. Si Saint-Etienne sait qu'il ne peut lutter pour le podium de L1, l'OL n'a, pour l'heure, aucune certitude de s'y trouver aussi en fin de saison et autant ne pas griller de joker trop vite pour une qualification européenne. Rien de mieux également que de gagner dans le derby et notamment sur terrain adverse pour se relancer. "Un derby a toujours beaucoup d'importance. Nous allons à Saint-Etienne  pour gagner et nous ne négligeons pas la coupe de la Ligue", insiste Rémi Garde, toujours privé de son fer de lance, Lisandro, convalescent. 

Dans les autres rencontres de ces 8e de finale, le PSG, leader du championnat, sera en déplacement chez les promus de Dijon. Un adversaire que les Parisiens - hasard du calendrier - viennent de battre en L1 ce dimanche (2-0) sur un doublé de Nene. Le LOSC peut aussi envisager sereinement son premier match de Coupe de la Ligue avec la réception de Sedan, équipe de l'étage inférieur qui voudra  peut-être réserver ses forces à un championnat de L2 où il figure en bonne position (5e) à cinq points du leader Reims. Le sort a été encore plus clément avec Rennes, qui hérite d'un déplacement  au Mans, avant dernier de L2, qui tremble pour son avenir. Les trois autres affiches entre pensionnaires de L1 s'annoncent plus  équilibrées, comme Montpellier-Lorient. Mais les Héraultais ne seront-ils pas tentés de lever le pied en Coupe de la  Ligue alors que la L1 leur réserve des jours heureux ? Montpellier n'est qu'à  trois points du leader, le PSG. Auxerre reçoit Caen dans un match entre deux équipes qui cherchent à se libérer. L'AJA n'a plus gagné depuis trois matches de championnat, tout comme les Normands de Franck Dumas. Nice reçoit pour sa part Sochaux, la plus mauvaise défense de l'élite, avec 23 buts encaissés en 11 journées. 

AFP