Lloris Lyon nicosie C1 032012
Lloris Lyon nicosie C1 032012 | AFP - JACK GUEZ

Lyon, et maintenant?

Publié le , modifié le

Plus qu'une élimination prématurée en huitièmes de finale de la Ligue des champions, Lyon a surtout écorné son image en tombant face l'APOEL Nicosie mercredi soir. Distancé en championnat, l'OL n'a plus que les Coupes de la Ligue et de France pour éviter une nouvelle année noire.

Mercredi soir, 23h30. Le ciel vient de tomber sur les têtes lyonnaises. Jamais l'OL n'avait connu telle désillusion en Ligue des Champions. Les hommes de Rémi Garde viennent de tomber sans gloire face au petit poucet de la compétition, l'APOEL Nicosie, au bout de la séance des tirs au but (1-0 à l'aller, 0-1 4 tab à 3 au retour). Même l'élimination peu glorieuse face à Maribor au tour préliminaire en 1999, avant les heures de gloire lyonnaise, n'avait pas eu un goût aussi amer. "C'est une très très grosse déception, une très grande désillusion", admet Rémi Garde. Et Jean-Michel Aulas d'ajouter sur OLTV: "C’est une défaite qui fait mal car on est passé très près. C’est une immense frustration car il y avait la place de se qualifier, (mais) jouer une qualification ici c’était jouer avec le feu."

"On gagne ensemble, on perd ensemble"

Alors certes, l'OL pourra toujours arguer que les Chypriotes sont invaincus à domicile en Ligue des champions cette saison. Mais Lyon était prévenu, même si le président rhodanien s'était félicité "d'un tirage facile". La vérité du terrain reste la seule valable. " Il faut aussi penser à d'autres grands clubs qui sont également éliminés. C'est le football", se justifie Bernard Lacombe, le conseiller du président, faisant sans doute allusion aux deux clubs de Manchester ou encore au PSV sortis dès la phase de poule.

Mais sur l'ensemble des deux matches face à l'APOEL, la bande à Lisandro n'a jamais paru en mesure de surclasser un adversaire qui lui était, sur le papier, nettement inférieur. C'est sans doute à l'aller que les Gones ont laissé filer leur qualification. "On aurait dû mieux faire, marquer plus de buts à l'aller", concède Kim Källström. "Au match aller, on aurait pu marquer ce deuxième but pour aborder ce match avec plus de sérénité", ajoute Gomis. "On a un effectif un peu court pour jouer sur les 4 compétitions… Avec un peu plus de détermination je pense qu’on aurait pu se qualifier. On gagne ensemble et on perd ensemble."

En quête d'un titre depuis 2008

A Lyon, on refuse cependant de s'appesantir sur ce résultat. "Il ne faut pas dire que l'heure est grave", martèle Lacombe. "Il y a encore de belles choses à faire sur la fin de saison. Quand on est professionnel, on se doit de relever la tête et de digérer", prévient Garde. L'OL peut sauver sa saison avec encore la finale de la Coupe de la Ligue à disputer face à l'OM et un quart de finale de Coupe de France sur le terrain du PSG. Des pis-aller pour un club aux grandes ambitions. Mais comment les joueurs vont digérer les 120 minutes face à l'APOEL et le terrible dénouement. "Il faut se remettre dans le droit chemin dès samedi", annonce Lacombe. "Il faut réagir pour l'avenir et aux joueurs de faire le nécessaire pour samedi contre Lille. Il faut que nous soyons tous près à rebondir". Car les Gones ont déjà une occasion de se relancer et de refaire le plein de confiance au moment de recevoir le champion de France, samedi à Gerland. Le propriétaire du moment du dernier siège pour la C1 avec sept points d'avance sur son concurrent direct (7e).

"Etre abattu ne va pas nous faire avancer maintenant. On a laissé passer notre chance sur le terrain maintenant il faut passer à autre chose." Rémi Garde va devoir trouver les mots pour remobiliser ses troupes. "On ne va pas avoir trop le temps de réfléchir", ajoute-t-il. Il reste 12 matches de championnat à Lyon, dont un derby à Saint-Etienne, pour espérer arracher le dernier billet pour la Ligue des champions. Une nouvelle année noire pourrait se dessiner à l'horizon pour l'OL qui n'a plus rien gagné depuis 2008 et l'éviction d'Alain Perrin après son doublé championnat-Coupe de France. Une autre époque…

Melinda Davan-Soulas @Melinda_DS