Maxime Gonalons
Le milieu de terrain de Lyon Maxime Gonalons | AFP - Kenzo Tribouillard

Lyon attend un miracle

Publié le , modifié le

Même si une infime possibilité existe encore de se qualifier pour les huitièmes de finales de la Ligue des champions, l'Olympique Lyonnais cherchera surtout mercredi face au Dinamo Zagreb à sortir la tête haute de la compétition. Ils devront croire au miracle dans la poule D: seul un carton à Zagreb, doublé d'un festival du Real Madrid, qualifié et qui envoie ses remplaçants sur la pelouse de l'Ajax Amsterdam, pourrait les sauver. La mission? Impossible ou presque.

Plombé dans la course à la qualification pour les phases à élimination directe du printemps par un mois de novembre manqué - double (et lourde) défaite devant le Real Madrid (4-0 et 0-2) puis nul (0-0) devant l'Ajax Amsterdam - Lyon ne peut bénéficier que d'un seul scénario favorable mais étroit. Il doit l'emporter à Zagreb et  compter sur une victoire du Real à Amsterdam pour espérer remonter les sept  buts d'avance que compte l'Ajax à la différence de buts générale (Français et  Néerlandais étant à égalité aux matches particuliers), et ainsi participer aux  8e de finale de la C1 pour la 9e fois consécutive.

Le cumul des écarts devra égaler ou dépasser les sept buts pour effacer la différence de buts entre les Français et les Néerlandais. Il faut déjà une orgie offensive de l'OL en Croatie; ça tombe bien, Lisandro est revenu à point (trois buts en trois matches), Ederson retrouve son niveau et Bastos maintient le sien. Pour compliquer la tâche des Lyonnais, il faut noter que le Real, qui réalise un sans-faute dans cette poule et est déja qualifié, VA faire tourner son effectif dans la perspective du "clasico" contre Barcelone le week-end prochain en Liga. Pour rassurer les Lyonnais, Madrid pourrait aligner deux équipes en Ligue des champions.

Au complet

Lyon risque donc fort de ne pas participer au printemps européen pour la première fois depuis neuf ans. Mais les Gônes veulent tout de même jouer crânement leur (petite) chance. "Nous n'allons pas nous poser des questions. Cela relève du miracle mais...", lâche le milieu de terrain Maxime Gonalons. Pas avare de bons mots, Bernard Lacombe, le conseiller du président Jean-Michel Aulas, fait remarquer que "sur les panneaux de la ville, c'est marqué 'Lyon', pas 'Lourdes'", sans toutefois refuser de croire au miracle. "Tant qu'il y a de l'espoir, cela vaut le coup de se lancer dans ce challenge. Nous allons faire ce qu'il faut et à la fin nous verrons", dit-il.

"Nous allons à Zagreb pour, déjà, l'emporter pour sortir la tête haute", imagine par avance Ederson. "Il faut marquer un maximum de buts et espérer un résultat du Real, il ne faut pas lâcher. Tant qu'il y a 0,01% de chance, il faut y croire." Sur la lancée de son double succès en Ligue 1 (0-3 à Auxerre et 3-2 devant Toulouse), le septuple champion de France entend conclure en beauté son 12e automne en Ligue des champions et son 112e match à ce niveau. En cas d'échec, Lyon se consolerait avec un billet pour la C3 Pour cette rencontre, Lyon va retrouver tout son groupe, avec l'essentiel de ses cadres remis de leurs blessures.

Lyon sera qualifié s'il s'impose à Zagreb, si le Real Madrid s'impose aussi à Amsterdam et s'il comble la différence de buts (-7) par rapport à Amsterdam.

Mathieu Baratas