Suarez - Forlan - 2011 - Uruguay
Diego Forlan et Luis Suarez, la paire offensive de l'Uruguay | AFP - Maxi Failla

L'Uruguay sacrée

Publié le , modifié le

L'Uruguay a remporté la Copa America en battant logiquement en finale le Paraguay (2-0) samedi à Buenos Aires. Dominatrice dans tous les compartiments du jeu, la Celeste fait honneur de son statut de favori, en faisant la différence en 1re période par ses deux attaquants vedettes Suarez et Forlan, ce dernier doublant la mise en toute fin de rencontre. L'Uruguay décroche ainsi son 15e titre continental.

L'Uruguay qui se présentait dans son 4-4-2 classique n'a fait qu'une bouchée d'une formation du Paraguay rapidement débordée. Titré en 1953 et 1979, et est déjà entré dans l'histoire des tournois de premier plan de manière cocasse en étant finaliste au bout d'un parcours de matches nuls, le Paraguay n'a cette fois pas pu faire illusion. L'enjeu était trop important pour l'Uruguay qui n'avait pas envie de laisser passer sa chance. Après sa sa belle aventure au Mondial-2010 (4e), la génération Forlan a su enouer avec la victoire et l'ère Francescoli (titres 1983, 1987 et 1995). Forlan lui-même, à 32 ans, a su saisir son unique occasion de soulever un titre avec sa sélection, en participant activement à la vicotire.

C'est Suarez qui a donné rapidement l'avantage à l'Uruguay. Profitant d'un contre favorable, l'attaquant a réussi un petit numéro face à Veron, dépassé sur ce mouvement. L'enchaînement qui suit, contrôle du droit, puis frappe du gauche, a surpris Villar, grâce au concours malheureux de Veron qui a détourné le ballon (1-0, 12e) En fin de première période, la Celeste doublait la mise .A trente mètres du but de Villar, Arevalo Rios chipait un ballon dans les pieds d'Ortigoza. Il poursuivait dans la profondeur vers Forlan. Sa frappe croisée du gauche sans contrôle à l'entrée de la surface ne laissait aucune chance à Villar (2-0, 42e).

Le capitaine des Guaranis faisait bonne garde mais son équipe était trop fébrile et nerveuse pour pouvoir construite. Le manque de percussion entrevue depuis le début du tournoi était cette fois criant. L'Uruguay appuyait sur le champignon. Après un grosse occasion de Cavani détournée in extremis par Vilar, ce même Cavani déstabilisé dans la surface aurait même pu bénéficier d'un pénalty à dix minutes de la fin de la rencontre. Mais ce n'était que partie remise. En toute fin de match, sur un contre rondement mené en une touche de balle, Cavani lance vers Suarez qui en première intention sert Forlan lancé en profondeur à la limite du hors-jeu. Le vétéran de la Celeste ne laisse pas passer l'occasion (3-0, 90e)

Cette victoire de l'Uruguay, quatrième l'été dernier du Mondial disputé en Afrique du Sud, lui confère avec 15 titre, un record continental, devant l'Argentine écartée en quarts de finale, et acquise de surcroît au Monumental de Buenos Aires, ce qui représente une forme d'apogée pour ce petit pays, le moins peuplé de la Confédération d'Amérique du sud.