Suarez - Forlan - 2011 - Uruguay
Diego Forlan et Luis Suarez, la paire offensive de l'Uruguay | AFP - Maxi Failla

L'Uruguay de Suarez en finale

Publié le , modifié le

L'Uruguay s'est qualifié pour la finale de la Copa America grâce à son succès (2-0), mardi, face au Pérou. Luis Suarez a inscris les deux buts de la rencontre à cinq minutes d'intervalle. La Celeste, qui aura l'occasion d'ajouter un quinzième titre continental à son palmarès, rencontrera en finale le vainqueur du match entre le Paraguay et le Venezuela.

Deux buts en cinq minutes d'intervalle: Suarez a marqué un doublé qui a assommé le Pérou (2-0), mardi à La Plata, et envoyé l'Uruguay en finale de la Copa America, où la Celeste guignera un nouveau record de quinze titres continentaux. L'Uruguay, qui rencontrera en finale dimanche à Buenos Aires le vainqueur de Paraguay-Venezuela (mercredi soir à Mendoza), a ainsi l'occasion de dépasser l'Argentine, qu'il avait battue en quarts de finale samedi dernier (1-1 a.p., 5-4 t.a.b.). Dans la rivalité autour du Rio de la Plata, ce n'est pas rien...

La Celeste était abonnée aux demi-finales perdues, lors des trois précédentes Copas America et au Mondial-2010. Pour la génération Forlan, c'est le moment où jamais de renouer avec la victoire, comme au bon vieux temps de Francescoli (titres 1983, 1987 et 1995). Quant au Pérou, qui rêvait d'un cycle victorieux tous les 36 ans (après les sacres de 1939 et 1975), il a tout de même réussi son séjour argentin, lui qui était resté bloqué en quarts lors des quatre derniers tournois continentaux et avait fini à la dernière place des éliminatoires au Mondial-2010.

Vargas voit rouge

Le Pérou a lutté, mais la bande à Forlan était trop forte. "Si on devait passer en finale et gagner la coupe, et que je n'ai toujours pas marqué, je serais le plus heureux du monde", avait dit le même Forlan lundi. Le N.10 de la Celeste n'a toujours pas marqué depuis le Mondial-2010 dont il avait été élu Ballon d'Or.
Mais c'est lui qui décochait une frappe lourde, repoussée par Fernandez; Suarez suivait et marquait d'un angle fermé (53e). Une ouverture du score qui contraignait les Péruviens à sortir de leurs retranchements. Et pan ! Suarez en profitait pour aller marquer le deuxième but, seul, lancé par A. Pereira (58e), et rejoindre Agüero en tête du classement des buteurs de la Copa (3 buts). "Le premier but, j'étais convaincu que le ballon allait avoir un mauvais rebond, et puis ç'a été plus facile, a-t-il raconté. Le deuxième but, en tête-à-tête avec le gardien, pour un attaquant lancé, c'est plus facile. Le terrain était très mauvais, et pour éviter de mal frapper dans le ballon ou dévisser, je n'ai pas voulu tirer trop fort pour assurer ma frappe".

Une double claque qui pendait au nez des Péruviens, jouant très bas et laissant d'immenses espaces au secteur offensif de la Celeste. Car entre deux équipes rétives à prendre le jeu à leur compte, c'est l'Uruguay qui s'y collait. Le Pérou le laissait venir jusqu'à sa surface, pour jouer la contre-attaque.
Mais si l'Uruguay se créait des situations chaudes, c'était à défaut d'occasions nettes. Manquait toujours la précision dans les derniers gestes, comme cette reprise dévissée de Suarez (8e), ou cette action d'A. Pereira seul devant Fernandez (16e). Au retour des vestiaires, Suarez, auteur d'un doublé, tuait le match en cinq minutes ainsi que le moral des Péruviens. Vargas, jusqu'alors le seul joueur de l'Albirroja à essayer d'animer le jeu, perdait ses nerfs et d'un coup de coude à Coates voyait rouge (69). C'est étrangement à partir de cette exclusion que le Pérou commençait à musarder dans la surface uruguayenne, au gré de corners et d'attaques bien menées, ou de cette frappe flottante de Guerrero (84e) captée en deux temps par Muslera. "Avec les résultats de cette Copa, qu'on ne me parle pas de favoritisme, s'il vous plaît !", avait lancé Oscar Tabarez lundi en riant. Mais cette fois, le favori est passé. A la conquête d'une quinzième étoile.

Déclarations :
Sergio Markarian
(sélectionneur  du Pérou) : "Ce n'est pas le genre de match où l'on peut se permettre les  erreurs qu'on a faites. Mais quand je parle d'erreur, je parle de mes propres  erreurs, pour avoir pensé à l'équipe d'un point de vue préventif, sinon  j'aurais mis Chiroque et Lobaton dès le début. L'équipe a montré du tempérament  à dix, j'en suis très content. Il faut féliciter l'adversaire. Je retiens  beaucoup de positif. Nous devons garder la tête haute, nous avons proposé une  prestation digne (...) Ce n'est pas agréable de perdre, on le regrette, et ça  me fait mal, mais c'est le football et ça arrive. Maintenant, il faut commencer  à préparer le match pour la troisième place".
Fernando Muslera (gardien de  l'Uruguay): "On est très content d'avoir atteint l'objectif. Maintenant, il  nous reste à atteindre le rêve. On a vu contre l'Argentine que le groupe était  uni, solidaire. On a mieux joué en deuxième mi-temps".