Bernard Lama Luis Fernandez Jacques Chirac Elysées 1996
Bernard Lama et Luis Fernandez avec Jacques Chirac à l'Elysée après la victoire en Coupe des Coupes | REUTERS - CHARLES PLATIAU

Luis Fernandez répond à Bernard Lama en le renvoyant à son contrôle positif au cannabis

Publié le , modifié le

Au lendemain de la parution de So Foot, dans lequel Bernard Lama disait notamment de Luis Fernandez que "c'est quelqu'un qui n'a pas compris où il était", l'ancien entraîneur du PSG lui a répondu. Sur son compte Twitter, Fernandez l'a renvoyé à son contrôle positif au cannabis, en 1997, en lui lançant: "J'espère que tu n'as pas replongé... Fais gaffe ça fait perdre la mémoire".

Bernard Lama a-t-il perdu la mémoire ? C'est la thèse soutenue avec humour par Luis Fernandez, lors d'un tweet en forme de réponse, accompagné d'un lien qui renvoie vers l'article de Libération daté de 1997, relatant le contrôle positif au cannabis de Bernard Lama, alors toujours en activité.

Car depuis la veille, et la parution du mensuel So Foot, l'ancien gardien de but international agite les maisons de retraite des footballeurs. Dans un remake des "Tontons flingueurs", l'ancien joueur de 53 ans fait feu de tout bois.

Pour l'entraîneur qui était le sien au PSG lorsque le club parisien a remporté la Coupe des Coupes, il dit: "C'était le folklore. Fernandez , c'est un entraîneur de coupes, pas un entraîneur de stabilité. Toutes les semaines, fallait qu'il change l'équipe. C'est quelqu'un qui n'a pas compris où il était. C'était trop haut pour lui. Intellectuellement, il y avait un décalage. Dans la gestion humaine, il était à côté de la plaque", ajoute l'ancien portier.

A lire: Lama, Zidane, Petit, Blanc, Deschamps... ces querelles qui ternissent France 98

Ce n'est pas le seul à être pris en grippe par Lama, qui crache son venin également sur son ancien rival dans les buts de l'équipe de France, Fabien Barthez, "un bon soldat. Il est blanc, pas très intelligent, il ne fait pas trop d'histoires, il a été le chouchou à une époque mais aujourd'hui, on ne l'appelle pas pour parler de football". Idem pour son ancien coéquipier au PSG, Marco Simone, "un gros con qui se la racontait."

Bref, le Nordiste a décidé "d'éparpiller, façon puzzle", comme le disait Bernard Blier dans "Les Tontons flingueurs". 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze