La France gagne une place à l'indice UEFA
UEFA | GIUSEPPE CACACE / AFP

L'UEFA compte alourdir les sanctions pour injures racistes

Publié le , modifié le

L'UEFA veut sanctionner plus sévèrement les joueurs coupables d'injures racistes. Son secrétaire général a ainsi évoqué aujourd'hui un minimum de dix matches de suspension.

"Il faut des sanctions, et elles doivent être dissuasives : nous proposons  qu'un joueur ou un officiel convaincu de racisme soit suspendu au moins pour 10 matches", a annoncé aujourd'hui le secrétaire général de l'UEFA, Gianni Infantino. L'an passé, John Terry (Chelsea) et Luis Suarez (Liverpool) n'avaient été écartés que pour quatre et huit rencontres "pour injures racistes". 

Des sanctions plus sévères sont également prévues pour les supporters. "Si certains, au stade, se rendent coupables d'injures ou actes racistes, la première sanction sera la fermeture partielle des tribunes, là où  l'infraction a été commise", a-t-il expliqué. "En cas de récidive, ce sera fermeture complète et  une amende minimale de 50.000 euros".

"Nous allons présenter cette proposition à l'ensemble des fédérations des pays membres de l'UEFA en leur demandant qu'elles appliquent les mêmes mesures  à l'échelon national. Le combat contre le racisme est quelque chose  de très sérieux et nous devons nous assurer d'y remédier par des actes, et pas seulement des mots".

L'instance s'est donc empressée de sanctionner le Dynamo Kiev à un match ferme à huis clos et un autre avec sursis, pour injures racistes lancées par ses supporters lors de l'affrontement face au PSG en Champions League, puis face à Bordeaux en Ligue Europa. Le club a fait appel de cette décision.