Marseille Spartak Moscou Cissé tombe 09 2010
Edouard Cissé se heurte aux Moscovites | AFP - Gérard Julien

L'OM tombe de haut à la roulette

Publié le , modifié le

Pour son premier match de la Ligue des Champions 2010-2011, l'Olympique de Marseille a fait une très mauvaise opération en s'inclinant au Vélodrome (1-0) contre le Spartak Moscou. Face à un rival pour la qualification, les Marseillais ont perdu de précieux points. D'autant que Chelsea s'est aisément imposé en Slovaquie (4-1) contre Zilina, dans l'autre match du groupe F, avec un doublé d'Anelka.

Il y a 19 ans, Abedi Pelé assurait la qualification de l'OM (2-1) pour la finale de la Coupe des Clubs champions, aux dépens du Spartak Moscou. Dix-neuf ans après, André Ayew, son fils, aurait aimé avoir la même réussite pour l'entrée en matière des Olympiens dans cette phase de poule de la Ligue des Champions. Dans un match alerte avec beaucoup d'espace de part et d'autre en milieu de terrain, le Ghanéen a souvent fait parler sa vitesse. Comme beaucoup de ses coéquipiers au milieu, et notamment Cheyrou. Mais cela n'était pas suffisant pour faire des différences face à des Russes bien en place défensivement, et en attente du moindre contre. Mais qui n'ont pas pour autant fermé le jeu, ni passé tout leur temps dans leur surface de réparation.

Ce premier affrontement était presque crucial pour les deux formations, promises par tous au mieux à la deuxième place derrière Chelsea. La confrontation n'a pas été terne. Elle a simplement pêché dans la justesse technique et/ou tactique, se résumant bien trop souvent à une succession de courses dans un sens et dans l'autre, sans énormément d'occasions franches, surtout dans les quarante-cinq premières minutes. Un jeu en triangle Cheyrou-Lucho-Brandao, mais le Brésilien était repris dans la surface (6e). Un tir de Cheyrou capté en deux temps par le portier russe (7e), lequel devait repousser une nouvelle tentative du Marseillais (16e). Les deux petites frayeurs étaient ensuite l'oeuvre d'Alex, qui profitait d'une balle en profondeur pour envoyer le ballon au-dessus du but (22e), puis de Welliton, tout près de dévier le corner frappé au premier poteau, finalement repoussé par Mandanda (44e).

En deuxième période, la pression marseillaise s'intensifiait. Brandao frappait du gauche à côté (46e), mais Mandanda sauvait son camp en sortant un arrêt réflexe sur sa ligne sur une tête à bout portant d'Ibson (59e). Gignac, entré à la place du Brésilien à la 61e, était là pour reprendre un centre en retrait de Lucho, mais un pied moscovite était là pour le repousser (65e). Dykan déviait un tir de Taiwo (67e), puis une tête de Lucho (70e), puis une frappe en pivot de Valbuena dans la surface (75e). Mais le gardien du Spartak n'était pas présent au moment de la tête trop croisée de Lucho, à 4m du but, à la suite d'un festival et d'un service de Valbuena (76e). Certainement l'un des tournants majeurs de la rencontre, le milieu de terrain ayant juste à pousser le ballon du front pour ouvrir le score. Le portier sortait encore bien à propos hors de sa surface pour devancer Gignac, lancé par Cheyrou (79e). En se jetant à l'assaut, Marseille prenait quelques risques, et était puni par un centre de Kombarov, dévié par Azpilicueta entre les jambes de Mandanda, trompé (82e). Le hold-up était parfait. Et malgré un siège, ponctué notamment par une demi-volée de Cissé encore une fois déviée par Dykan et surtout par une frappe de Gignac heurtant le poteau dans le temps additionnel, l'OM s'inclinait à domicile. Comme l'an dernier, la défaite est au rendez-vous de cette 1ère journée, ce qui avait handicapé la suite de l'aventure européenne marseillaise.

Ce revers est d'autant plus pénalisant que la seconde place du groupe F semble plus que jamais la seule à portée des Marseillais et des Moscovites. En déplacement chez les Slovaques de Zilina, les Blues de Chelsea ont confirmé leur habituel tarif, en marquant quatre buts pour l'emporter (4-1). Essien (13e), puis un beau tir croisé du gauche d'Anelka (24e), qui doublait la mise sur un corner de Malouda repris par Terry, repoussé par le gardien dans les pieds du Français (28e). Sturridge finissait le travail (48e), et malgré le but d'Oravec sur une faute de main de Cech (55e), Chelsea débutait idéalement cette Ligue des Champions. Loin, très loin de Marseille.

Réactions:

Valeri Karpin, entraîneur du Spartak Moscou: "L'impression globale après ce match est positive mais même si on a gagné, il y a eu quelques petites fautes et on va analyser le match, joueur par joueur. Je suis perfectionniste, le jeu n'était pas très assuré même si notre défense a été un peu meilleure que d'habitude et que je mettrais une note de 11 sur 10 à notre gardien. En première mi-temps, les consignes étaient plutôt défensives car la moitié de l'effectif n'avait jamais joué une compétition de ce calibre après, on a pris de l'assurance et on a un peu plus ouvert".

Didier Deschamps, entraîneur de l'OM: "Ca ressemble à un cauchemar. On avait fait ce qu'il fallait même si en première mi-temps ça a été un peu laborieux face à un bloc défensif du Spartak bien en place. On a notamment manqué de précision dans les centres. En 2e mi-temps, on a eu la main-mise, les opportunités et les occasions mais ça arrive dans le football, on prend un but casquette, c'est évidemment un mauvais résultat, une mauvaise entame dans cette compétition. S'il y a des occasions, il faut les mettre au fond car quand on n'ouvre pas le score, on se crispe un peu. Et là, quand ce n'était pas le gardien, c'était de la maladresse ou le poteau. Pour gagner, il faut marquer, ce soir, on n'a pas été capable de le faire. Espérons que ce ne soit pas décisif, on ne le saura qu'à la fin mais c'est le pire scénario qu'on pouvait envisager, et encore plus quand on voit le contenu du match".

Carlo Ancelotti (entraîneur de  Chelsea): "La première période a été fantastique, nous avons très bien mené nos  contre-attaques, nous avons eu beaucoup d'occasions. Ca a été une performance  fantastique. La seconde a été différente, nous avons contrôlé. Nous jouons bien,  nous sommes dans une bonne passe. Avec de bons débuts en Championnat et en Ligue  des champions, tout est ok pour le moment."
      
Pavel Hapal (entraîneur de Zilina): "Chelsea a montré sa force, nous ne  pouvions pas suivre le rythme. Malheureusement nous n'avons pas réussi à  inscrire un but de plus. Ce résultat est une leçon mais je ne suis pas déçu."