italie uruguay joie 29062013
Les Italiens à la fête | AFP

L’Italie arrache la médaille de bronze

Publié le , modifié le

A l’issue de la séance de tirs au but, l’Italie a remporté le match de la troisième place de la Coupe des confédérations face à l’Uruguay (2-2 ap, 3 tab à 2). Menée à deux reprises, la Celeste a eu le mérite de revenir à chaque fois pour disputer la prolongation. Réduite à dix après l’expulsion de Montelivo, la Squadra Azzura a tenu bon jusqu’à la terrible séance de tirs au but lors de laquelle Buffon a une nouvelle fois brillé en arrêtant trois tirs. La Squadra azzura repart donc du Brésil avec la médaille de bronze, et des espoirs pour le prochain Mondial.

Disputer la petite finale est toujours compliqué pour des compétiteurs. A la fois frustrés d’être passés à côté de la grande finale, et désireux de terminer sur une bonne note, Italiens et Uruguayens ont abordé cette rencontre avec l’envie d’aller chercher cette médaille de bronze. Dès la première minute, Muslera a dû s’employer pour capter un centre de De Rossi vers Diamanti. Vigilant, le gardien de la Celeste l’est resté également trois minutes plus tard sur un mauvais contrôle d’El-Shaarawy, qui lui a profité.

Un but gag

C’était alors aux Uruguayens de s’illustrer, Suarez en tête. Après avoir mis le turbo sur son côté droit, le joueur de Liverpool servait Forlan qui voulait remettre à Cavani, mais sans succès (6e). Mais au fil des minutes, les joueurs de Cesare Prandelli prenaient l’ascendant. La domination était clairement italienne et le pressing uruguayen du début de rencontre était presque inexistant. Sur un coup franc tiré depuis le côté droit par Astori, le ballon lobait le gardien et heurtait directement la barre. Surpris, Muslera voyait le cuir rebondir sur son épaule et Diamanti n’avait plus qu’à accompagner le ballon qui prenait de toute façon le chemin du but (24e, 1-0). Le but était finalement accordé à Astori.

La Celeste tentait de réagir, et Cavani pensait avoir égalisé de la tête, mais le Napolitain était finalement signalé hors-jeu (32e). Peu après, Buffon devait réaliser une superbe parade face à Pereira, pour éviter l’égalisation. Au retour des vestiaires, les Uruguayens repartaient avec les mêmes intentions qu’en fin de première période. Et c’est finalement peu avant l’heure de jeu que les hommes d’Oscar Tabarez trouvaient le chemin des filets par l’intermédiaire de Cavani. Très en jambes, le N.21 uruguayen  était servi sur un plateau par Arevalo, et d’une frappe enveloppée du droit, égalisait (1-1, 58e).

Coup double pour Cavani

La partie était totalement relancée, d’autant que les Italiens voyaient d’un mauvais œil un scénario avec de nouvelles prolongations comme contre l’Espagne. La pression était à présent sur les Italiens et il fallait bien un double arrêt incroyable de Buffon pour ne pas voir les Sud-américains passer devant (67e). Mais comme souvent, alors que l’on pensait les Italiens mal en point, un coup franc de Diamanti qui passait au-dessus du mur remettait la Squadra Azzura sur les bons rails (74e, 2-1).

La joie italienne était de courte durée, Cavani se chargeant de répondre à Diamanti sur un coup franc tout aussi brillant (2-2, 78e). Rien n’était encore joué dans ce match pour la troisième place, et si l’on doutait encore de l’implication des joueurs, le score reflétait bien leur esprit sur le terrain. N’en déplaise aux italiens, il fallait alors en passer par la prolongation. Alors que certains joueurs donnaient clairement des signes de fatigue, notamment côté italien, la Celeste semblait la mieux placée pour tirer son épingle du jeu.

Suarez provoque l'expulsion de Montelivo

Après avoir refusé un pénalty aux Sud-américains, l’arbitre ne se faisait pas berner par Suarez sur l’action suivante. Mais l’attaquant des Reds arrivait finalement à tromper l’arbitre en simulant une faute face à Montolivo. Ce dernier recevait un deuxième carton synonyme d’expulsion et laissait ses coéquipiers à dix. Les Italiens tenaient bon, et disputaient pour la deuxième fois d’affilée cette fameuse séance de tirs au but. Après l’échec de Forlan d’entrée,
De Sciglio voyait également son tir arrêté. Puis Caceres échouait à son tour, et Buffon réalisait un nouvel arrêt de grande classe face à Gargano, donnant la victoire à son équipe.

Romain Bonte