Inter Milan
Inter de Milan | AFP-MONTEFORTE

L'Inter retrouve son statut

Publié le , modifié le

L'Inter Milan a retrouvé son statut de géant en signant un quadruplé (championnat d'Italie, coupe d'Italie, coupe du monde des clubs) en 2010, qui lui a surtout permis de soulever, après 45 ans de désillusions, le trophée de la Ligue des champions.

Un triomphe dû à la persévérance du président Moratti, à un noyau de joueurs attachés au maillot, et également à l'entraîneur José Mourinho. Finies les blagues sur Massimo Moratti, président le plus dépensier d'Europeau tournant des années 1990 et 2000 (Alvaro Recoba, Ronaldo), oubliés les transferts mirobolants qui ne rapportaient pas de trophée (Dennis Bergkamp), effacés les trop nombreux accessits en Serie A (cinq podiums entre 1997 et 2005) et les retentissantes éliminations en Ligue des champions. L'Inter a cloué le bec des moqueurs en réussissant un triplé que seuls Manchester United et le FC Barcelone avaient réalisé auparavant dans les grands championnats. Son mode de gestion affectif a fini par payer: Moratti a pansé les plaies de Wesley Sneijder, jeté par le Real Madrid et choyé à l'Inter où il est devenu un des meilleurs joueurs du monde.

Le président a aussi vu un de ses chouchous, Javier Zanetti, présent au club depuis 1995, récompensé de son indéfectible fidélité en levant la "coupe aux grandes oreilles" dans le ciel de Madrid. Zanetti, le capitaine symbole, 37 ans dont 16 en nerazzuro, est le chef de file d'un noyau de joueurs consacrés par la victoire en C1. Avec l'Argentin, un poker de joueurs, intéristes depuis cinq ou six ans, a conquis les cinq titresde champion de rang (le premier rétrocédé à l'Inter après la sanction contre la Juventus Turin).

Ce retour sur le toit du monde porte aussi la signature de José Mourinho, deux ans sur le banc de l'Inter et à jamais dans les mémoires des supporteurs. Le technicien portugais a donné une confiance inébranlable au club et fait mordre la poussière à deux équipes a priori plus fortes que la sienne, Chelsea en 8e, et le FC Barcelone en demi-finale.

Christian Grégoire