Gareth Bale - Tottenham - Inter Milan
Gareth Bale (Tottenham) | AFP - GLYN KIRK

L'Inter fait faux bond

Publié le , modifié le

L'Inter Milan, tenant du titre dans le groupe A s'est incliné pour la première fois de la saison en Ligue des Champions (1-3) contre Tottenham. Dans les autres groupes, Manchester United n'a pas fait de détail face à Bursaspor (3-0), tandis que le Barça a été tenu en échec par Cophenhage (1-1) avec un nouveau but de Lionel Messi.

Quinze jours après leur match fou à San Siro où les Interistes s'étaient imposés (4-3) après avoir menés 4-0, Tottenham et l'Inter Milan ont offert un nouveau spectacle de qualité. Sur leur pelouse de White Hart Lane, les Spurs ont pris leur revanche : (3-1). Tottenham rejoint le champion d'Italie en tête du groupe A avec 7 points, les deux équipes se trouvant en bonne position pour passer à la phase suivante. Les Anglais sont en tête seulement grâce à la différence de buts particulière. Les buts londoniens ont été inscrits par Van der Vaart (18), Crouch (61) et Pavlyuchenko (89), mais l'homme de la soirée a de nouveau été le jeune Gareth Bale, déjà auteur d'un triplé au match aller, gagné 4 à 3 par les Milanais. Le Gallois de 21 ans n'était pas à l'origine du premier but, inscrit de près par le meneur de jeu néerlandais à la réception d'une belle ouverture du Croate Modric, mais il a fait tout le travail sur les suivants en adressant deux centres au cordeau après des débordements supersoniques sur son aile gauche. Extrêmement rapide et habile balle au pied, il a constamment ridiculisé son vis-à-vis, l'arrière droit Maicon, pourtant une pointure à ce poste. Sur le troisième but, c'est l'autre international brésilien Lucio qui a été mystifié par un grand pont. Bale a aussi vu un de ses caviars vendangé par Crouch seul à six mètres en première mi-temps et aurait pu marquer lui-même, son retourné manquant de peu la cage de Castellazzi en début de seconde période. En feu depuis le début de la saison, le Camerounais a réduit le score d'une frappe sèche des 18 mètres (80), son septième but de la compétition. Mais les derniers efforts milanais, annihilés par la dernière charge de Bale, n'ont pas pu empêcher leur nouvel entraîneur Rafael Benitez de quitter White Hart Lane sur une défaite pour la quatrième fois d'affilée, lui qui s'y était incliné lors de ses trois dernières visites avec Liverpool.

Manchester à la fête

Manchester United a fait un grand pas vers les 8e de finale de la Ligue des champions en allant l'emporter 3-0 en Turquie, sur le terrain de Bursaspor, grâce à Fletcher, Obertan et Bébé, mardi, et reste tranquillement en tête devant Valence, vainqueur des Rangers. Un nul avec des buts, le 24 novembre à Glasgow, suffira pour envoyer les hommes de Sir Alex Ferguson au prochain tour. Les Red Devils, privés pourtant de plusieurs vedettes blessées (Rooney, Owen, Giggs ou Rio Ferdinand), ont largement dominé la première période grâce notamment à un Berbatov virevoltant. Mais ils ne sont pas parvenus à tromper une défense bien regroupée des Turcs autour de leur gardien Ivankov qui, à lui tout, a sauvé son équipe d'un naufrage prématuré. Mais les efforts consentis au cours des 45 premières minutes et le harcèlement incessant des attaquants mancuniens ont fini par faire plier Bursaspor. C'est d'abord Fletcher qui a ouvert la marque d'une belle frappe à la suite d'une belle passe de Carrick, lui même bien servi par Berbatov après une montée sur la gauche (48e). Si Ergic a failli égaliser pour les Turcs, son missile dans la lucarne ayant été capté en deux temps par Van der Sar, deux minutes plus tard, il n'y avait pratiquement plus qu'une équipe sur le terrain. Park, entré à la place de Nani blessé en première période, a fait une passe millimétrée à Obertan qui éliminait d'abord un défenseur juste devant la surface avant d'envoyer le ballon sous la barre transversale d'Ivankov (74). Trois minutes plus tard, Scholes servait astucieusement Correia, dit Bébé, en feignant une frappe. Le Portugais triplait la mise pour les Red Devils qui peuvent préparer avec sérénité leurs prochains matches de Championnat d'Angleterre.

Barcelone à la peine

Le FC Barcelone, bien lancé pourtant par le cinquième but de Messi en Ligue des champions, doit encore patienter pour obtenir son billet pour les 8e de finale de la C1 après son match nul 1-1 à Copenhague, mardi, lors de la 4e journée. Les Danois, qui ont livré un match plein de courage et d'abnégation face au grand Barça au sein duquel il ne manquait que Pedro Rodriguez, suppléé par Keita, du onze qui avait écrasé Séville en Liga, sont donc bien partis pour accompagner les champions d'Espagne en 8e. Au cours d'une première période bien maîtrisée par le Barça, Messi, déjà auteur de quatre buts en C1 dont deux justement devant les Danois au Camp Nou, s'est une nouvelle fois fait remarquer. L'Argentin, auteur d'un doublé en Championnat lors de la large victoire des champions d'Espagne (5-0 devant le FC Séville), a ouvert la marque d'une reprise instantanée. La tête de Keita, dans la surface, était pourtant destinée à Villa, mais le ratage de l'international espagnol a pleinement profité à Messi (31e). Mais la joie des Barcelonais n'a duré qu'une minute. Une accélération côté gauche de Vingaard lui a permis d'abord d'effacer Piqué avant de décocher un tir puissant que Van der Saar n'a pu que repousser des deux poings. Claudemir, en embuscade, n'a pas raté l'occasion pour égaliser d'une reprise de volée. Dans le temps additionnel, un tir de Messi aurait pu redonner l'avantage au Barça, mais le gardien Wiland est resté vigilant. Au retour des vestiaires, les Danois s'enhardissaient et se montraient dangereux en contre, comme sur les montées de Bolanos (64e, 81e), tout en privant les Espagnols de bons ballons. Copenhague a même marqué un but par Ndoye, justement refusé pour une poussette préalable du Sénégalais sur Eric Abidal. Malgré un net avantage au niveau de la possession du ballon (60%), Barcelone et ses stars sont donc repartis de Copenhague sans leur billet pour les 8e, qu'il pourrait décrocher dès le 24 novembre à Athènes, face au Panathinaïkos.

Les déclarations :

Rafael Van der Vaart (milieu de terrain de Tottenham): "Nous avons joué fantastiquement bien. Battre le tenant 3 à 1, c'est grand. Gareth Bale est énorme, c'est un de nos meilleurs joueurs. Maicon (son adversaire direct) est pourtant un des meilleurs défenseurs du monde. Il les a tués ce soir. Il faut garder ce gars-là. C'est une soirée spéciale pour tous, les joueurs et les supporteurs, mais ce n'est qu'un match. (sa cuisse, après sa sortie à la mi-temps) J'ai besoin de prendre quelques jours de repos, j'espère que ce n'est pas trop grave."