L'Inter et MU à la recherche d'un succès

Publié le , modifié le

Tenant du titre, l'Inter Milan se rend sur le terrain du Werder de Brême lors de la 2e journée de Ligue des Champions (Gr. A). Après un nul 2-2 face à Twente, les Interistes aimeraient bien ramener les trois points de la victoire. Un autre ancien vainqueur de la compétition, Manchester United cherchera également à remporter son match face à la redoutable formation de Valence.

Rebondir au plus vite. Les Nerazzurri en sont bien conscients, s'ils souhaitent conserver leur trophée, il va falloir se reprendre sur le terrain du Werder de Brême. Les Italiens retrouvent une formation allemande qui ne lui a pas toujours réussi. C'est la troisième fois que l'Inter et Brême se rencontrent en phase de groupes de l'UEFA Champions League, et le dernier duel avait tourné à l'avantage des Allemands (1-1, 2-1 lors de la saison 2008-09). "Nous devons réaliser un bon parcours", a prévenu l'entraîneur interiste Rafael Benítez. Victorieux à trois reprises de cette C1 (1964, 1965, 2010), le club milanais espère bien profiter de l'autre duel opposant Tottenham - novice dans la compétition- au FC Twente pour prendre la tête de son groupe A.

Egalement triple vainqueur de la compétition (1968, 1999 et 2008), Manchester United ne se trouve pas non plus en bonne posture après un faux pas contre les Rangers lors de la première journée. Pour les Red Devils, un tel résultat n'est pas de bon augure avant de se rendre sur le terrain de Valence, théoriquement leur plus solide adversaire. Mais les Rangers ont désormais un coup à jouer, et entendent bien le jouer à fond au moment d'accueillir les Turcs de Bursaspor.

Le large succès (5-1) du FC Barcelone sur le Panathinaikos n'est pas fait pour rassurer le FC Rubin Kazan. Le Barça qui peut lui aussi se targuer d'avoir remporté la compétition à trois reprises (1992, 2006, 2009) devra éviter un trop plein de confiance face à une équipe russe qui leur avait donné du fil à retordre l'an passé. Deux heures plus tard, le Panathinaïkos espère se relancer face au FC Copenhague.

Romain Bonte