Lille borisov 112012
Lille borisov 112012 | AFP - VIKTOR DRACHEV

Lille, une victoire pour le moral

Publié le , modifié le

Etrillé par le Bayern Munich lors du match précédent (1-6), battu à Lorient le week-end dernier (0-2), Lille a relevé la tête sur le terrain du BATE Borisov (2-0), lors de la 5e journée de Ligue des champions. Mais un succès insuffisant pour permettre au LOSC d'espérer se qualifier pour la Ligue Europa après son revers 1-3 à l'aller. Le Bayern Munich et Valence sont eux, qualifiés pour les huitièmes de finale.

Déjà éliminé, Lille n'avait plus grand-chose à attendre de cette édition de la Ligue des Champions. Mais les Dogues pouvaient encore mathématiquement rêver de Ligue Europa. Pour cela, le sans-faute était indispensable lors des deux derniers matches, avec obligation face aux Bélarusses d'inverser le mauvais résultat du match aller (1-3). Mais avec la perspective d'un choc face à Marseille dimanche prochain, Rudi Garcia avait revu sa composition de départ. Au coup d'envoi, Landreau, Mavuba, Payet et Roux avaient pris place sur le banc tandis que Gianni Bruno, Rozehnal, Rodelin et surtout Elana dans le but faisaient leur apparition sur le terrain. Chedjou, Debuchy, Béria et Balmont n'étaient même pas sur la feuille de match.

Un déplacement sur le terrain du BATE Borisov synonyme donc de temps de jeu offert à certains et de repos pour les autres. "Il faut faire des choix. On a trop tiré sur la corde à cause des nombreuses absences ces derniers temps", avait déclaré Garcia avant le match. Mais dans un épais brouillard, les Dogues alignés ont rapidement montré qu'ils avaient les crocs face à une équipe bélarusse toujours en course pour la qualification. Dès les premiers ballons, les Lillois prenaient leurs hôtes à la gorge pour ne pas relâcher la pression. Sur sa toute première occasion du match, le LOSC faisait même mouche sur un magnifique lob de Sidibe pour son premier but européen (0-1, 14e).

Un premier quart d'heure dominateur et récompensé, mais la réplique des hommes de Viktor Goncharenko ne se faisait pas attendre. Dans les cinq minutes qui suivaient, Olekhnovich (16e, 17e) et Rodionov (19e) mettaient la défense française en danger, mais sans parvenir à cadrer leurs frappes. Passé l'orage slave, Gianni Bruno profitait d'un bon service de Kalou pour ouvrir son compteur européen et mettre Lille un peu à l'abri (0-2, 31e). Et le Belge aurait même pu signer un doublé avec un peu plus de réussite (41e). De quoi affronter de nouvelles tempêtes sur le but nordiste un peu plus sereinement (Renan Bressan, 42e).

Lille trop juste

Beaucoup plus en jambes que lors de leurs précédentes sorties continentales, les Lillois reprenaient le match pieds au plancher. Alors que la température descendait bien en-dessous de zéro dans le froid de la nuit de Minsk, le LOSC haussait le ton. Kalou filait dans le dos de la défense avant de tomber sur Gorbunov qui repoussait le ballon sur Martin dont la frappe était repoussée in extremis sur la ligne de but du BATE Borisov (56e).

Avec 2-0 au compteur, il manquait encore une unité pour reprendre l'avantage sur leurs adversaires. Les Lillois poussaient, défendaient haut, mais en vain, sans parvenir à étouffer définitivement son adversaire. Et comme souvent sur la scène européenne, Pedretti et les siens se mettaient en difficulté en fin de rencontre. En quête d'un troisième but, Rudi Garcia faisait rentrer Nolan Roux (65e) puis Dimitri Payet (69e). Seulement, le LOSC se retrouvait diminué après l'expulsion de Sidibé pour un second carton jaune un peu idiot (74e). A 11 contre 10, Borisov reprenait le dessus. Mais la maladresse de Hleb et consorts lui était préjudiciable, même si l'ancien Gunner se heurtait, lui, à un Elana impeccable durant 90 minutes (76e).

Rien n'y ferait pour Lille qui tire définitivement sa révérence européenne sur une bonne note. Rudi Garcia peut également tirer quelques satisfactions de cette rencontre, notamment la bonne performance de ses jeunes pousses. Un résultat toujours bon pour le moral avant de s'en retourner à la Ligue 1 et au choc face à l'OM. 

Le Bayern et Valence qualifiés

Avec la victoire de Lille à Borisov, avant même le coup d'envoi du match, Valence était d'ores et déjà qualifié pour le tour suivant. Le Bayern Munich, son visiteur du soir, avait besoin d'un nul ou d'une victoire pour en faire autant. Fin du suspense pour les Allemands et donc les Bélarusses. Les Bavarois repartent d'Espagne avec un précieux match nul 1-1. Ce sont pourtant les Valencians réduits à 10 après l'expulsion de Barragan (33e) qui avaient ouvert la marque sur un but magnifique de Sofiane Feghouli (1-0, 77e). Mais cinq minutes plus tard, Thomas Müller remettait tout le monde d'accord (1-1, 82e). La dernière journée du groupe F sera donc sans enjeu.