Eden Hazard (Lille)
Eden Hazard (Lille) | PHILIPPE HUGUEN / AFP

Lille reste à quai

Publié le , modifié le

Dominer n'est pas gagné ! Le Losc l'a de nouveau appris à ses dépens en concédant le match nul vierge à Trabzonspor ce mercredi soir à Villeneuve d'Ascq. Malgré une première mi-temps de haute volée et de nombreuses occasions de but, les hommes de Rudi Garcia ne sont pas parvenus à arracher cette victoire qui les aurait qualifiés pour les huitièmes de la Ligue des champions. Les Dogues ne joueront pas l'Europe en 2012.

Dans l'obligation de l'emporter pour se qualifier, les Lillois présentaient une équipe résolument offensive avec le quatuor Payet-Cole-Hazard-Sow dans un 4-2-3-1 destiné à forcer le verrou des joueurs de Trébizonde. Les Lillois mettaient d'ailleurs d'entrée la pression sur la cage adverse avec notamment un premier coup franc de Payet –dégagé in extremis- puis un tir de Beria. Dans la foulée, Moussa Sow se jouait de son vis-à-vis pour tirer sur le portier turc, Tolgan Zelgin (6e). Le Losc poussait sans parvenir à trouver la faille dans la dense défense d'Asie mineure.

A la fin du premier quart d'heure, Balmont s'avançait et tirait des 25 mètres, à côté du but turc. Juste après, Eden Hazard accélérait, dribblait deux joueurs avant de s'appuyer sur Sow pour un beau "une-deux" conclu par un tir frôlant le poteau. Le prodige belge enchainait par une frappe au dessus. Les Dogues dominaient nettement les débats en ce milieu de première période. Payet slalomait à l'entrée de la surface avant de décocher un tir qui s'envolait. Puis Cole trouvait le petit filet extérieur sur une nouvelle offrande d'Hazard, intenable (33e). Hormis en contre, comme à la 39e lorsque Burak Yilmaz, signalé hors-jeu, butait finalement sur Landreau, Trabzonspor ne parvenait pas à sortir de son camp. Néanmoins, le club truc tenait sa qualification à la pause (0-0).

La forteresse turque tient bon

En début de second acte, Lille attaquait de plus belle: un déboulé de Payet, un centre de Debuchy pour la tête de Sow à côté puis un nouveau coup de tête de Basa faisaient passer des frissons dans les travées du Stadium Nord. Mais les Turcs ne lâchaient rien. A la 58e, Joe Cole débordait côté gauche et adressait un bon centre que Debuchy ne pouvait convertir en but (frappe juste à côté). Le lutin anglais était contré in extremis par Zokora dans la foulée. Les champions de France faisaient le siège de l'adversaire, toujours aussi regroupé et en quête d'une qualification historique.

Dans les tribunes, les 4 000 supporters venus de Turquie, de Belgique ou d'Allemagne, chantaient à la gloire des leurs. Ils faisaient quasiement plus de bruit que les fans nordistes, crispés comme leurs joueurs. Les Dogues ne mordaient plus à l'entame du dernier quart d'heure même si Rudi Garcia les exhortait à se battre jusqu'au bout. Mais ce sont les Turcs qui terminaient plus frais et Landreau effectuait une parade décisif sur un tir de Burak Yilmaz (82e). A cinq minutes du terme, un tir de Sow passait de peu à droite de la cage adverse. Trabzonspor résistait encore et toujours. Et tenait finalement sa qualification pour... la Ligue Europa, le CSKA Moscou ayant gagné (2-1) sur la pelouse de l'Inter Milan dans le même temps. Lille, de son côté, est éliminé de toute épreuve continentale. Que de regrets !

Réactions

Ludovic Obraniak (milieu de terrain de Lille): "On ne perd peut-être pas ce soir la qualification, on la perd surtout au début. On avait des matches à portée de main, notamment le premier match à domicile contre Moscou (2-2). C'était un match à quitte ou double donc ce n'est jamais évident. Trabzon a beaucoup défendu, ils sont restés derrière. C'était difficile de trouver des espaces. Malgré tout, on s'est créé des occasions mais cela n'a pas voulu rentrer. Honnêtement, on n'a rien à se reprocher ce soir, au niveau de l'envie, de l'état d'esprit. On a tout donné, le public était derrière nous. On a poussé, ça n'a pas voulu rentrer, c'est qu'on n'était pas fait pour aller en huitièmes, c'est tout. Il y a de la déception. Il va falloir se remobiliser. C'est dur."

Senol Gunes (entraîneur de Trabzonspor): "J'avais indiqué mardi que c'était un groupe très ouvert. Hier, seul l'Inter était déjà qualifiée. Nous étions en compétition avec le CSKA Moscou et Lille. Finalement, c'est Moscou qui ira en Ligue des Champions et Lille, qui a fait de très bons matches, qui est éliminé. C'est un supplice pour moi. On est déçu car je pense qu'on méritait d'être qualifié pour la Ligue des Champions".

Claudio Ranieri (entraîneur de l'Inter  Milan): "Je note que nous avons réussi à nous qualifier et que nous avions un  match que nous pouvions perdre. Ce soir, nous avons essayé du mieux que nous  pouvions. Nous nous sommes créé 5 ou 6 actions de but mais ils ont eu quelques  occasions aussi. Parfois, ça se passe comme ça. Mais je n'ai rien à reprocher à  l'équipe".

Grégory Jouin @GregoryJouin