Le Lillois Florent Balmont
Le Lillois Florent Balmont | YURI KADOBNOV / AFP

Lille reste en vie après son succès à Moscou

Publié le , modifié le

Le champion de France s'est ouvert la porte des huitièmes de finale de la Ligue des champions en s'imposant 2-0 sur le terrain du CSKA Moscou. Lille s'est détaché en seconde période grâce à Berezutski (49e, csc) et Sow (64e). Les Nordistes doivent désormais battre Trabzonspor dans quinze jours pour gagner leur billet. Avec cette défaite des Russes, l'Inter Milan est lui d'ores et déjà qualifié. En roue libre, les Lombards ont concédé le nul 1-1 en Turquie.

Les voyages forment la jeunesse. Après les désillusions de la phase aller, c'était une chance d'avoir encore son destin en main à deux journées de la fin. Lille a fini par apprendre de ses erreurs. Pas encore dans le réalisme mais dans la conservation d'un résultat. Là où le Losc avait pêché lors de l'ouverture de la phase aller contre ce même CSKA Moscou. Peut-être le début d'une nouvelle maturité ? Volontaire et joueur, Lille s'est présenté à Moscou sans arrière pensée. Le contrat était simple : deux victoires en deux matches et ce sera les huitièmes. Malgré un voyage tourmenté, les Nordistes répondaient présents d'entrée avec un trio Cole – Hazard – Sow fringuant. L'Anglais était le premier à tirer mais trop mollement pour trouver Gabourov (15e).

Rudi Garcia (entraîneur de Lille): "On a été dans la lignée de ce qu'on a fait à Toulouse il y a quatre jours (0-0), l'efficacité en plus. On a produit du jeu et on a su assurer l'essentiel en marquant et en doublant le score et donc en se mettant à l'abri d'un coup du sort en fin de match. On jouait une demi-finale. On s'est servi du match aller (contre Moscou). Il fallait cette fois-ci être concentrés tout le match. Après le premier et le deuxième buts, on a beaucoup pressé cette équipe, on n'a pas reculé. C'est une victoire qui change tout. On savait qu'on pouvait être éliminés ce soir (mardi) mais on savait aussi qu'en gagnant on pouvait être sur la voie de la qualification. On sait ce qu'il nous reste à faire".

Sans succès depuis un mois, Lille avait besoin de se rassurer. Ce n'était pourtant pas la barre, sur une reprise de Debuchy aux six mètres (20e), qui allait donner le sourire à Garcia. Surtout que Moscou frôlait l'ouverture du score sur un corner devant le but de Landreau. Ce dernier bloquait de la main tandis que Gueye dégageait en catastrophe (29e). Pas à l'abri d'un coup de bambou du CSKA, Lille tenait toutefois bien ce match. A la baguette, Cole jouait les accélarateurs et distillait un excellent ballon dans le dos de la défense. En duel face à Gaboulov, Sow tergiversait trop et se ratait. A sa gauche, Beria pouvait marquer mais ne parvenait pas à redresser le ballon (39e). Sans réalisme, Lille n'y arriverait pas.

Sow enfin !

Toutes les aides étaient les bienvenues. Même les plus improbables. Sur une nouvelle combinaison, Sow récupérait le ballon à l'entrée de la surface. Berezoutski voulait dégager mais lobait son gardien (0-1, 49e). Quel cadeau ! Mais quelle justice ! Des contres s'offraient aux Dogues pendant que les Russes se jetaient maladroitement à l'assaut. Toujours pas en réussite, Sow trouvait les gants de Gaboulov (61e). Le plus simple serait de rentrer dans le but avec le ballon. Chiche ? Hazard effectuait une louche pour Cole. Face au but, l'Anglais trouvait le poteau mais Sow devançait le gardien sur la ligne (0-2, 64e).

Comme à l'aller, le trou était fait. Restait à tenir le score. Bien plus costaud et appliqué, le champion de France serrait le jeu. Hormis une frappe de Cauna détournée par Landreau (69e), le CSKA n'inquiétait pas le portier nordiste. Debuchy (70e) puis Hazard (73e) auraient pû enfoncer le clou mais on ne va pas faire la fine bouche. Lille tient son premier exploit et n'a plus besoin que d'un succès contre Trabzonspor le 7 décembre pour accéder au prochain tour, celui des cadors.

Réactions

Mickaël Landreau (gardien de but de Lille): "C'est un match qui va nous faire du bien. C'est un match qu'on mérite amplement de gagner. On est content d'avoir ce match à jouer contre Trabzon (le 7 décembre). On sait que cela ne va pas être un match simple. On continue à avancer, à progresser. On continue à grandir aussi. Il y a des choses à gérer. On joue différents footballs donc il faut s'adapter. C'est un groupe (de joueurs) qui est relativement jeune pour cette Ligue des champions".

Mathieu Debuchy (défenseur de Lille): "On était bien, on a joué notre jeu. Pour une équipe technique comme la nôtre, parfois le (terrain) synthétique ce n'est pas mal. On est satisfait. Il y a un dernier match important pour passer cette poule. On sera à 100% contre les Turcs. On aurait pu l'emporter là-bas, on aura toutes nos chances à domicile".

Moussa Sow (attaquant de Lille): "Si on refait le même match face à Trabzon, je pense que ce sera bon pour la suite. J'étais déçu à la fin du match contre Toulouse. Ce soir, je suis content, j'ai marqué. Depuis le début de l'année, j'essaie de tout donner. Je ne vais rien lâcher, je vais continuer à travailler pour l'équipe".

Eden Hazard (attaquant de Lille): "Il y a la victoire au bout. La performance collective est très bonne. J'ai l'habitude de jouer sur synthétique donc cela m'a permis de faire ce que je sais faire: provoquer et essayer de donner de bons ballons. J'étais frais, j'espère continuer sur cette lancée. Il n'y a rien de fait, il y a une finale à jouer dans 15 jours".

Xavier Richard @littletwitman