Le BATE Borisov s'est amusé à Lille
Le BATE Borisov s'est amusé à Lille | PHILIPPE HUGUEN / AFP

Lille à côté de la plaque

Publié le , modifié le

La cinquième campagne de Lille en Ligue des champions a très mal débuté. Face au "Petit Poucet" du groupe F, le BATE Borisov, les Nordistes ont sombré 3-1, trois buts encaissés lors de la première mi-temps. Dans l'autre match de la poule, le Bayern Munich a dominé Valence 2-1 (Rami exclu).

Le Bayern Munich assure
Face à un FC Valence venu pour subir, le Bayern a pris le monopole du jeu. Sans précipiter les choses, profitant des accélérations d'un Ribéry de retour avec un jus incroyable et d'un Martinez remarquable en milieu défensif aux côtés de "Schweini". Ce dernier était à la conclusion d'un contre rondement mené par Ribéry et avec Robben en relais, pour placer une frappe qui faisait mouche (1-0, 38e). Après deux échecs, dont une frappe sortie d'une claquette par le gardien valencien, Kroos se retrouvait seul pour frapper des 20 m (2-0, 76e). Valence a réduit le score dans le temps additionnel par Valdez.

Il n'y a pas qu'en Ligue 1 que le Losc connaît des difficultés. Le malaise de ce début de saison s'est même mué en crise. Car si le retard accumulé en championnat n'est pas encore rédhibitoire, cette lourde défaite en C1 augure très mal de la suite de la compétition. Derrière, il faudra forcément réaliser des exploits face à Valence et Munich, deux équipes d'un autre calibre... Lille en est là à cause d'une première mi-temps désastreuse. Garcia voulait que son équipe croque dans ce match mais elle s'est cassée les dents sur un bloc bien en place et un réalisme froid et implacable. Le chantier est ouvert et le départ de Hazard pèse de plus en plus lourd en attaque (14 tirs cadrés pour un seul but).

Dès la sixième minute, le BATE Borisov a glacé l'atmosphère. Une frappe flottante de Volodko. Landreau un peu avancé qui ne parvenait même pas à effleurer le ballon. Et les Biélorusses ouvraient le score (0-1, 6e). Lille peinait à réagir malgré une grosse possession du ballon. Le champion de Biélorussie était lui dans une position idéale pour placer ses contres. Il n'allait pas s'en priver. Un premier raid assassin du BATE était conclu par Rodionov. En trois passes, le Biélorusse se présentait devant Landreau et l'ajustait (0-2, 21e) malgré une légère position de hors-jeu non signalée. Ambition minimale et réussite maximale, Borisov muselait les Dogues une troisième fois. Encore un contre qui faisait mouche. Cette fois, Olekhnovitch s'y collait avec la même précision et le même réalisme (0-3, 43e). Quel cauchemar dans ce grand stade venu fêter des buts nordistes !

Sonnés par Garcia à la pause, les Lillois confondaient agressivité et agression. Il ne fallait surtout pas sombrer dans l'énervement. Heureusement, les entrées de Roux et Mendes donnaient de la vitesse au jeu lillois. Sur un contre, les Dogues obtenaient un corner. Chedjou, transparent en défense, surgissait au premier poteau pour redonner espoir aux siens (1-3, 60e). Et le Losc retrouvait des jambes. Encore un petit but et Borisov pouvait perdre les pédales. Mendes (69e) et Payet (70e, 73e) avaient le pied sur le disjoncteur mais Gorbounov avait encore du jus pour sauver son équipe. Ah si les Lillois avaient affiché ce visage conquérant dès le début du match. Le score en restait là et la déception était immense. Sauf pour le BATE Borisov qui remportait la première victoire de son histoire en C1. Prochain rendez-vous le 2 octobre prochain chez le FC Valence de Rami battu 2-1 au Bayern Munich. L'ancien Lillois ne sera pas des retrouvailles car il a été exclu pour deux cartons jaunes.

Réactions

Viktor Goncharenko (entraîneur du BATE Borisov): "La première mi-temps était parfaite, presque idéale, nous avons joué à un très haut niveau. On a réussi à se défaire du pressing de l'adversaire. Je ne sais pas si Lille nous a sous-estimés, mais nous avons des joueurs de qualité et nous avons montré notre classe aujourd'hui. Nous ne sommes pas du tout surpris de la façon dont nous avons joué. Nous étions convenus avant le match que nous jouerions sans nous affoler, c'est ce que nous avons fait. Bien sûr, c'est bien de commencer avec trois points, mais il y a encore cinq matches à jouer, il est trop tôt pour parler de la qualification."

Aurélien Chedjou (défenseur de Lille, au micro de BeIn Sport): "C'était un jour sans. C'est vrai qu'on est tombé sur une bonne équipe joueuse. Une très bonne équipe. Si elle dispute la Ligue des champions chaque année, c'est qu'elle a largement le niveau. (...) On a pris une sacrée leçon ce soir. (L'entraîneur) nous a demandé (à la mi-temps) que ceux qui n'étaient pas prêts à jouer la deuxième période le disent. D'où les deux changements très rapidement avec les entrées de Nolan (Roux) et de Mendes. La première mi-temps, on la rate et c'est là qu'on perd le match. (...) Maintenant, il va falloir aller chercher des points à l'extérieur."

Mickaël Landreau (gardien de Lille, au micro de BeIn Sport): "C'est une déconvenue. Je n'ai pas spécialement d'explication. On sait l'importance du premier match... C'était a priori l'équipe la plus faible du groupe. Elle a de la qualité. On n'a pas fait une bonne entame et on n'a pas été gâté par certaines décisions (de l'arbitre). (..) Ce soir, il n'y a pas grand-chose à dire, si ce n'est rentrer chez soi et passer à autre chose."