Vidal, le retour du guerrier

Vidal, le retour du guerrier

Publié le , modifié le

Récupérateur, aboyeur et même meilleur buteur de la Juventus, Arturo Vidal revient de suspension contre Lyon, jeudi à Turin, pour porter son équipe en demi-finales de l'Europa League.

Mort de faim ! Suspendu à l'aller (1-0 pour la Juve) comme en Championnat,  lundi contre Livourne (victoire 2-0), le dynamiteur chilien piaffait depuis  deux matches. Sa façon de mordre dans le ballon lui coûte certes quelques cartons jaunes  (8 en Serie A cette saison), mais Vidal est un pilier de la Juve depuis trois  saisons et son arrivée du Bayer Leverkusen, pour 10,5 millions d'euros. Antonio Conte se retrouve dans ce joueur ayant la même agressivité -  athlétique - que lui, et le club a prolongé son contrat jusqu'en 2018, en  faisant un des piliers de la Juve du renouveau, en route vers un troisième  titre de champion consécutif, tous avec Vidal titulaire.

"On peut tout me dire, mais pas que je ne donne pas tout sur le terrain",  dit-il à propos de son jeu dans une longue interview au journal "Las ultimas  noticias", venu voir à Turin la grande star - avec Alexis Sanchez (Barcelone) -  du Chili, qualifié pour la Coupe du monde, dans le groupe B avec l'Espagne, les  Pays-Bas et l'Australie. L'inlassable Chilien forme le secteur le plus fort sur l'échiquier  "bianconero", en fou du roi Andrea Pirlo, rôle partagé avec Paul Pogba, lui à  droite, le Français à gauche.

Résilience

Si le très convoité "Paul le Poulpe" devait partir au mercato estival,  Vidal retrouverait son partenaire de la première saison turinoise (2011-2012),  Claudio Marchisio, un peu éclipsé par l'explosion du jeune Français. Récupérateur marathonien, "El Guerrero" est également "goleador". Il est  même le meilleur buteur de la Juve sur les trois dernières saisons. Cette année  il a marqué autant de buts que Carlos Tevez: 18. Vidal, tireur de penalty de la  Juve, sévit surtout en Europe, avec 7 buts (5 en Ligue des champions, 2 en  Europa League), et 11 Serie A.

A 26 ans, il puise sa force dans la résilience d'une enfance difficile.  "J'ai beaucoup souffert, raconte-t-il, quand j'avais 5 ans, mon père nous a  abandonné, il me manquait. Il n'y a avait pas beaucoup à manger, nous avions  beaucoup de problèmes, j'étais toujours triste... Puis un jour j'ai décidé que  ça suffisait, et j'ai commencé à y croire". Son énergie vient aussi de sa famille, son aîné, Alonso, souffrant de  diabète. "Grâce au Ciel tout va mieux, mais pour +Alonsito+ cela a été  difficile, confesse-t-il, nous étions en Allemagne, nous ne parlions pas la  langue... Mais les soins ont été rapides, et ses progrès aussi".

Casanier de son propre aveu, Vidal se ressource en famille. Son rêve en fin  de carrière? "Dormir! Surtout la première semaine, sans que personne ne vienne  me déranger. Je goûte chaque instant de ma carrière, mais après, je me lèverai  toujours tard". Mais que l'OL ne se fasse pas d'illusion, il sera infatigable  jeudi.

AFP