Moussa Dembélé
Moussa Dembélé, buteur avec la France | AFP - PHILIPPE MERLE

Une fin cruelle pour Lyon

Publié le , modifié le

Qualifié jusqu'à la dernière minute du temps réglementaire grâce à un but précoce de Maxime Gonalons, Lyon s'est fait surprendre par une réalisation de Moussa Dembélé à la 89e minute. Une égalisation tardive synonyme d'élimination pour les hommes de Rémi Garde qui prennent la porte en 16e de finales.

Bien décidés à rapidement combler le retard du match aller, les Lyonnais attaquaient la rencontre pied au plancher. C'est Lisandro qui plantait la première banderille dès la deuxième minute. Si la frappe passait à côté des cages de Brad Friedel, habituel titulaire durant l'Europa League, les intentions lyonnaises étaient claires. Marquer le plus vite possible pour inciter Tottenham à se livrer et procéder en contres. Le gardien américain était à nouveau sollicité à la 10e minute suite à une tête de Lacazette directement dans ses gants. Le danger se rapprochait et alors que Tottenham sortait enfin de sa moitié de terrain, l'OL profitait d'un coup-franc bien tiré par Clément Grenier pour ouvrir le score.

La tête du capitaine Maxime Gonalons trompait Friedel. Le scénario parfait pour le club de Jean-Michel Aulas. Le plus dur étant fait, les Lyonnais pouvaient laisser parler leur maîtrise technique. Les quelques beaux mouvements initiés par Fofana notamment ou Lacazette n'étaient toutefois pas concrétisés. La frappe de Lisandro notamment filait à côté des buts anglais. En face, seul Gareth Bale, le bourreau du match aller, inquiétait l'arrière-garde lyonnaise par sa vitesse. Rémi Vercoutre passait une mi-temps plutôt tranquille jusqu'à cette frappe de Hotlby qu'il voyait échouer sur son poteau.

Bale à blanc, Dembélé le bourreau

Au retour des vestiaires, les joueurs de Villas-Boas, étant dans l'obligation de marquer, se montraient plus pressants et plus présents dans la moitié de terrain lyonnaise. Un contre anglais provoquait quelques sueurs froides à un Gerland plein comme un œuf. La volée de Bale frôlait le montant droit de Vercoutre qui semblait battu (50e minute). Le duel entre le portier rhôdanien et le Gallois reprenait après l'heure de jeu. En trois minutes (64e et 67e), l'ailier de Tottenham faisait briller le successeur d'Hugo Lloris. D'abord sur coup-franc puis sur une frappe soudaine de 25 mètres. Cela traduisait dans les actes la bonne période traversée par les Anglais, très peu mis en danger par l'OL.

Seul Lacazette, avant sa sortie, qui profitait d'un mauvais renvoi de Friedel, bénéficiait d'une opportunité. Mais son choix de dribbler au lieu de frapper alors que le portier américain était sorti à sa rencontre, s'avérait malheureux. Les Lyonnais passaient le dernier quart d'heure à défendre farouchement ce but d'avance. Mais à force de défendre, les Lyonnais allaient finir par céder. Au plus terrible des moments. A la 89e minute, Moussa Dembélé éliminait Clément Grenier aux 20 mètres et déclenchait une frappe du gauche qui terminait dans le petit filet de Vercoutre. Une égalisation qui enterrait les espoirs de qualification lyonnais.

Une fin "cruelle" selon Rémi Garde. "C'est le mot que j'ai utilisé dans les vestiaires", a-t-il ajouté. "On a manqué de peu de sortir une équipe qui est sur le podium de la Premier League (sic), ce n'est pas loin d'être un exploit (...) On va s'attacher à rebondir" a conclu l'entraîneur lyonnais. La parenthèse européenne est désormais terminée, place au quotidien et au championnat de France. Villas-Boas lui pouvait avoir le sourire avec la perspective d'un choc face à un grand nom du foot européen, l'Inter Milan : "Nous sommes ravis d'affronter l'Inter. Cela veut dire que l'on monte en gamme en termes d'opposition. Si jamais on passe après avoir battu Lyon et l'Inter, on sera vraiment dans une posture intéressante", a-t-il déclaré en conférence de presse.

Retrouvez les autres résultats des seizièmes de finale de l'Europa League