Ligue Europa : malgré la domination mancunienne, le FC Séville se qualifie en finale

Publié le , modifié le

Auteur·e : Vincent Daheron
Seville EL
Seville s'est qualifié pour sa sixième finale d'Europa League face à Manchester United. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Manchester United a dominé cette demi-finale mais c'est bien Séville qui s'envole en finale de l'Europa League (2-1). Les Red Devils avaient ouvert le score par Bruno Fernandes sur penalty avant que Suso égalise et enfin que De Jong inscrive le but vainqueur. Les joueurs de Julen Lopetegui, détenteurs du record de victoires dans la compétition, tenteront de glaner un sixième sacre face à l'Inter Milan ou le Shakhtar Donetsk, vendredi prochain.

C’était une affiche difficile à pronostiquer en avant-match tant les équipes semblaient proches sur le papier. Sur le terrain aussi, elles l’ont été, dans une rencontre qui ne dépareille pas après la semaine folle que nous a offert la Ligue des Champions. Mais à la fin, et comme très souvent en Europa League, c’est Séville qui a empoché son ticket pour la finale. Dans ce même stade de Cologne (Allemagne), vendredi prochain, les Espagnols, détenteurs du record de victoires en Europa League, tenteront de décrocher leur sixième sacre en autant de finales contre l’Inter Milan ou le Shakhtar Donetsk.

Les Sevillans doivent leur qualification à deux hommes principaux. D’abord à Luuk De Jong qui a inscrit le but de la victoire (78e) en se retrouvant étonnement seul dans les six mètres à la réception d’un centre précis venant du côté droit de Jesus Navas. Le deuxième, c’est son gardien Yassine Bounou qui a permis à son équipe de ne jamais concéder le deuxième but mancunien.

Manchester frappe le premier

Puisque c’est en effet Manchester United qui avait posé sa patte en premier sur cette demi-finale en ouvrant rapidement le score (9e) grâce à son trio infernal. Un savoureux une-deux entre Marcus Rashford et Anthony Martial, qui, d’une caresse sur le cuir a mis son compère en position de frappe. Le ballon est repoussé par Bounou mais Rashford est fauché au même moment par Diego Carlos. Le meilleur buteur de la compétition (8 buts), Bruno Fernandes, se fait alors un plaisir de transformer le 22e penalty de la saison pour Manchester United, plus que n’importe quelle équipe des cinq grands championnats européens.

Les Sevillans ont su reprendre le jeu à leur compte au fil de la première période. Alternant phases de possessions et recherche bien sentie de la verticalité, les joueurs de Julen Lopetegui ont égalisé par Suso (26e), faisant par la même occasion de Séville l’équipe la plus prolifique de l’histoire de l’EL (125 buts). Fraîchement transféré définitivement par le Milan AC, l’ailier espagnol a profité d’un beau mouvement initié sur le côté gauche entre Lucas Ocampos et Reguilon. Brandon Williams, en retard au deuxième poteau, ne pouvait que constater les dégâts.

La finition qui pêche encore pour Manchester

Mais après la pause, les Red Devils ont sorti le grand jeu, acculant Séville dans ses trente mètres et multipliant les occasions. C’est le moment choisi par Yassine Bounou, doublure cette saison, pour repousser un à un les assauts mancuniens. Sa victime principale ? Le Français Anthony Martial qui a subi la loi du gardien marocain sur sa demi-volée excentrée dans les six mètres (50e), en un contre un du pied droit à l’entrée de la surface (53e) ou encore au bout d’un raid solitaire dans les petits espaces (55e).

Manchester United a pioché dans la finition après avoir dominé la grande majorité du match, comme au tour précédant finalement où ils avaient buté sur un grand Karl-Johan Johnsson (Copenhague), s’en sortant uniquement grâce à un penalty. L’histoire a failli se répéter ce soir, mais un tel gâchis dans la zone fatidique a été fatal (20 tirs pour Manchester contre 9 pour les Sevillans, ndlr). Sur le quart et la demi-finale, Manchester n'a pas marqué dans le jeu malgré 46 tirs.

Le FC Séville a une fois de plus montré des ressources mentales pour faire le dos rond quand United a poussé en deuxième période. Mais voilà, les Andalous ne perdent tout simplement jamais contre les équipes anglaises en C3 : cinq victoires et deux nuls. Ils ne sont plus qu’à une victoire d’un sixième titre dans l’Europa League, les coéquipiers d’Ever Banega prendraient alors trois longueurs d’avance au palmarès sur leurs plus proches poursuivants (Juventus, Inter Milan, Liverpool et Atletico Madrid).